Création d’entreprise" />
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

enfants

COVID acronyme

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

 
 
 
 
 Voici un acronyme « COVID » qui résonne comme une prière d’enfant face à l’état de la planète :

 

Comme

On

Voudrait

Intervenir

Durablement !

 

Christian Dechartres - écrivain public - http://cd-lmdp.over-blog.fr - http://cd-lmdp.fr 

 

Pour avancer ensemble.

 

 

Comme OVoudrait Intervenir Durablement !

Publié dans COVID, acronyme, enfants, planète, avenir

Partager cet article
Repost0

Écrire ensemble, éditer, une passion

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

 

En cette fin d’année 2020, j’ai le plaisir d’éditer un livre pour enfants de Joëlle Soyer.

 

Après un roman autobiographique, c’est un virage « naturel ». Elle a vécu une enfance chaotique dans les foyers et les familles d’accueil (narrée dans Le Fruit de l’indifférence). https://cd-lmdp.over-blog.fr/2020/02/le-fruit-de-l-indifference-quand-tout-se-derobe-autour-de-vous.html

 

Il allait de soi - pour elle - de s’adresser aux enfants avec l’histoire charmante de Yomeji le hérisson.

C’est ludique, pédagogique, illustré par Nicolas Boisbouvier.

Une belle idée en cette période un peu sombre.

À mettre sous le sapin sans hésitation.

 

Christian Dechartres - écrivain public -

http://cd-lmdp.fr - http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

« Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. » Martin Luther King

Écrire ensemble, éditer, une passion
Écrire ensemble, éditer, une passion
Écrire ensemble, éditer, une passion
Écrire ensemble, éditer, une passion
Partager cet article
Repost0

Remplacer le pétrole au plus vite

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Agissons pour les générations futures.

Pourquoi ? 

  1. Le pétrole va se tarir. Dans combien de décennies ? Les avis des experts divergent, mais les réserves déclineront. Et la population mondiale – de plus en plus exigeante – augmente trop vite.
  2. Les régions productrices de pétrole sont – pour beaucoup – politiquement instables. Nous ne pouvons plus dépendre d’elles. C’est trop risqué.
  3. En utilisant les énergies fossiles, nous rejetons du dioxyde de carbone et d’autres gaz nocifs dans l’atmosphère. On réchauffe la planète. Les effets s’amplifient ces dernières années. Des populations sont directement menacées, des espèces animales disparaissent. L’équilibre de la vie sur notre planète est clairement mis en danger.

 

Que fait-on ?

  1. Soit on continue comme des sourds et des aveugles, nos petits-enfants affronteront alors des catastrophes humaines et économiques à grande échelle.
  2. Soit chacun participe à la réduction des émissions polluantes, les générations futures auront des chances de vivre encore sur cette planète. Avec l’espoir d’un monde encore attractif. 

 

Imaginez un « martien » arrivant sur notre terre inondée de soleil et qui apprendrait que nous avons des problèmes d’énergie !

Comprendrait-il que nous brûlions des combustibles fossiles ou que nous créions du plutonium que nous dispersons dans des poubelles géantes sources de dangers mortels pour des centaines de générations ?

 

Ne cherchez plus la solution chez les « autres ».

Elle est entre nos mains. Prenons conscience que chacun de nous doit agir à son échelle.

C’est par une action individuelle, quotidienne, par une prise de conscience que le monde changera pour que nos petits-enfants vivent dignement sans maudire leurs grands-parents.

 

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr – http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

 

Le bonheur est né de l'altruisme, le malheur de l'égoïsme.

 

Partager cet article
Repost0

Faire la guerre pour gagner la paix, quelle illusion !

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

" Si vis pacem para bellum " ou " si vis pacem para pacem " ? 

 

« Faire la guerre à ceux qui font la guerre pour empêcher la guerre ! »C’est la stratégie veille comme le monde.

L’expérience nous montre – hélas - que cette politique mène toujours à l’escalade.

 

« Faire la guerre pour la paix. Déclencher une guerre juste… »Depuis la nuit des temps, les chefs de guerre argumentent inlassablement avec les mêmes prétextes.

 

« Toi, tu fais une guerre injuste, moi je fais une guerre juste ! Voilà toute la différence. »Autant d’arguments toujours avancés par les chefs d’État.

 

Plus on déclenche de guerres, plus on se fait d’ennemis ; c’est mathématique. Et plus on s’expose à des représailles.

 

Et l’ONU dans ces affaires ?

Toujours impuissante.

