Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Trump élu grâce aux réseaux sociaux ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Comment l’histoire devrait nous ouvrir les yeux

« Dans la petite ville de Hameln, les rats, jadis, pullulaient. Mais, un jour, un personnage bizarre se présenta à l’entrée de la ville. Il avait le teint blême, des yeux étranges, une mèche de cheveux sur le front. Il marchait vite, et les talons de ses bottes sonnaient sur le pavé ; et, tout en marchant, il jouait de la flûte, et il tirait de cette flûte une mélodie singulière ; et voici qu’en l’entendant, les rats commencèrent à sortir des maisons, des caves et des greniers, et à courir derrière lui.

La mélodie les émouvait jusqu’au fond de l’âme ; elle répondait à leurs aspirations confuses, à leurs nostalgies, à leurs passions, à leurs espoirs ; elle les berçait, elle les excitait, elle les enchantait, elle exerçait sur eux une force d’attraction irrésistible. En une troupe noire, de plus en plus dense, les rats trottaient aux trousses du sorcier. Celui-ci les conduisit de la sorte jusqu’au fleuve. Sans s’arrêter, il y pénétra. Les rats y pénétrèrent avec lui, fascinés par sa musique ; et le sorcier et les rats disparurent dans les eaux… »

L’homme à la mèche de cheveux sur le front n’est autre qu’Hitler. Le dictateur est parvenu à entraîner un peuple doté d’humanisme et d’universalisme vers une idéologie suicidaire. Les faits se déroulaient dans années 1930.

 

Comment attirer les électeurs naïfs

En novembre 2016, un homme à la coiffure étrange – est-ce un signe ? – est parvenu à se faire élire président de la première puissance mondiale. Lui aussi a charmé les électeurs avec un discours souvent provocateur, xénophobe à outrance, ô combien misogyne. Ses propos anxiogènes n’ont rien à envier à certaines paroles d'Hitler à la tribune ou dans « Mein Kampf ».

Sans les réseaux sociaux, Donald Trump aurait-il été élu ? On peut en douter. Dans les dernières semaines de la campagne, les informations tronquées, les hoax, les rumeurs ont inondé la toile pour cautionner son discours haineux et pour discréditer sa rivale. Un internaute se vante d’avoir submergé « Facebook » de fausses informations visant à faire adhérer les Américains les plus radicaux aux idées funestes de Trump. On peut penser que ces manœuvres ont faussé le jugement des Américains.

 

Pourquoi il faut agir vite contre les hoax

De nombreux lecteurs d’hoax jubilent à l’idée qu’on pense comme eux et qu’il faut relayer ces pseudo-informations. Le résultat est désastreux.

Zuckerberg aurait l’intention de lutter contre les fausses informations diffusées sur Facebook. Bien lui en prennent.

http://www.francetvinfo.fr/internet/reseaux-sociaux/facebook/signalement-fact-cheking-comment-facebook-veut-lutter-contre-les-fausses-informations_1928867.html#xtor=EPR-2-[newsletterquotidienne]-20161120-[lestitres-coldroite/titre6]

Mais qu’il agisse vite. Il nous faut éviter la même mésaventure en France lors de l’élection de notre président de la République.

 

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr -http://cd-lmdp.over-blog.fr/

Pour une information raisonnée

 

 

Partager cet article

Trump, l’homme qui a trompé les électeurs et les sondeurs

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Un homme haineux, misogyne, raciste prend le pouvoir de la première puissance mondiale.

Campagne d’une rare médiocrité

La campagne électorale fut d’une rare violence, jamais atteinte en pareil contexte. Les Américains furent privés d’un débat de fond sur les sujets essentiels. Les insultes de Trump ont émaillé les meetings. On retiendra du personnage une personnalité peu fréquentable. On pouvait espérer qu’un tel candidat fût écarté de la course à la présidence. Il arriva à ses fins.

Un système pour les extrêmes ?

Des figures immondes accèdent à la tête de pays « évolués ». Faut-il y voir un défaut des systèmes électifs ? De grandes puissances ont à leur tête des gouvernants malades de leur ego et de leurs idées funestes.

