Déchéance d’une certaine jeunesse

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

 

Rue commerçante de Tours.

Une jeune fait la manche. Elle grelotte.

Je dépose une pièce : « Pourquoi êtes-vous ici ? »

Elle calme l’un des deux chiens. La question la déstabilise un peu.

Je formule différemment : « Comment une jeune comme vous peut se retrouver à la rue ? »

Embarras.

« J’avais un travail ; j’ai été licenciée. »

Et les indemnités de Pôle emploi ?

« J’avais des indemnités, mais je les ai perdues ; j’avais commencé une formation qui n’a rien donné et j’ai épuisé mes droits. »

Où dormez-vous ?

« Dans la banlieue, sous un hangar désaffecté. L’entreprise voisine nous laisse tranquilles. Il fait froid, mais c’est un abri. »

Et pour sortir de là ?

« Une assistante sociale me suit, elle essaie de me remettre le pied à l’étrier. »

Elle grelotte, elle fume, les chiens s’éloignent un peu, elle les rappelle vivement. Elle tousse, elle est toute pâle.

Comment voyez-vous les prochains mois ?

« L’assistante sociale me voit régulièrement, on prépare des dossiers. »

Je ressens un maigre espoir. Comment une fille dans cette situation peut-elle rebondir ?

Une question me taraude l’esprit : que fait sa famille pour elle ?

Pour aujourd’hui, ce serait la question de trop. Je lui poserai lors d’un prochain passage.

 

Éduquer, créer des liens

Combien de jeunes filles dans ce cas en France ?

Pourquoi les parents sont-ils impuissants à aider leurs enfants ?

La société ne peut pas venir en aide à tous ces jeunes à la rue.

C’est d’une éducation dont nous avons besoin. Éducation des enfants, mais aussi et surtout des parents.

Il nous faut instaurer une solidarité « politique », mais surtout éduquer les enfants dès le plus jeune âge, les sensibiliser aux nécessaires liens familiaux ; la solidarité intergénérationnelle n’est pas une vaine formule, il faut la remettre au centre du débat politique.

 

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr - 0 611 487 763.

 

Pour une véritable solidarité

Pour une éducation salutaire.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article