Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

3 articles avec verite

Le 8 mai 1945, jour de liesse et début des hostilités en Algérie

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Le 8 mai 1945 marque le début des exactions de l’armée française en Algérie ; les titulaires du certificat d’études – notamment - figuraient sur des listes d’exécution.

Je poursuis mes recherches à travers les archives. Trop de vérités sont tues.

L’historienne Georgette Elgey a réalisé un travail d’investigations extraordinaire sur cette période.

Abdelkader Rahmani a vu le jour près de Sétif dans le Constantinois (Est de l’Algérie). Il participe à la poussée du « patriotisme pro-Français » que connaît l’Algérie au lendemain du débarquement allié de novembre 1942. Il s’engage dans l’armée française. Cet engouement lui vaut la vie sauve en mai 1945, au lendemain des émeutes de Sétif et de la terrible répression qui s’ensuivit. Il nous explique :
«Alors que trois de mes frères et moi-même étions sous l'uniforme français, les gendarmes se présentèrent chez nos parents pour nous arrêter. Nous considérant comme des "intellectuels" (nous écrivions et lisions le français correctement), les colons de mon village - érigés en "justiciers" - nous avaient couchés sur la liste des hommes à abattre. Nous n'avions jamais fait de politique, jamais adhéré à aucun parti ou mouvement. Les autorités civiles ignoraient que nous étions dans l 'armée ... »

Merci à Georgette Elgey pour ses trente années de recherches. Elle met en lumière un processus consistant pour l’armée française à éliminer les intellectuels de peur qu’ils diffusent une analyse pertinente des événements d’Algérie. Un citoyen capable de fournir un éclairage à ses concitoyens devenait un danger pour le pouvoir. Ce principe n’a d’ailleurs pas évolué dans notre société ; plus on abrutit les gens par des idioties, moins ils prennent conscience des manœuvres politiciennes.


Restons vigilants à la qualité de l’information véhiculée par les réseaux dits « sociaux ». Trop de fausses nouvelles circulent pour mieux infléchir le raisonnement des plus faibles. Ces manœuvres constituent un danger pour nos démocraties.

Christian Dechartres – écrivain public – « Le mot de passe » - http://www.cd-lmdp.fr

Observateur de la comédie humaine
Pour faire comprendre les dessous de l’histoire.

 

Partager cet article

Repost 0

Si nous sommes encore Français, c'est aussi grâce à eux

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Le blanchiment des troupes coloniales reste un pan de notre histoire peu connu.

Sans doute parce qu'il est peu glorieux.

Durant la première guerre mondiale, ces pauvres soldats africains périssaient dans les tranchées quand ils ne mourraient pas lors des assauts.

On réservait aux Africains le sale travail. Ils constituaient la chair à canon idéale.

Un traitement inhumain, honteux

Lors de la seconde guerre mondiale, on les utilise aussi comme de la chair à canons, mais on ne souhaite pas trop les montrer. En Italie, les alliés sont bloqués ; ils font appel aux tirailleurs africains pour se tirer d'un mauvais pas. Succès.

Les Africains ont contribué à la lutte contre le nazisme jusqu'à la frontière allemande. De nombreux soldats africains n'avaient même pas de chaussures en arrivant dans les monts alsaciens. Traitement indigne.

Pour filer en Allemagne, quand la victoire se profila, le commandement décida le blanchiment des troupes coloniales. On retirait les hommes noirs pour les remplacer par des blancs. Principe odieux.

N'oublions pas ces sacrifices

Ces malheureux soldats africains étaient traités comme des hommes de second rang. On les utilisait pour les tâches ingrates, mais on s'en débarrassait quand les caméras allaient filmer la victoire.

Les Français d'aujourd'hui leur doivent la liberté si chèrement acquise.

Ayons une pensée pour ces braves soldats sacrifiés dans l'ombre.

Français de métropole, nous leur devons beaucoup.

Christian Dechartres - écrivain public - http://www.cd-lmdp.fr

Pour que la vérité soit dite

Partager cet article

Repost 0

19 mars 1962, pourquoi l’occulter ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Les accords d’Évian – le 19 mars 1962 – mettaient fin à la guerre d’Algérie. La France reconnaissait l’indépendance de l’Algérie dans son intégralité.

Une guerre sanglante dont les plaies sont encore béantes

La guerre d’Algérie trouve son origine dans les massacres de Sétif qui ont débuté le 8 mai 1945 et dans la déception du statut organique accordé à l’Algérie en 1947. Cette guerre durera de 1954 à 1962.

L’emploi de la tortue dans ce conflit a souvent été controversé. Les preuves en sont toutefois tangibles.

Les attentats de l’OAS – Organisation armée secrète - se poursuivirent après le 19 mars 1962 et provoquèrent le départ de plus d’un million de Français d’Algérie.

Une colonisation « silencieuse »

Cette guerre aura fait l’objet d’un mutisme insupportable. Les accords d’Évian mettaient fin au conflit et à une colonisation entamée en 1830. En 1848, les départements 91, 92, 93 – respectivement Alger, Oran, Constantine avaient été créés. Viendra ensuite s’ajouter le département 94 – Territoires du sud. La numérotation venait à la suite des départements de métropole.

Des gouvernements essoufflés

Les événements d’Algérie – comme on aimait à le dire – provoquèrent également la chute de la IVe République.

A lire aussi : http://cd-lmdp.over-blog.fr/2015/05/mai-1945-a-setif-guelma-et-kherrata-eliminer-les-intellectuels-d-abord.html?utm_source=_ob_share&utm_medium=_ob_twitter&utm_campaign=_ob_sharebar

http://cd-lmdp.over-blog.fr/2014/04/france-un-passe-pas-toujours-glorieux-en-algerie.html

Faut-il balayer l'histoire d'un revers de main ?

En 1994, la repentance  prit un nouveau sens : une lettre de Jean-Paul II faisait état d'un regret relatif à des actes commis dans le passé par des membres de l'Eglise et reconnus publiquement comme des fautes avec le recul de l'Histoire.

Les peuples peuvent s'inspirer de cette initiative du pape pour faire acte de repentance dès lors que des actes barbares ont été commis envers des populations. Ce n'est que justice.

 

Christian Dechartres – écrivain public – « Le Mot de Passe » - http://www.cd-lmdp.fr - 06.11.48.77.63.

  • Observateur d'un monde féroce
  • Pour ne pas oublier
  • Pour comprendre

Partager cet article

Repost 0