Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Où est le mal ? Où est le bien ? Quel projet pour la jeunesse?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Où est le mal ? Où est le bien ? Quel projet pour la jeunesse?
En fouillant le passé, il faut se rendre à l’évidence : le mal n’est pas toujours où on le dit. Le bien n’est pas toujours où l’on croit.

Histoire contre mémoire

L’historien doit remettre les faits en perspective. L’histoire repose sur des faits avérés, elle explique, elle analyse. La mémoire fait ressurgir des événements mêlés à des sentiments avec tout le subjectif que cela implique.
Nos mémoires nous divisent sur l’histoire alors que l’histoire doit nous unir. Faudrait-il oublier pour éviter les fractures sous prétexte que notre mémoire s’érige en tribunal ?

Resserrer les liens

Dans un monde aussi bousculé, une relecture de l’histoire doit nous conduire à prendre des décisions collectives en faveur du plus grand nombre.
En conjuguant la mémoire et l’histoire, nous devons créer de nouveaux liens sociaux fondés sur la vérité et l’honnêteté pour réunir nos jeunes dans un élan civique salutaire.

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr

Pour créer du lien.

Où est le mal ? Où est le bien ? Quel projet pour la jeunesse?

Partager cet article

Réfugiés ou migrants ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Réfugiés ou migrants ?
Les malentendus pleuvent au sujet de ces gens qui fuient la guerre. Des populations bombardées par plusieurs armées, voire agressées par leurs gouvernants peuvent-elles continuer à vivre dans des conditions acceptables ? La réponse est NON. C’est juste un constat.

On ne parle plus de choix, mais de contrainte

Les migrants choisissent de quitter leur pays pour des raisons personnelles ; en revanche, les réfugiés le fuient en raison du danger qu’ils courraient s’ils persistaient à y vivre.
Peut-on subsister sous un déluge de bombes ? Peut-on rester dans une ville ou un village en ruines ? Imaginez un instant le quotidien sans eau, sans soins, sans nourriture de ces femmes, de ces enfants pris sous le feu des armes.

Qui est responsable ?

Plutôt que d’accuser ces pauvres gens, il faudrait plutôt s’interroger sur les raisons de la situation catastrophique de leur pays. Qui bombarde ? D’où viennent les armes ? Pour quelles raisons vient-on martyriser ces populations ?

Les précédents dans l’histoire

Que faisaient les populations en voyant déferler les panzers de la Wehrmacht ? Elles fuyaient sur les routes ; elles ne savaient plus où aller. Elles partaient vers le sud dans l’espoir de trouver un refuge. Beaucoup ne sont jamais revenus dans leur patrie.

Des gens les accueillaient, d’autres les rejetaient

Des Français – à cette époque – ont aidé des personnes persécutées et d’autres ont collaboré avec l’ennemi pour dénoncer des Juifs ou des résistants. Aujourd’hui, nous constatons que des Français sont émus à la vue de ces réfugiés sur des embarcations surchargées et d’autres seraient prêts à les rejeter à la mer.

Ainsi va l’humanité. Il est impératif d’apaiser le débat en faisant preuve de pédagogie.

Il faut faire la distinction

Qu’est-ce donc qu’un réfugié ?
http://www.ofii.fr/la_demande_d_asile_51/refugies_28.html
Qu’est-ce alors qu’un migrant ?
http://www.unesco.org/new/fr/social-and-human-sciences/themes/international-migration/glossary/migrant/
Un réfugié est un migrant puisqu’il quitte son pays sous la pression de la guerre, de la violence, de l’intolérance.
Mais tous les migrants ne sont pas des réfugiés. Ne faisons pas d’amalgames trop rapides. Sur la planète, les armes de destruction provoquent des catastrophes que les populations cherchent à fuir. Ne stigmatisons pas ces pauvres gens dépouillés de tout. N’en faisons pas des ennemis de notre société. Au pays des Droits de l’Homme, nous ne pouvons pas rejeter des populations prises sous le feu d’armes que nous avons parfois vendues.

http://www.unhcr.org/fr/news/stories/2016/7/55e45d87c/point-vue-hcr-refugie-migrant-mot-juste.html?gclid=Cj0KEQjw9vi-BRCx1_GZgN7N4voBEiQAaACKVubzhA4BDPgphwhESA5nr9-evCZgkibfj0kaz6PQtosaAgh78P8HAQ

http://www.ofii.fr/la_demande_d_asile_51/refugies_28.html

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr

Pour que les droits et les libertés soient respectés

Partager cet article

Si nous sommes encore Français, c'est aussi grâce à eux

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Le blanchiment des troupes coloniales reste un pan de notre histoire peu connu.

Sans doute parce qu'il est peu glorieux.

Durant la première guerre mondiale, ces pauvres soldats africains périssaient dans les tranchées quand ils ne mourraient pas lors des assauts.

On réservait aux Africains le sale travail. Ils constituaient la chair à canon idéale.

Un traitement inhumain, honteux

Lors de la seconde guerre mondiale, on les utilise aussi comme de la chair à canons, mais on ne souhaite pas trop les montrer. En Italie, les alliés sont bloqués ; ils font appel aux tirailleurs africains pour se tirer d'un mauvais pas. Succès.

