Création d’entreprise" />
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Touraine vue du ciel https://t.co/hnWd9U2vQt...

Publié le par Dechartres

Partager cet article
Repost0

« Mon enfant de Berlin » ; d......

Publié le par Dechartres

Partager cet article
Repost0

"Mon enfant de Berlin - Anne Wiazemsky" :...

Publié le par Dechartres

Partager cet article
Repost0

« Mon enfant de Berlin » ; des millions d’apatrides en 1945. Et maintenant ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

L’auteur, Anne Wiazemsky, petite fille de François Mauriac, narre l’histoire de la rencontre de ses parents – Claire et Jean - à Berlin après la capitulation de l’Allemagne.

 

Claire était ambulancière en septembre 1944. Elle suit les armées alliées dans un Berlin en ruines. À 27 ans, elle existe par son travail. Son courage est reconnu. Ses collègues oublient qu’elle est la fille de François Mauriac. Claire transporte des blessés vers les hôpitaux surchargés, elle vit pour les autres.
Après la capitulation allemande, il faudra des mois pour retrouver certains prisonniers. Beaucoup meurent des conséquences de leur emprisonnement dans des conditions insalubres. Il sera parfois difficile de récupérer des prisonniers en secteur russe.

 

Des populations sont déracinées ; plus de famille, plus de maison, plus de patrie. Des millions d’Allemands errent sur les routes de leur pays en ruines.

 

Extrait :

Olga d’origine russe, naturalisée française, s’exprime :

« Vous ne pouvez pas imaginer ce que c’est d’errer d’un pays à l’autre, de changer de langue, de culture. Vous ne pouvez pas concevoir une seconde ce que c’est que d’être apatride. Il faut l’avoir vécu dans sa chair pour comprendre. Apatride… Je suis sûre que ce mot ne vous évoque rien… Alors quand on a enfin trouvé un pays qui vous accueille, un pays qui offre la possibilité de tout recommencer à zéro, alors, on s’accroche, on veut en être digne. Et quand ce même pays vous fait l’honneur de vous accorder la nationalité française, on se doit d’être parfait, on se doit de le servir, 100 fois, 1 000 fois mieux que tout citoyen français de naissance. »

 

  • Ce morceau choisi nous ramène au contexte actuel. Peut-on imaginer un instant ce que vit un apatride ? Nous devons – dans le cadre des Droits de l’Homme – prendre conscience de la misère vécue par les populations victimes des guerres et faire notre devoir.
  • Lisez « Mon enfant de Berlin ». L’histoire de la fille de François Mauriac y est très bien racontée et les conditions de survie après la capitulation allemande y sont parfaitement restituées. On prend conscience de ce qu’est la privation de patrie.

 

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr - cd-lmdp.over-blog.fr/

 

«…la patrie est là où l’on vit heureux. » Voltaire

Partager cet article
Repost0

Retweeted Léo (@LeoAuteur):

Publié le par Dechartres

Partager cet article
Repost0

#Prodiges *cette jeunesse admirable, c’est tout...

Publié le par Dechartres

Partager cet article
Repost0

#Prodiges *comme c’est merveilleux de voir ces...

Publié le par Dechartres

Partager cet article
Repost0

Yasmina Khadra - Ce que le jour doit à la nuit : puissante évocation du chaos d'une époque

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

 

 

Yasmina Khadra - avec "Ce que le jour doit à la nuit" - nous a offert un grand roman sur l'Algérie coloniale.

Avec sa générosité, avec sa belle langue, il nous éclaire d'un nouveau jour sur la dislocation atroce de deux communautés amoureuses d'un même pays.

 

Extrait significatif :

 

  • « Il y a très longtemps, Monsieur Sosa, bien avant vous et votre arrière-arrière-grand-père, un homme se tenait à l’endroit où vous êtes. Lorsqu’il levait les yeux sur cette plaine, il ne pouvait s’empêcher de s’identifier à elle. Il n’y avait pas de route ni de rails, et les lentisques et les ronces ne le dérangeaient pas. Chaque rivière, morte ou vivante, chaque bout d’ombre, chaque caillou lui renvoyaient l’image de son humilité.

  • Cet homme était confiant. Parce qu’il était libre. Il n’avait, sur lui, qu’une flûte pour rassurer ses chèvres et un gourdin pour dissuader les chacals. Quand il s’allongeait au pied de l’arbre que voici, il lui suffisait de fermer les yeux pour s’entendre vivre. Le bout de galette et la tranche d’oignon qu’il dégustait valaient mille festins. Il avait la chance de trouver l’aisance jusque dans la frugalité. Il vivait au rythme des saisons, convaincu que c’est dans la simplicité des choses que résidait l’essence des quiétudes.

  • C’est parce qu’il ne voulait de mal à personne qu’il se croyait à l’abri des agressions jusqu’au jour où, À l’horizon qu’il meublait de ses songes, il vit arriver le tourment. On lui confisqua sa flûte et son gourdin, ses terres et ses troupeaux, et tout ce qui lui mettait du baume à l’âme.

  • Et aujourd’hui, on veut lui faire croire qu’il était dans les parages par hasard, et l’on s’étonne et s’insurge lorsqu’il réclame un soupçon d’égard…

- Je ne suis pas d’accord avec vous, Monsieur. Cette terre ne vous appartient pas. Elle est le bien de ce berger l’autrefois dont le fantôme se tient juste à côté de vous et que vous refusez de voir. Puisque vous ne savez pas partager, prenez vos vergers et vos ponts, vos asphaltes et vos rails, vos villes et vos jardins, et restituez le reste à qui le droit.

{…}

- Vous devriez jeter un œil sur les hameaux alentour, Monsieur Sosa. Le malheur y sévit depuis que vous avez réduit les hommes libres au rang de bêtes de somme.

 

***

Cet extrait évoque particulièrement bien le ton du livre. L'Algérie coloniale vit des déchainements de violence, des déchirures, des trahisons ; les amitiés, les amours se disloquent. Le jeune Younes ne peut pas tirer un trait sur son enfance. Pourquoi s'entretuer quand on peut vivre ensemble ?
 
Christian Dechartres - écrivain public - www.cd-lmdp.fr - cd-lmdp.over-blog.fr/

"Les colonies ne cessent pas d'être des colonies parce qu'elles sont indépendantes." Benjamin Disraeli - 1863

Partager cet article
Repost0

"Ce que le jour doit à la nuit - Yasmina Khadra"...

Publié le par Dechartres

Partager cet article
Repost0

https://t.co/4zNtJ5SWmV

Publié le par Dechartres

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>