Préambule de « La nuit sacrée », pour alléger notre fardeau

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Préambule de « La nuit sacrée », pour alléger notre fardeau

Pour le plaisir, lisez ou relisez le prélude à ce beau livre* de Tahar Ben Jelloun. Cet ouvrage aborde le thème de la religion détournée dans une société hypocrite, sujet plus actuel que jamais :

« Ce qui importe c'est la vérité.
A présent que je suis vieille, j'ai toute la sérénité pour vivre.
Je vais parler, déposer les mots et le temps. Je me sens un peu lourde. Ce ne sont pas les années qui pèsent le plus, mais tout ce qui n'a pas été dit, tout ce que j'ai tu et dissimulé. Je ne savais pas qu'une mémoire remplie de silences et de regards arrêtés pouvait devenir un sac de sable rendant la marche difficile.
J'ai mis du temps pour arriver jusqu'à vous. Amis du Bien ! La place est toujours ronde. Comme la folie. Rien n'a changé. Ni le ciel ni les hommes.
Je suis heureuse d'être enfin là. Vous êtes ma délivrance, la lumière de mes yeux. Mes rides sont belles et nombreuses. Celles sur le front sont les traces et les épreuves de la vérité. Elles sont l'harmonie du temps. Celles sur le dos des mains sont les lignes du destin. Regardez comme elles se croisent, désignent des chemins de fortune, dessinant une étoile après sa chute dans l'eau d'un lac… »
  • Ce qui constitue l’homme, c’est son passé. L’avenir n’est rien s’il n’existe pas de passé pour lui donner du sens. L’existence humaine n’est rien sans cette mémoire qui prolonge l’effet utile du passé dans le présent.
  • Forts de nos expériences, apprenons aux plus jeunes à parler, à ne rien dissimuler sous peine de porter un sac de plus en plus lourd chaque jour. Évitons-leur ce poids insupportable.

Christian Dechartres – écrivain public – « Le Mot de Passe » - http://www.cd-lmdp.fr - 06.11.48.77.63.

Pour avancer libre et plus léger

*Prix Goncourt 1987

Commenter cet article