Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Écrire à la main, c’est bon pour les enfants

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

 

L’écriture manuscrite cursive - à un bon rythme - permet de mieux apprendre.

L’analyse de résultats sur les enfants montre qu’elle crée une amorce à l’apprentissage dans le cerveau.

 

Un plus pour la lecture

L’écriture manuscrite peut donc faciliter l’acquisition de la lecture chez les jeunes enfants.

 

Priver les petits écoliers de l’écriture à la main, c’est les priver d’un atout majeur pour leur apprentissage scolaire.

 

Attention au numérique

Leur mettre entre les mains des appareils numériques - trop vite et trop longtemps -, c’est leur retirer une possibilité d’apprentissage essentielle à leur développement.

 

Christian Dechartres - écrivain public - http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

Le magazine Psychologies hors-série de novembre décembre 2021 a consacré un article très intéressant sur le sujet.

Partager cet article
Repost0

Une pensée pour ceux qui décrochent

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

En cette période, j’ai une pensée particulière pour les personnes que j’ai accompagnées durant toutes ces années.

 

Victimes

  • d’isolement
  • d’une rupture sociale
  • de la fracture numérique
  • d’un besoin pressant de communiquer ou d’écrire…, elles avaient toutes cette petite lumière qui semblait s’allumer dans l’œil quand j’arrivais. Quelle meilleure récompense que de voir une étincelle dans une obscurité qui se fait de plus en plus pressante ?

Je prends encore beaucoup de plaisir à en rencontrer certains parce que le monde ne fait pas de cadeaux à ceux qui décrochent.

 

Christian Dechartres - écrivain public - http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

Je pense aussi à celles et ceux qui ont fait appel à moi pour l’écriture et/ou l’édition de leur livre.

Partager cet article
Repost0

Êtes-vous dans la NORMALITÉ ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Nos compères discutent fort au comptoir. Le sujet qui les anime aujourd’hui : Qu’est-ce qu’une famille normale ?

 

Albert : Tu sais que les Dupontin n’ont pas la télé ?

 

Fernand : Comment ils font ?

 

Albert : Quand leurs deux filles étaient petites, ils leur lisaient des histoires le soir au coucher.

 

Jean : Beaucoup font ça pour endormir les enfants.

 

Albert : Oui, mais quand elles ont grandi elles ont lu à leur tour dans leur lit. Et maintenant qu’elles sont grandes elles choisissent des lectures et après le dîner parents et enfants lisent et s’expriment autour des sujets abordés dans les livres.

 

Fernand : Mais alors, ils ne regardent pas la télévision dans la famille ?

 

Albert : Je te dis qu’ils n’en ont pas !

 

Maurice : Si tu étais un peu observateur, Fernand, tu remarquerais que la lecture en groupe réunit alors que la télé sépare les gens.

 

Albert : Tu ne sais pas ce qui est arrivé avec l’école des enfants ? Un prof a appelé les parents pour leur dire : « Vous ne pourriez pas vivre normalement ? »

 

Jean : Qu’est-ce qu’il voulait dire par là ?

 

Albert : Il leur a dit d’acheter une télé !

 

Christian Dechartres - écrivain public - http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

Qu’un enseignant en vienne à demander de faire regarder une télé ou des écrans à des enfants en dit long sur la pression médiatique qui gouverne le quotidien d’une très grande majorité de citoyens.

Heureusement que tous les enseignants ne tiennent pas ce discours.

Partager cet article
Repost0

Itinérances de Nicolas PARES

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Perdre un enfant de 38 ans, quelle douleur !

Retrouver de tels écrits, quel choc !

 

Nicolas a quitté ce monde le 23 février 2015 à l’âge de 38 ans. Josiane et Georges - ses parents - durent réaliser un tri de ses affaires ; tâche ô combien difficile. C’est lors de cette entreprise qu’ils retrouvèrent ses écrits.

Quelle surprise lorsqu'ils découvrirent tous ces textes  d’une telle profondeur.

 

De nombreuses questions hantaient leur esprit : pour quelles raisons leur fils éprouvait-il le besoin de rédiger des textes aussi forts et aussi sombres ?