  • En Corée, pour l’une de ses premières missions, l’organisation des nations unies a montré son incapacité à régler les tensions est-ouest. Le largage massif de napalm n’a pas réglé le problème, le pays est toujours divisé comme l’avaient souhaité les grands de ce monde à Yalta.
  • Et les massacres de populations au Vietnam ? Là aussi, l’ONU a montré ses limites, voire plus.

On peut citer un nombre incommensurable d’exemples du même type.

 

Apprenons aux enfants l’art de la diplomatie.

Donnons-leur toute l’instruction qui leur permettra de comprendre le monde, ce sera un premier pas vers un semblant d’humanité.

 

Christian Dechartres – écrivain public – http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

« Je n’entreprendrai guerre que je n’aie essayé tous les arts et moyens de paix. » François Rabelais

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Réserve héréditaire et quotité disponible : que peut-on décider légalement ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

 

Un jour viendra où vous ne serez plus de ce monde. Nous sommes tous logés à la même enseigne.
 
L’assurance vie

 

L’heure sonnera où le notaire procédera à la succession. Vos héritiers ont des droits inaliénables, sauf à prévoir des assurances vie pour lesquelles vous maîtrisez les bénéficiaires ! Vous les désignez comme bon vous semble dans le contrat d’assurance ; ce peut être un quart pour le voisin, un autre quart pour le curé et un demi pour votre cousin Alfred ou à une fondation pour la recherche médicale. Vous avez toute latitude pour désigner ces heureux élus dans le cadre de l’assurance vie.

 

Le cadre législatif – le Code civil

 

En revanche, pour la transmission de votre patrimoine, le législateur a fixé des limites.

La réserve héréditaire, c’est la part que vous ne pouvez pas enlever à vos héritiers réservataires.

La quotité disponible, c’est la partie que vous pouvez léguer à la personne de votre choix, à plusieurs personnes si vous le souhaitez ou à des fondations, des associations, des organisations diverses. Vous en disposez librement par des libéralités.

 

Le nombre d’enfants détermine la quotité disponible :
  • Avec un enfant, vous disposez de 50 % à attribuer selon votre choix.
  • Avec deux enfants, vous ne pouvez « distribuer » librement que 33 % de vos biens.
  • Avec trois enfants ou plus, vous ne disposez que d’un quart de vos biens à léguer en toute liberté.

 

À vous de réfléchir ; vous pouvez léguer une partie de votre quotité disponible à des fondations pour la recherche médicale dans les proportions qui vous semblent raisonnables au regard de la situation de vos héritiers.

Faites le bon choix. Pour ce faire, consultez votre notaire.

 

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr - cd-lmdp.over-blog.fr/

- 0 611 487 763

 

Pour prendre les bonnes décisions

Pour partager

 

 

Partager cet article
Repost0

Comment amplifier le goût de lire ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

 

Quand un quart de nos jeunes de 16 à 25 ans butent sur un texte et ne comprennent pas ce qu’ils ont lu, il y a urgence à se mobiliser.

 

La lecture, c’est l’ouverture sur le monde

 

Les tests le prouvent, un enfant qui lit voit le monde s’ouvrir devant lui. Son imagination n’a plus de limites ; il voyage, il vagabonde.

Tout gamin, j’habitais la campagne. Pas de bibliothèque à 20 kilomètres à la ronde.

Une chance pour moi, de vieux livres poussiéreux dormaient dans le grand grenier. Je les ouvrais, j’essayais de comprendre le thème du livre. Ainsi, je me suis évadé dans le grand Nord avec des aventuriers émouvants pour mes 9 ans de l’époque. Avec Henry de Monfreid, Je suis « parti » à travers les océans.

La postière de mon village avait toujours des livres empilés dans son capharnaüm de bureau. Elle m’invitait à venir fouiller ; j’ai découvert les aventures de Blek le Roc, un personnage de bande dessinée. C’était un trappeur américain qui participait à la guerre d’indépendance américaine contre les troupes anglaises. Il était accompagné dans ses aventures par le jeune Roddy. Je m’étais attaché à eux au fil des lectures. Je vibrais pour eux.

À 10 ans à peine, j’avais déjà « visité » le Nord, traversé les océans, parcouru l’Amérique avec mes héros.

Le fils de l’instituteur me prêtait les Tintin. Un grand intérêt pour le journalisme m’est venu.

 

A chaque lecture, le cerveau s’enrichit

 

À chaque genre de lecture, j’apprenais un vocabulaire nouveau.

J’avais envie de partir encore et encore vers de nouvelles destinations. J’ai traversé la forêt amazonienne. Le soir, en terminant un chapitre, j’avais l’impression d’être entouré de toute cette faune hostile pour l’homme, tellement j’étais transporté par le récit.

