La forêt des livres : Jean-François Kahn face à son public

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

JFK2013b

JFK, le tribun de la « Forêt des livres »

 

Jean-François Kahn, plébiscité par la foule, retient un large public devant sa table. Ses ouvrages L’invention des français, Comment s’en sortir, Menteurs remportent un vif succès.

 

Avec pour « voisin » l’abbé de la Morandais, le public ne pouvait pas rester indifférent

 

Après l’arrivée en Orient-Express, l’accueil par Gonzague Saint-Bris, le Conseil Général et les personnalités, Jean-François Kahn s’installe près de nous à la table des dédicaces. La foule ne tarde pas à venir à sa rencontre. Des débats courtois s’engagent. JFK ne voit pas  tous les visiteurs pressés de s’entretenir avec lui ? Soit, il se lève et lance des échanges avec ceux qui ne peuvent s’approcher. Le tribun entre en action.

Il évoque avec humour et courtoisie les sujets politiques : le clivage gauche – droite, la guerre des clans, l’obligation pour la majorité de critiquer l’opposition et inversement… Tant que nos institutions contraignent les politiques à de tels agissements, la France n’avance pas. La politique est une guerre, le vaincu n’a plus le droit de cité, c’est regrettable. Avec 50.5%, vous existez, avec 49.5%, vous disparaissez. Un parti à 19% n’est pas représenté à l’assemblée ; pour le débat, ce n’est pas sain.

Comment s’en sortir ? C’est justement l’un des ouvrages proposés au public. Et JFK de poursuivre : « Pour 10 € seulement, vous avez les solutions dans ce livre, c’est cadeau ! Imaginez combien un conseiller vous demanderait pour vous rendre le même service !? »

Les échanges continuent avec le public et notre « voisin de droite » l’abbé de la Morandais : « Il est bien votre pape ! », lance Jean-François Kahn. La foule approuve, c’est un bon communicant. L’abbé rebondit sur le sujet et s’adresse à tous avec sa verve habituelle.

Une question arrive sur les propos très durs que JFK pouvait tenir à l’endroit de certains confrères journalistes. Lui en tient-on rigueur ? Sa réponse : « hormis deux ou trois journalistes vraiment contrariés, les autres poursuivent le débat. »

La « Forêt des livres », vécue ainsi, c’est vraiment la rencontre du public avec les écrivains.

Amandine, la seconde assistante à la table de Jean-François Kahn, me faisait part de sa grande satisfaction : « j’ai passé une très agréable journée aux côtés de JFK, je suis très contente d’avoir vécu autant d’échanges constructifs entre le public et l’auteur. Je reviendrai ! »

Amandine Perrot a résumé tout l’esprit de la « Forêt des livres ».

 

Christian Dechartres - www.cd-lmdp.fr - 06.11.48.77.63

 

 

 

Commenter cet article