Conséquences et conclusions : trop de barbarismes

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Conséquences et conclusions : trop de barbarismes

Que de fautes de langage avec ces deux mots !

Alors que signifie le mot « Conséquence » ?

C’est la suite qu’une action, un fait entraîne ; l’effet, le résultat.
Les conséquences d’une maladie, les conséquences d’un accident…
  • Un fait peut tirer à conséquence : les suites en seront fâcheuses.
  • Un fait peut ne pas tirer à conséquence : c’est insignifiant, sans conséquences.

Les conséquences, on ne peut que les constater. Nous n’avons aucun pouvoir sur les conséquences d’un événement. Un accident se produit ; nous ne pouvons que déplorer les conséquences.

http://cd-lmdp.over-blog.fr/2014/04/tirer-les-conclusions-mais-pas-les-consequences.html

Passons au mot « Conclusion » :

C’est le jugement qui suit un raisonnement. Tirer des conclusions de quelque chose. On arrive à la conclusion que… On dit aussi « Pour conclure, en définitive ».

Les conclusions sont le fruit de notre raisonnement par opposition aux conséquences qui ne peuvent qu’être constatées. Elles ne proviennent pas de nos déductions ; nous n’avons aucune prise sur les conséquences.

Des faits peuvent tirer à conséquence, nous en tirons alors les conclusions qui s’imposent. Mais nous ne pouvons pas tirer les conséquences, c’est un non-sens total.

Nous entendons – hélas – trop souvent cette faute à la radio, à la télévision.
Nous tirons les conclusions après avoir constaté les conséquences d’un événement.
Les incorrections répétées dans les médias ont des conséquences désastreuses auprès des publics en mal avec notre langue. Il faut en tirer les conclusions : accentuons nos efforts pour communiquer avec les mots adaptés. Et faire prendre les bonnes habitudes aux jeunes.

Le laisser-aller tire à conséquence ; il faut en tirer les conclusions.

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr

Pour avancer ensemble.

Commenter cet article