1936-2016 : 80 ans de progrès ? Pas sûr…

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

1936-2016 : 80 ans de progrès ? Pas sûr…

* Au début des années trente, la montée du fascisme prend des proportions inquiétantes. La grande crise économique de 1929 a exacerbé l’esprit nationaliste.

Sur le plan social, c’est l’avènement du Front Populaire en mai 1936. Les Accords de Matignon sont signés le 7 juin 1936 : les salaires augmentent, la semaine de travail passe à 40 heures et les salariés obtiennent 2 semaines de congés payés.

*** Mai 2016 :

La contestation gronde ; le gouvernement veut favoriser les accords d’entreprise, lesquels permettraient de faire primer lesdits accords sur le droit commun. Article 2 du projet de loi travail : "La primauté de l’accord d’entreprise en matière de durée du travail devient le principe de droit commun". On peut craindre des accords sous la pression, des accords de copinage.

*** L’Histoire se souvient :

Par les luttes, on obtient des avancées. À l’inverse, le peuple d’agneaux se fait manger doucement mais sûrement.

Les réactions des riches

Fin 36, mon père travaillait comme jardinier dans un château ; il entendait des conversations entre châtelains : « - Moi, je ne vais plus à la Baule, c’est plein de congés payés ! » « - A Pornic, ça devient impossible, les plages sont envahies de congés payés. » Et les critiques allaient bon train. Les ouvriers en partance pour la première fois vers les stations balnéaires ne suscitaient pas l’enthousiasme des habitués des plages jusque-là fréquentées par les plus riches.
Après l’été 36, les plus fortunés admettaient difficilement la proximité des ouvriers sur les plages. La mixité sociale n’était pas encore à l’ordre du jour. L’est-elle plus en 2016 ? Pas sûr…

L'histoire se répète

Parallèlement aux événements sociaux, le fascisme s’installait avec les conséquences abominables que l’Histoire devrait graver dans notre mémoire. Cette leçon est censée nous faire agir plus humainement ; or, que constate-t-on ? De nombreux citoyens suivent les femmes et les hommes politiques les plus méprisants prêts à sacrifier des gens « différents ».
En 80 ans, les idées extrémistes ne reculent pas ; elles sont toujours aussi nocives. Et la protection des salariés, si durement acquise, se détériore petit à petit.

Les leçons de l’histoire ne nous font pas progresser. Les maîtres du monde sont encore plus forts en 2016 qu’ils ne l’étaient en 1936.

Christian Dechartres – écrivain public – « Le Mot de Passe » - http://www.cd-lmdp.fr - 06.11.48.7.63.

Observateur de la société

Pour avancer vers un autre monde

Commenter cet article