Quelle chance j’avais aussi de pouvoir lire la presse quotidienne et l’Express de J.J.S.S. et Françoise Giroud. Ainsi, je comprenais le monde en pleine mutation après la Seconde Guerre mondiale.

 

Les bienfaits de la lecture sont reconnus

 

L’envie de lire ne m’a plus quitté. Chaque ouvrage m’apporte un éclairage sur un nouveau sujet, un nouveau vocabulaire, de nouveaux points de vue. Mon imaginaire se développe avec chaque livre. Mes capacités à dialoguer se sont accrues au fil des pages lues.

 

Pour écrire, la lecture m’aide énormément. On ne peut pas écrire sans lire.

 

Agir pour nos enfants, une urgence

 

Nos enfants français lisent de plus en plus mal. Ils ne comprennent pas le texte lu pour un quart d’entre eux. Comment ces jeunes peuvent-ils réussir leur parcours professionnel ? Et comment peuvent-ils gérer leurs affaires personnelles ?

 

Je ne sais pas lire l’avenir, mais je sais combien le bon lecteur aura de meilleurs lendemains dans notre société. Je sais lire la détresse de ceux qui ont abandonné la lecture, le monde devient flou et incertain pour eux ; je sais lire leur désarroi sur leur visage. Je sais lire le chagrin de ceux qui n’ont plus accès à la lecture.

 

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr - https://twitter.com/dechartres1 - 0 611 487 763

 

Pour donner le goût de la lecture
Pour aider nos jeunes

Pour faciliter et encourager la lecture

Partager cet article
Repost0

Comment lutter contre l’intolérance ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Il faut
- Que toutes les religions fassent leur mea-culpa
- Qu’elles chassent les extrémistes de leurs rangs.

Se réclamer d’une religion - quelle qu’elle soit - c’est vouloir répandre la parole de Dieu pour essaimer le bien autour de soi, pour aimer son prochain, pour soutenir les faibles… Aucune religion ne peut être prétexte à tuer.

- L’ignorance et l’inculture constituent les principales causes des actes violents. Combien d’extrémistes se réclamant de l’islam ont étudié le Coran ? Très peu. C’est l’idéologie inculquée par des gens habiles qui transforme des jeunes en assassins.
- Comment remédier à cette situation ? En formant les enfants à l’école, en leur donnant une culture générale qui leur permette de comprendre le monde et de penser par eux-mêmes, sans le concours de gourous. Les dogmes religieux ne constituent en rien de réelles démonstrations. Il faut ouvrir les yeux des enfants. Il faut prendre conscience que nos enfants s’en sortiront seulement s’ils accèdent à cette capacité de lire des textes et ainsi être en mesure de dialoguer sur les sujets graves de notre société.

Quand tous les jeunes se forgeront une culture générale, le monde ira beaucoup mieux. Il faut y travailler d’arrache pied.

Christian Dechartres – écrivain public - http://www.cd-lmdp.fr - 06.11.48.77.63.

Observateur de la comédie humaine.

Partager cet article
Repost0

LE LABOUREUR ET SES ENFANTS.

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Travaillez, prenez de la peine,

C’est le fonds qui manque le moins.

Un riche laboureur, sentant sa mort prochaine,

Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.

« Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l’héritage

Que nous ont laissé nos parents :

Un trésor est caché dedans.

Je ne sais pas l’endroit ; mais un peu de courage

Vous le fera trouver ; vous en viendrez à bout.

Remuez votre champ dès qu’on aura fait l’août ;

Creusez, fouillez, bêchez, ne laissez nulle place

Où la main ne passe et repasse. »

Le père mort, les fils vous retournent le champ,

Deçà, delà, partout ; si bien qu’au bout de l’an

Il en rapporta davantage.

D’argent, point de caché ! Mais le père fut sage

De leur montrer, avant sa mort,

Que le travail est un trésor.

LA FONTAINE.

*********************

MAXIME

L’oisiveté ressemble à la rouille, elle use beaucoup plus que le travail.

**********************

  • Cette fable, l’une des plus belles de La Fontaine, nous montre que le travail est un fonds, c’est-à-dire un capital, une richesse qui ne fait jamais défaut à celui qui veut l'exploiter ; que le travail, en un mot, est un véritable trésor.

Remarquons la finesse du père qui, pour engager les enfants à remuer tout le champ, leur dit qu’il ne sait pas l’endroit où est caché l’argent. Il sait bien que cet argent n’existe pas en réalité, mais que les enfants le trouveront dans une belle récolte si le champ est bien cultivé.

Christian Dechartres,

Pour progresser dans la réflexion

Comportez-vous en sage ; montrez à vos enfants que le travail constitue le plus grand des trésors. 

 

Partager cet article
Repost0