Les dictateurs ont-ils le monopole des paroles dégradantes et consternantes ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Qui a tenu ce discours ? :

« Il faut dire ouvertement que les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures. Je répète qu’il y a pour les races supérieures, un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures. » 

C’est Jules Ferry – le 28 juillet 1885 – devant la Chambre des députés. Ça fait froid dans le dos.

 

Une autre tirade dans le même registre :

« Nous admettons le droit et même le devoir des races supérieures d’attirer à elles celles qui ne sont pas parvenues au même degré de culture, et de les appeler aux progrès réalisés grâce aux efforts de la science et de l’industrie. »

L’auteur n’est autre que Léon Blum – le 9 juillet 1925 – à la Chambre des députés.

Les promoteurs de la colonisation ne reculaient devant aucune entreprise d’asservissement. Au pays des droits de l’homme, les politiques en place usaient d’argument pour le moins triviaux.

 

Déclarations récentes aussi malheureuses

Ces dernières années, nous eûmes droit à : « Casse-toi pauvre c.. », « Dès demain, on va nettoyer au Karcher la cité. » Paroles déshonorantes d’un homme à la plus haute fonction de l’État français.

« Les chambres à gaz étaient un détail de l’histoire de la guerre. », Ces propos dits, redits, réitérés consternent des millions de gens. Elles donnent aussi une triste image de nos hommes politiques.

 

Sortons de ce miasme

La médiocrité ambiante nous entraîne vers un abîme sans nom. La primaire à droite démontre combien des candidats dits « d’un même camp » peuvent se détester. Les Américains sont privés d’un débat sur les véritables valeurs à défendre dans le pays le plus puissant de la planète.

Harcelons les femmes et les hommes politiques qui aspirent à de hautes fonctions pour des raisons parfois occultes. Qu’ils se montrent à la hauteur de leurs prétentions affichées. Qu’ils adoptent un discours clair ; qu’ils respectent toutes les catégories sociales ; qu’ils cessent de massacrer leurs ennemis et leurs « pseudo-amis » politiques.

 

C’est de rassemblement sur de véritables valeurs dont nous avons besoin, pas de divisions.

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr - http://cd-lmdp.over-blog.fr/2016/10/osez-aller-plus-loin-sortez-de-votre-zone-de-confort.html

Pour remonter la pente

 

 

 

Commenter cet article