Ses blessures n’apparaissaient pas toutes au grand jour, sans doute écrire l’apaisait-il.

 

Sa sœur Johanna a ressenti les mêmes interrogations à la lecture des poèmes de son frère. S’interroger sans trouver de réponse, que c’est lourd à porter.

À 38 ans - elle aussi -, Johanna sera emportée par un autre mal, le cancer ; elle rejoindra son frère le 15 novembre 2019.

 

Tristes et étranges destins que ceux des enfants de Josiane et de Georges.

 

 

Un ami universitaire de Nicolas s’exprime :

 

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil. » Ce vers de René Char définit sans doute le mieux Nicolas. Ses poèmes révèlent une âme meurtrie, qui trouve dans des poèmes aux accents baudelairiens un écho à un spleen profond, mais dénotent aussi, souvent, un recul critique vis-à-vis du monde - recul porteur de sens, voire d’ironie. En ce sens, c’est à un propre questionnement de nous-mêmes, ses proches, que ces écrits nous invitent.

 

Les blessures de Nicolas étaient secrètes. Solitaire de tempérament, il fuyait le monde, qui l’effrayait et le fascinait tout en même temps, comme le montrent certains textes. Mais n’est-ce pas à notre propre solitude qu’il nous renvoyait ?

 

Ces poèmes sont en fait une porte ouverte. Ils parlent d’amour avant tout, et l’amour y est triste, car déçu. Peut-être est-ce comme cela que les choses se passent, après tout.

 

Il fallait publier les textes de Nicolas

Ses mots expriment le mal-être au sein de notre société. Il couchait sur le papier un vocable qu’il n’osait exprimer de vive voix.

À travers sa poésie, surgissent des moments de sa vie, souvent sombres, parfois heureux, mais toujours lucides.

 

Ce recueil le fait revivre en lui rendant hommage.

 

Christian Dechartres - écrivain public - http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

« Tout ce qui n’est pas pour l’éternité n’est que vanité. » Saint François de Sales

 

Ouvrage en cours d'enregistrement à la BNF et sur le réseau des libraires. Possibilité de le commander en laissant un commentaire au bas de cet article.

Format : 21 X 15 ; 94 pages.

ISBN : 978-2-9546558-6-4 ; 13,00 €

 

Partager cet article
Repost0

Le monde, un grand champ de bataille

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Albert, Fernand, Jean et Maurice palabrent au comptoir du bistrot :

 

Albert : que seraient les marchands d’armes si jamais la paix venait à s’instaurer sur la planète Terre ?

 

Fernand : tu crois que c’est si simple de faire la paix ?

 

Jean : oui, pour faire la paix, il faut dissuader ! Et pour dissuader, il faut des armes !

 

Maurice : d’après toi, il faut bombarder des populations pour faire la paix. C’est ta théorie, il faut tuer pour apaiser les esprits ? Ton raisonnement est bien étrange.

 

Albert : regardez les images des pays soumis aux bombardements ; les populations fuient le danger, elles ne peuvent plus survivre dans des contrées détruites par les armes.

 

Maurice : on critique les migrants qui parviennent à s’enfuir et à venir - en prenant de grands risques - sur le territoire français. Si vous réfléchissez un peu, de nombreux réfugiés fuient les bombes ou les avions de fabrication française.

 

Jean : tu veux dire que des migrants viennent en France et que notre armement en serait la cause ?

 

Albert : regarde bien ; à qui la France vend-elle ses armes ? Quelles sont les populations victimes des clients de la France ? Observe, analyse et on en reparle.

 

Christian Dechartres - écrivain public - http://cd-lmdp.over-blog.fr - observateur de la comédie humaine

 

Imaginons un instant que tous les budgets militaires de la planète soient utilisés

  • pour l’ouverture de nouvelles écoles,
  • pour multiplier les recherches médicales,
  • pour ouvrir des hôpitaux

Notre vie sur la Terre n’aurait plus rien de comparable avec l’épouvantable scénario actuel.

 

 

Partager cet article
Repost0