Les programmes extrémistes recueillent l’assentiment d’un nombre croissant d’électeurs. C’est un signe des temps. Dans les discussions de « bistrots », les propos de rejet sont légion alors que le monde a besoin de fraternité, d’amour, d’altruisme.

Menace sur la terre

Et notre planète ? Nous savons tous qu’elle ne peut pas nourrir 8 milliards d’individus vivant comme les Américains. Il faudrait 5 planètes avec une consommation et un gaspillage dont nos voisins d’Outre-Atlantique sont coutumiers. Trump, sur ce point crucial pour l’avenir, n’est pas le président rêvé pour réduire la consommation d’eau et d’énergie sur notre planète en grande souffrance.

Nos enfants et petits-enfants auront à supporter l’inconscience des maîtres du monde indifférents au sort des futures générations. Armons-nous de patience ; nous avons le devoir de lutter contre les idées folles des politiques égoïstes.

Indispensable cohésion dans l’effort

Unissons nos efforts dans la perspective d’un monde plus humain. Mettons tout en œuvre pour atteindre des objectifs louables et salvateurs en faveur de nos progénitures.

L’immigration zéro, l’isolationnisme, les politiques ultralibérales, les systèmes de santé réservés aux seuls riches, tout cela doit être banni. Nous aurons besoin d’une grande énergie pour lutter contre ces idées néfastes. Rassemblons dès maintenant les forces vives pour un avenir meilleur.

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.frhttp://cd-lmdp.over-blog.fr/

Pour lutter ensemble

 

 

Partager cet article

Sondeurs, les Nostradamus de la politique

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Sondez partout où il le faut

Médecins et infirmières apprennent à poser la sonde à l’endroit précis où est elle est efficace.

Vous, sondeurs, apprenez à sonder intelligemment sous peine d’erreurs répétées. Les exemples à votre tableau de chasse ne manquent pas.

Allez dans les bistrots des villages, vous y apprendrez beaucoup. Le mécontentement s’y révèle au grand jour.

Donner le résultat avant l’élection ?

Quand vous racontez la fin du film, les spectateurs ne se déplacent pas. Cessez donc de publier le verdict d’une élection avant qu’elle n’ait lieu.

À vouloir donner le résultat avant un vote, vous découragez des électeurs admiratifs devant vos prévisions. Tel Nostradamus qui nous a prévu la fin du monde à plusieurs reprises, vous faussez le scrutin avec vos méthodes. On en voit les conséquences ces dernières années.

Une méthodologie à revoir

Lorsque je travaillais pour un institut de sondage dans les années soixante-dix, nous allions dans les coins les plus reculés afin de répondre aux critères des quotas.

De nombreux sondages sont maintenant réalisés sur le Net. Comment les habitants non connectés – une frange encore non négligeable – sont-ils sollicités pour exprimer leur opinion ? Comment pratique-t-on les sondages auprès des populations les plus démunies, les plus écartées du champ social ? On y rencontre nombre de mécontents du système politique. En tient-on compte dans les sondages ?

Les politiques font notre malheur.

Ils réclament moult enquêtes d’opinions pour adapter leur changement de discours. Les pourcentages d’opinion constituent leur drogue quotidienne bien qu’ils affirment le contraire à chaque entretien.

Sondeurs, cessez votre matraquage

Laissez les citoyens se forger leur opinion, incitez-les à voter. Donnez-leur envie de s’informer auprès de médias sérieux et professionnels. Pour cela, ne leur donnez pas le résultat d’une élection que vous pensez déjà acquise à Pierre, Paul, Jacques ou Donald.

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr - http://cd-lmdp.over-blog.fr/

Pour un monde raisonnable

Pour une société informée

Pour sortir de ce monde orwellien.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Expulsé avant l’hiver, le trottoir pour univers

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

 

Te voilà sur le trottoir,

Dès que l’hiver fut venu.

Tu ne peux plus entrevoir

Le doux rêve d’une main tendue.

 

Te voilà sur le trottoir ;

Les logements vides tu les vois

Et les nantis se font voir,

Ils se font voter des lois.

 

Te voilà sur le trottoir

Expulsé de ton logement.

Les édiles il faut les voir

Prêter tous leurs boniments.

 

Te voilà sur le trottoir.

Revenu universel,

On le rejette sans savoir,

Agité comme une crécelle.

