Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

3 articles avec colonialisme

L’apogée coloniale française de 1914 à 1934

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

La participation des colonies en hommes, en matières premières, en capitaux fut essentielle pour la France. Les Français de métropole doivent une fière chandelle aux troupes coloniales lors de la grande guerre. Après le conflit, l'apport de "colonisés" fut essentiel pour la reconstruction du pays.

Une contribution indéniable pour la métropole

On estime à 600 000 le nombre de combattants venus d’outre-mer au secours de la métropole : 175.000 Algériens, 40.000 Marocains, 80.000 Tunisiens, 180.000 Africains noirs, 41.000 Malgaches, 49.000 Indochinois, pour les plus représentatifs. Au moins 200 000 travailleurs vinrent prêter main-forte dans les ateliers français. Ce sont 100 000 hommes qui traversèrent les océans pour prendre la relève mortelle dans les tranchées en Artois et en Champagne.

L’empire français

En 1918, la France métropolitaine comptait 38 000 000 d’habitants. Avec les colonies, nous passions à une France de 100 millions d’habitants. La capitulation allemande le 11 novembre 1918 a permis à la France de mettre son empreinte sur la Syrie, le Liban, le Togo et une grande partie du Cameroun, pays pour lesquels la France avait reçu un mandat.

Reconnaissance à nos libérateurs

Le ministre des colonies ne déclara-t-il pas en 1919 : « Nous pouvons même nous demander aujourd’hui avec quelque angoisse ce que nous serions devenus si nous n’avions pas cet énorme réservoir dans lequel nous avons pu largement puiser. » En 1910, le général Mangin présentait l'Empire comme une réserve inépuisable de chair à canon susceptible de compenser la faiblesse de la population métropolitaine en cas de conflit avec l'Allemagne.

A lire également : http://cd-lmdp.over-blog.fr/2016/08/dis-papa-c-est-quoi-la-france.html

N’oublions pas notre histoire récente. Elle est édifiante. Nous avons tous le devoir de prendre en compte ces faits. Respect aux familles.

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr - http://cd-lmdp.over-blog.fr/

Que la vérité éclaire les débats

Partager cet article

Repost 0

Le Liban a-t-il encore un avenir ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Pays minuscule : bande de 250 kilomètres de long, un peu plus de 10.000 km2. An nord, la Syrie. Au sud, Israël. Des voisins dangereux.

Naissance tourmentée

En 1918, la défaite de l’empire ottoman - allié de l’Allemagne -, provoque son démantèlement. La France, déjà intéressée au Moyen Âge et au temps des croisades, saisit l’opportunité de l’Histoire.

http://cd-lmdp.over-blog.fr/2017/01/la-syrie-est-nee-sous-le-joug-francais.html

Le Liban sous protectorat français

Dès la fin de la Première Guerre mondiale, les troupes françaises occupent le Liban. Le 1er septembre 1920, le pays devient un protectorat sous mandat français.

Rivalité franco-britannique

Français et Britanniques se sont livrés une lutte féroce pour s’imposer dans la région. Dès 1840, nos voisins d’Outre-Manche voulaient contrôler la route des Indes.

De la constitution à l’indépendance

En 1926, une constitution d’inspiration française est mise en place. Le protectorat de la France s’exercera jusqu’au 22 novembre 1943, date de l’indépendance du Liban.

Des expatriés en nombre

Le pays a été envahi par de nombreux peuples méditerranéens ; on ne dénombre pas moins de 18 communautés dans le pays. Près de 3 Libanais sur 4 sont expatriés, le pays détient le record en la matière.

Les Syriens ont longtemps considéré le Liban comme une partie de leur territoire. On peut comprendre cet état de fait, les deux pays n’en faisaient qu’un sous la domination française.

Les conséquences du colonialisme

On comprend mieux les raisons du chaos quand on relit l’Histoire. Les pressions colonialistes des Français et des Britanniques dans la région ont laissé une empreinte aux conséquences fâcheuses. On voudrait faire preuve d’optimisme pour les peuples du Liban et de la Syrie. Mais force est de constater que les fractures communautaires perdurent.

Des frontières sources de rivalités

Quand on en vient à imposer des frontières arbitraires - qui ne répondent à aucune histoire commune des peuples que l’on veut y « enfermer »-, les conflits réapparaissent perpétuellement. Nourrissons des souhaits de prospérité pour les Libanais, ils le méritent.

 

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr - http://cd-lmdp.over-blog.fr/

Pour comprendre les cheminements de l’Histoire

 

 

Partager cet article

Repost 0

Si nous sommes encore Français, c'est aussi grâce à eux

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Le blanchiment des troupes coloniales reste un pan de notre histoire peu connu.

Sans doute parce qu'il est peu glorieux.

Durant la première guerre mondiale, ces pauvres soldats africains périssaient dans les tranchées quand ils ne mourraient pas lors des assauts.

On réservait aux Africains le sale travail. Ils constituaient la chair à canon idéale.

Un traitement inhumain, honteux

Lors de la seconde guerre mondiale, on les utilise aussi comme de la chair à canons, mais on ne souhaite pas trop les montrer. En Italie, les alliés sont bloqués ; ils font appel aux tirailleurs africains pour se tirer d'un mauvais pas. Succès.

Les Africains ont contribué à la lutte contre le nazisme jusqu'à la frontière allemande. De nombreux soldats africains n'avaient même pas de chaussures en arrivant dans les monts alsaciens. Traitement indigne.

Pour filer en Allemagne, quand la victoire se profila, le commandement décida le blanchiment des troupes coloniales. On retirait les hommes noirs pour les remplacer par des blancs. Principe odieux.

N'oublions pas ces sacrifices

Ces malheureux soldats africains étaient traités comme des hommes de second rang. On les utilisait pour les tâches ingrates, mais on s'en débarrassait quand les caméras allaient filmer la victoire.

Les Français d'aujourd'hui leur doivent la liberté si chèrement acquise.

Ayons une pensée pour ces braves soldats sacrifiés dans l'ombre.

Français de métropole, nous leur devons beaucoup.

Christian Dechartres - écrivain public - http://www.cd-lmdp.fr

Pour que la vérité soit dite

Partager cet article

Repost 0