Les Africains ont contribué à la lutte contre le nazisme jusqu'à la frontière allemande. De nombreux soldats africains n'avaient même pas de chaussures en arrivant dans les monts alsaciens. Traitement indigne.

Pour filer en Allemagne, quand la victoire se profila, le commandement décida le blanchiment des troupes coloniales. On retirait les hommes noirs pour les remplacer par des blancs. Principe odieux.

N'oublions pas ces sacrifices

Ces malheureux soldats africains étaient traités comme des hommes de second rang. On les utilisait pour les tâches ingrates, mais on s'en débarrassait quand les caméras allaient filmer la victoire.

Les Français d'aujourd'hui leur doivent la liberté si chèrement acquise.

Ayons une pensée pour ces braves soldats sacrifiés dans l'ombre.

Français de métropole, nous leur devons beaucoup.

Christian Dechartres - écrivain public - http://www.cd-lmdp.fr

Pour que la vérité soit dite

Publié dans Histoire, politique

Partager cet article

Caution locative Visale : vers une extension à tous les jeunes de moins de 30 ans

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Caution locative Visale : vers une extension à tous les jeunes de moins de 30 ans

Des aides importantes pour les dépenses de logement des jeunes :

https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A10335?xtor=EPR-100

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/N20359

Rappel : le dépôt de garantie ne peut pas excéder un mois de loyer.

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr

Pour une meilleure information

Partager cet article

Comment éviter l’effondrement de notre société ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Comment éviter l’effondrement de notre société ?
Certains d’entre nous vivent entourés de gens précis, logiques, exemplaires. Mais combien d’autres œuvrent dans l’à-peu-près.

Tumulte et urgence, les maux de notre société

L’agitation ambiante dans nos villes, dans nos entreprises, dans nos foyers ne permet plus l’approfondissement.
Le journaliste qui subit la contrainte de l’urgence rédige son papier sur un sujet qu’il ne maîtrise pas toujours totalement. Les premières informations seront diffusées sans le contrôle qu’exige l’honnêteté journalistique. Il faut du tape-à-l’œil, du sensationnel quitte à tomber dans le miroir aux alouettes.

Du diktat de la finance

Les chaînes d’information sous contrôle d’actionnaires mercantiles cèdent aux sirènes de la finance incompatibles avec la rigueur de la mission.
Il faut vite frapper, choquer. Que l’on soit dans l’excessif, le clinquant, le superficiel peu importe, il faut vendre des publicités. Les meilleures cibles étant les gens accrochés par l’info flash populiste, les annonceurs misent sur les patrons financiers des chaînes pour vendre leurs spots.

De l’urgence à sortir de ce monde de paillettes

Nous sommes englués dans l’approximatif, le brillant, l’excessif ; notre esprit est pollué à longueur de messages télévisuels si jamais nous cédons à cette tyrannie de l’info sensationnelle.
À chacun de lire et d’écouter les sources fiables, de faire la part du sensationnel. Oui, ce n’est pas dans l’air du temps, mais ô combien salvateur.

Réagir avec notre jeunesse

Et surtout éduquons nos enfants à chercher la véritable information. Du comportement de notre jeunesse, dépend notre survie. Le rôle des adultes en ce domaine est crucial ; l’enfant est malléable par nature, il faut lui apprendre les bonnes pratiques dès le plus jeune âge.

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr

Pour la vérité

Pour lutter contre les lobbies

Pour un journalisme professionnel

Partager cet article

Peut-on vendre son âme pour réaliser des affaires ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Peut-on vendre son âme pour réaliser des affaires ?

L’express – 26 décembre 1966

"Le sacrifice de Chrysler
Pour se concilier les bonnes grâces d’Allah, Chrysler, qui s’implante en Turquie, n’a pas hésité à faire sacrifier un bélier le jour de l’ouverture de son chantier.
La pluie a fait pénétrer immédiatement dans la terre le sang de l’animal égorgé par un marabout.
Un bon présage, paraît-il. Le respect des coutumes locales fait partie de l’efficacité américaine bien comprise."
Cet article était publié dans la page « Affaires » de l’Express en 1966 ; preuve que le lobbying, la soumission, la prostitution en matière d’affaires n’ont rien de nouveau.

Des concessions oui, mais sans excès

Ces pratiques se perpétuent pour créer des liens avec le nouveau partenaire en affaires. On peut concéder des gestes symboliques, mais il ne faut pas tomber dans la « prostitution » au sens figuré comme au sens propre.