 

Te voilà sur le trottoir ;

Toi aussi, mais comme beaucoup,

Tu attends les réchauffoirs.

Mais ne viennent que des grigous.

 

Te voilà sur le trottoir,

Les politiques cumulards

Qui se font toujours bien voir

Ne t’apportent aucun espoir.

 

Te voilà sur le trottoir.

De ce tout nouveau repaire,

En quête d’un gîte illusoire,

Tu cherches de nouveaux repères.

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.frhttp://cd-lmdp.over-blog.fr/

 

Pour un monde plus humain

Que le mot fraternité ait un sens.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Comment lutter contre l’intolérance ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Il faut

- Que toutes les religions fassent leur mea-culpa

- Qu’elles chassent les extrémistes de leurs rangs.

Se réclamer d’une religion - quelle qu’elle soit - c’est vouloir répandre la parole de Dieu pour essaimer le bien autour de soi, pour aimer son prochain, pour soutenir les faibles… Aucune religion ne peut être prétexte à tuer.

- L’ignorance et l’inculture constituent les principales causes des actes violents. Combien d’extrémistes se réclamant de l’islam ont étudié le Coran ? Très peu. C’est l’idéologie inculquée par des gens habiles qui transforme des jeunes en assassins.

- Comment remédier à cette situation ? En formant les enfants à l’école, en leur donnant une culture générale qui leur permette de comprendre le monde et de penser par eux-mêmes, sans le concours de gourous. Les dogmes religieux ne constituent en rien de réelles démonstrations. Il faut ouvrir les yeux des enfants. Il faut prendre conscience que nos enfants s’en sortiront seulement s’ils accèdent à cette capacité de lire des textes et ainsi être en mesure de dialoguer sur les sujets graves de notre société.

Quand tous les jeunes se forgeront une culture générale, le monde ira beaucoup mieux. Il faut y travailler d’arrache pied.

Christian Dechartres – écrivain public - http://www.cd-lmdp.fr - 06.11.48.77.63.

Observateur de la comédie humaine.

Partager cet article

Les dictateurs ont-ils le monopole des paroles dégradantes et consternantes ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Qui a tenu ce discours ? :

« Il faut dire ouvertement que les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures. Je répète qu’il y a pour les races supérieures, un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures. » 

C’est Jules Ferry – le 28 juillet 1885 – devant la Chambre des députés. Ça fait froid dans le dos.

 

Une autre tirade dans le même registre :

« Nous admettons le droit et même le devoir des races supérieures d’attirer à elles celles qui ne sont pas parvenues au même degré de culture, et de les appeler aux progrès réalisés grâce aux efforts de la science et de l’industrie. »

L’auteur n’est autre que Léon Blum – le 9 juillet 1925 – à la Chambre des députés.

Les promoteurs de la colonisation ne reculaient devant aucune entreprise d’asservissement. Au pays des droits de l’homme, les politiques en place usaient d’argument pour le moins triviaux.

 

Déclarations récentes aussi malheureuses

Ces dernières années, nous eûmes droit à : « Casse-toi pauvre c.. », « Dès demain, on va nettoyer au Karcher la cité. » Paroles déshonorantes d’un homme à la plus haute fonction de l’État français.

« Les chambres à gaz étaient un détail de l’histoire de la guerre. », Ces propos dits, redits, réitérés consternent des millions de gens. Elles donnent aussi une triste image de nos hommes politiques.

 

Sortons de ce miasme

La médiocrité ambiante nous entraîne vers un abîme sans nom. La primaire à droite démontre combien des candidats dits « d’un même camp » peuvent se détester. Les Américains sont privés d’un débat sur les véritables valeurs à défendre dans le pays le plus puissant de la planète.

Harcelons les femmes et les hommes politiques qui aspirent à de hautes fonctions pour des raisons parfois occultes. Qu’ils se montrent à la hauteur de leurs prétentions affichées. Qu’ils adoptent un discours clair ; qu’ils respectent toutes les catégories sociales ; qu’ils cessent de massacrer leurs ennemis et leurs « pseudo-amis » politiques.

 

C’est de rassemblement sur de véritables valeurs dont nous avons besoin, pas de divisions.

