Dis, grand-mère, pourquoi ce déclin ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Dis, grand-mère, pourquoi ce déclin ?
  • « Dis, grand-mère, pourquoi ton papa faisait grève en 1936 ?
  • C’est simple, ma petite fille. Nous vivions durement sans vacances ; nous voulions nous reposer un peu, ne pas travailler en continu toute l’année !
  • Alors, les ouvriers ont demandé à partir en congés tout en étant payés ?
  • Oui, c’est exactement ça.
  • Et ton papa, avec ses copains, ils ont obtenu 2 semaines de congés payés, comme on dit maintenant ?
  • Oui, partir en congés tout en étant rémunérés, c’était un concept totalement nouveau.
  • Mais seulement pour deux semaines ?
  • C’était un début, grâce à ces mouvements de 36, les grévistes ont obtenu la journée de 8 heures ; c’était un progrès social considérable.

Le principe était simple ; pour préserver la santé des travailleurs, il fallait 8 heures de travail, 8 heures de temps libre et 8 heures de sommeil.

  • On commençait à se préoccuper de la santé au travail ?
  • Les ouvriers ont lutté pour cela.
  • Dis grand-mère, pourquoi le gouvernement voudrait permettre aux patrons de faire travailler les salariés jusqu’à 12 heures par jour ?
  • Ma chérie, je ne comprends plus cette régression. C’est à mon avis la dictature des actionnaires qui nous amène à de telles âneries. Les dividendes ne cessent de croitre pendant que le nombre de pauvres augmente. Les bénéfices pourraient être mieux utilisés pour l’amélioration des outils de production et pour les conditions de travail des salariés.
  • C’est la finance qui dirige le monde, en somme !
  • Je vois que tu as compris le système ma petite-fille. Surtout, ne te laisse jamais entraîner dans ces méthodes pernicieuses. Certains salariés entrent dans le système, on leur fait miroiter monts et merveilles tant et si bien qu’ils sont toujours d’accord avec la direction pour des raisons égoïstes. Ces gens individualistes ne font que creuser le fossé entre les patrons et la base.

En 1936, les ouvriers se battaient pour améliorer le quotidien. Ils s’inquiétaient du sort de leurs enfants et petits-enfants. Préserver la santé au travail devenait une priorité. À l’heure actuelle, le taux de gens malades à cause de leur travail ne cesse d’augmenter. Il faut y ajouter ceux qui sont souffrants de ne pas travailler. Il faut partager le travail et les richesses et préserver l’humain.

  • Merci grand-mère pour ces paroles sages. »
Expliquez - vous aussi - le sens de l’histoire du travail à vos plus jeunes. Apprenez à nos enfants cette nécessité de partage ; initiez-les à la considération de l’être humain au cœur de la production de richesses.
L’argent ne doit pas être une fin en soi mais servir l’entité humaine.

Christian Dechartres – écrivain public – « Le Mot de Passe » - http://www.cd-lmdp.fr - 06 11 48 77 63

Pour prendre conscience

Et agir.

Commenter cet article