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr

Pour réfléchir à nos comportements

Publié dans Affaires

Partager cet article

Maîtres de nos destins et pourtant promoteurs de nos ennuis

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Maîtres de nos destins et pourtant promoteurs de nos ennuis

Jonas, en pleine réflexion sur ses choix de vie :

« Il est des choses qui nous dépassent, mais, dans la plupart des cas, nous demeurons les principaux artisans de nos malheurs.
Nos torts, nous les fabriquons de nos mains, et personne ne peut se vanter d’être moins à plaindre que son voisin.
Quant à ce que nous appelons fatalité, ce n’est que notre entêtement à ne pas assumer les conséquences de nos petites et grandes faiblesses. »

Quand une prostituée le flanque dehors et le ramène à la réalité :

« Ressaisis-toi bonhomme. Il n’y a qu’un seul dieu sur terre, c’est toi.
Si le monde ne te convient pas, réinventes-en un autre, et ne laisse aucun chagrin te faire descendre de ton nuage.
La vie sourit toujours à celui sait rendre la monnaie de sa pièce. »

Une écriture remarquable

Les amitiés, les amours, les brutalités, les déchirures sont traitées avec une justesse époustouflante par Yasmine Khadra. On ne sort pas indemne de la lecture de « Ce que le jour doit à la nuit».

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr

Pour faire prendre conscience.

Partager cet article

Écrivain public ou comment remettre les sans-voix sur la bonne voie

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Écrivain public ou comment remettre les sans-voix sur la bonne voie

S’ils viennent à perdre la voix

Je viens écrire pour eux

Quand ils cherchent leur voie

Je me rends vite vers eux

Quand la vie les dévoie

Je les oriente au mieux

Quand je porte leur voix

Je me sens si heureux

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr

Pour que chacun donne de la voix

Et retrouve la bonne voie

Partager cet article

Nos origines peuvent-elles nous interdire d'aimer ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Nos origines peuvent-elles nous interdire d'aimer ?

Magnifique passage dans « Ce que le jour doit à la nuit » où Yasmina Khadra met le doigt sur les a priori corrélatifs à l’origine. Dans la ville d’Oran, à l’aube de la Seconde Guerre mondiale, Isabelle et Jonas partagent de beaux moments ensemble. Jonas, de son vrai prénom Younès, est un enfant du pays. Isabelle, quant à elle, est la fille de riches colons. Ils sont tombés amoureux, et un jour…

Extrait : « Après avoir repris son souffle, elle me dit, sans appel :

- Nous ne sommes pas du même monde, Monsieur Younes. Et le bleu de tes yeux ne suffit pas.

Avant de me claquer les volets de la fenêtre au nez, elle émit un hoquet de mépris et ajouta :

Je suis une Rucillio, as-tu oublié ? Tu m’imagines mariée à un Arabe ? Plutôt crever !

À un âge où l’éveil est aussi douloureux que les premiers saignements chez une fille, ça vous stigmatise au fer rouge. J’étais Choqué, troublé comme au sortir d’un sommeil artificiel. Désormais, je n’allais plus percevoir les choses de la même façon. »

  • Quand l’homme crée des barrières
Jonas est abasourdi ; on le serait à moins. On ne pourrait donc pas s’aimer quand on est d’origine différente ? Isabelle avait sorti Jonas de sa cage dorée pour le jeter dans un puits sans fond. Il avait alors pris conscience de la bêtise humaine.
  • Conclusion
Apprenons aux jeunes générations l’acceptation de la différence.
Que l’amour entre les peuples ne soit pas un vain mot.
Faisons exploser les barrières de la religion.

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr

Pour faire accepter « l’autre »

Pour gommer les différences.

Pas d'amours interdites.

Partager cet article

Le revenu de base, une utopie ? Pas sûr.

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Le revenu de base, une utopie ? Pas sûr.

Le revenu de base, une fausse bonne idée ? Le sujet suscite de vives polémiques, déclenche des controverses.

LE REVENU DE BASE, C’EST QUOI ?

Il répond à 6 principales caractéristiques

1.Universel

Tous les membres de la communauté le reçoivent quels que soient leurs revenus ou leurs situations professionnelles.

2.Inconditionnel

Aucune contrepartie n’est requise pour le recevoir.

3.Individuel

Il est versé à chaque membre du foyer sans considération des revenus des autres membres.

4.Permanent

Les enfants y ont droit aussi. Il pourrait, par exemple, être versé aux responsables légaux jusqu’à leur majorité.

5.Inaliénable

Le revenu de base est un droit fondamental pour tous les citoyens. Ses bénéficiaires ne peuvent pas en être dépossédés.

6.Cumulable

Il s’additionne avec tout autre revenu comme le salaire, la retraite…

* Objectif à atteindre avec le revenu de base :

  • Favoriser une société dans laquelle chacun trouverait plus facilement sa place.

Preuves à l’appui

Les expériences menées montrent que les bénéficiaires continuent – pour la plupart – à travailler, ils sont moins malades, ils s’adonnent à des travaux plus adaptés. En bref, ils vivent mieux. La société a tout à y gagner.

Un revenu salutaire pour tous

Les modalités de mise en œuvre restent à définir. Cependant, nous savons maintenant que le revenu de base est bénéfique sur le plan humain. Les politiques de tous bords s’y intéressent. Faites circuler l’information.
Pour en savoir plus : http://revenudebase.info/
Avec la disparition des emplois, le revenu de base permet de distribuer les bénéfices de l’automatisation.

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr

Pour une existence digne.

Partager cet article

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>