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr - http://cd-lmdp.over-blog.fr/2016/10/osez-aller-plus-loin-sortez-de-votre-zone-de-confort.html

Pour remonter la pente

 

 

 

Partager cet article

CETA : « Amis Wallons, merci pour votre ténacité »

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Si seulement tous les états européens faisaient preuve du même courage pour dénoncer les effets pervers de tels accords. Tenir bon jusqu’à la modification du texte, c’est ce que nous attendons des politiques qui nous représentent.

 

Que nos politiques soient plus responsables

Soulignons la clairvoyance des Wallons sur l’analyse des principes malsains qui nous menacent. Pourquoi les autres états de l’UE n’ont pas réagi aussi vivement ? Nous sommes en droit d’attendre de nos politiques une attitude plus responsable. De grâce, qu’ils ne signent pas des accords avec une telle désinvolture. Il faut savoir résister aux lobbies qui rôdent dans les couloirs du Parlement européen.

Les Wallons étaient désignés comme des brebis galeuses alors que leur courage politique nous rendra un grand service.

 

L’application contraignante des termes du CETA

Le texte - sur des questions spécifiques -, a fait l’objet d’un instrument interprétatif dont voici des extraits significatifs :

  • Les engagements relevant des chapitres "Commerce et développement durable", "Commerce et travail" et "Commerce et environnement" sont soumis à des mécanismes d’évaluation et de réexamen spécifiques et contraignants.

Le Canada ainsi que l’Union européenne et ses États membres s’engagent résolument à faire un usage efficace de ces mécanismes pendant toute la durée de vie de l’accord.

Ils s’engagent en outre à procéder rapidement à un réexamen de ces dispositions, notamment en vue de veiller à ce que les dispositions de l’AECG des chapitres "Commerce et travail" et "Commerce et environnement" puissent être mises en œuvre de manière effective.

L’AECG préserve la capacité de l’Union européenne et de ses États membres ainsi que du Canada à adopter et à appliquer leurs propres dispositions législatives et réglementaires destinées à réglementer les activités économiques dans l’intérêt public, à réaliser des objectifs légitimes de politique publique tels que la protection et la promotion de la santé publique, des services sociaux, de l’éducation publique, de la sécurité, de l’environnement et de la moralité publique, la protection sociale ou des consommateurs, la protection des données et de la vie privée, ainsi que la promotion et la protection de la diversité culturelle.

https://www.collectifstoptafta.org/IMG/pdf/doc_belge.pdf

 

Cet épisode démontre la capacité de certains à résister aux pressions pendant que d’autres écoutent le chant des sirènes.

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr - http://cd-lmdp.over-blog.fr/

Pour ouvrir les yeux sur le monde des « affaires »

Instrument interprétatif commun concernant l'accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada, d'une part, et l'Union européenne et ses États membres, d'autre part

Partager cet article

Le Conseil constitutionnel a tranché : l’indemnisation minimum dans les entreprises de 11 salariés au moins est légale

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

En cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse et en l’absence de réintégration dans l’entreprise, le salarié bénéficie, en plus de l’indemnité de licenciement, d’une indemnité en réparation du préjudice subi dont le montant ne peut pas être inférieur aux six derniers mois de salaire.

Uniquement dans les entreprises de plus de 11 salariés

Cette disposition ne s’applique pas dans les entreprises de moins de 11 salariés. Ainsi en a décidé le Conseil constitutionnel.

Motif invoqué par le Conseil : préserver les entreprises les plus fragiles. 

Les décisions du Conseil constitutionnel ne sont susceptibles d’aucun recours.

Pour plus de détails :

https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A11066?xtor=EPR-100

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr - http://cd-lmdp.over-blog.fr/page/2

Pour comprendre et faire comprendre.

 

Partager cet article

CETA : un gros mot ? Que cache-t-il ? Pourquoi les Wallons s'y opposent ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

L’accord économique et commercial global (AECG) ou Comprehensive Economic and Trade Agreement (CETA), fait couler beaucoup d’encre. Il suscite de nombreuses controverses. Les Wallons s’opposent à sa mise en place ; ils attendent plus de garanties :

  1. Une multinationale pourrait porter plainte contre un état si jamais elle estimait que l’état mène une politique contraire à ses intérêts, c’est un premier point de désaccord.

  2. Une agriculture mal protégée par le traité dans sa forme actuelle, c’est la seconde pierre d’achoppement.

  3. Si jamais le CETA était approuvé, les firmes américaines pourraient se lancer à l’assaut des réglementations qui leur sont défavorables, et ce par le biais de leurs filiales canadiennes, c’est le troisième point de divergence avancé par les Wallons.

La Commission européenne est censée négocier le TTIP (ou Tafta), le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement, avec les États-Unis. Après le blocage sur le CETA, le TTIP a-t-il un avenir ?

 

Pourquoi le CETA fait-il peur ?

 

a) Sur le plan monétaire

Il doit encourager la concurrence et libéraliser les échanges financiers. Est-ce bien le moment dans un monde dominé par les empires financiers et touché par le scandale des Panama Papers ?

 

b) Sur notre environnement :

Avec le CETA,  les gouvernements auraient la faculté d’introduire des critères environnementaux et sociaux dans l’attribution des marchés publics, c’est très bien. Mais le texte les incite à choisir l’offre la plus « avantageuse ». La messe est dite.

 

c) Sur l’Audiovisuel :

L’exception culturelle serait de rigueur dans ce traité. Mais, contrairement au Canada, l’Union Européenne n’a pas protégé son secteur culturel (livres, presse, etc.). On peut imaginer les conséquences du CETA.

 

d) Sur la santé :

Les tribunaux pourraient remettre en question les décisions publiques en faveur de la santé et de l’environnement. Cela n’augure rien de bon.

 

e) Sur les hormones et les productions animales

Pour exporter du bœuf et du porc, les producteurs canadiens doivent développer des chaînes de production séparées sans hormone. Peut-on être assez naïfs pour croire en la transparence d’un tel dispositif ?

 

En conclusion

On peut comprendre pourquoi les Wallons sont inquiets de la mise en application du CETA en l’état actuel du texte. Pourquoi d’autres pays n’ont-ils pas mis leur veto ? C’est que les lobbies ont dû réaliser un travail de grande ampleur.

Maintenant, si vous souhaitez lire l’intégralité du texte proposé à l’UE, voici le lien :

http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=COM:2016:444:FIN

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.frhttp://cd-lmdp.over-blog.fr/

« Le jour où on laissera le loup garder les troupeaux, il ne restera plus un seul mouton sur la terre. » FOG

Partager cet article

Osez aller plus loin ; sortez de votre zone de confort

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

 Allez de l’avant, franchissez cette zone qui semble vous protéger alors qu’elle vous enferme dans des limites artificielles et injustifiables.

Avancez avec force et raison

Il ne s’agit pas pour autant d’oublier de respecter un certain principe de prudence. Encore moins de vous traumatiser. Mais vous pouvez repousser progressivement vos limites et tenter de nouvelles expériences.

Un large panel d’actions à mener vous fera sortir du "train-train quotidien" (professionnel ou personnel) :

  • Parler à un inconnu dans la rue ou dans un salon professionnel
  • Participer à des rencontres entre dirigeants d’entreprises ou d’associations.
  • Choisir un nouveau plat au restaurant
  • Suivre une formation totalement nouvelle
  • Postuler pour participer en tant qu’expert dans votre domaine
  • Commencer une nouvelle activité sportive, artistique, associative
  • Présenter votre activité en public
  • Assumer vos ambitions aux yeux de tous

 

Améliorez votre jugement personnel : vous êtes libre, vivez votre vie. Vous avez droit à l’erreur

Débarrassez-vous de vos peurs irrationnelles ; ces angoisses qui vous empêchent d’affronter l’inconnu en posant des barrières invisibles autour de vous. Allez toujours un peu plus loin, à votre rythme, vous aidera à prendre confiance en vous.

Au fur et à mesure, vous intégrerez ces actions dans votre zone de confort.

Et vous aurez envie de relever de nouveaux défis !

La partie est alors gagnée.

 

 

Christian Dechartres - écrivain public -http://www.cd-lmdp.fr - http://cd-lmdp.over-blog.fr/

 

Pour relever de nouveaux challenges

Partager cet article

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>