Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recruter : bien et à moindre coût

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

2012-10-04 16.31.46

Comment éviter le recrutement « catastrophe ».

Recruter coûte cher. Si vous voulez éviter d’embaucher un comédien, lisez ce qui suit.

Des jeux de rôle édifiants

Des expériences significatives montrent comment un candidat peut se faire embaucher grâce à de belles paroles et un CV « arrangé ». Des comédiens (véritables) jouaient le rôle parfait du candidat idéal pour le poste. Le recruteur n’y voyait que du feu.

Dans le même temps, les postulants compétents dans le poste se voyaient évincés face à ces comédiens. Pour quelle raison ? On n’avait pas su détecter leur savoir-faire et on avait attaché trop d’importance au verbiage du comédien.

Si vous ne voulez pas tomber dans ce piège, voici

comment repérer un postulant inorganisé 

et comment détecter le profil recherché.

 

Pour cela, voici ce que je vous propose :

Des tests et des entretiens courts avec le candidat, lequel devra réaliser des exercices de vingt minutes

Un second échange avec le candidat pour examiner ses « écrits » et pratiquer des tests oraux

Confronter vos impressions avec les résultats de mes tests ; vous optimisez  ainsi votre recrutement.

Les champions du jeu de rôle sont – de cette manière - éliminés. Vous recrutez des candidats qui possèdent un certain sens de l’analyse et sont dotés d’un esprit logique. C’est important pour la pérennité de votre entreprise.

A 60 ans, j’ai vécu des recrutements très différents. Certains « filtraient » véritablement les candidats et d’autres laissaient la porte ouverte à des imposteurs. Utilisez la bonne méthode.

Contactez-moi.

Christian Dechartres – écrivain conseil – 15 ans en RH, 20 ans en commercial – www.cd-lmdp.fr – 06.11.48.77.63. - dechartresc@sfr.fr

Partager cet article
Repost0

Les français de plus en plus mauvais, il faut réagir

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Livre écrivain2

Lecture et calcul : les Français mauvais élèves de l'OCDE

Par La rédaction de RTL.fr , Avec AFP | Publié le 08/10/2013 Crédit : AFP / TIZIANA FABI

Une étude internationale sur les compétences des adultes révèle des écarts importants entre pays. Le niveau de lecture et de calcul des Français est l'un des plus faibles des 24 pays de l'OCDE.

Un Japonais juste sorti du lycée, nettement plus performant qu'un Espagnol ou un Italien diplômé... de l'université : la première étude internationale portant sur les compétences des adultes en maths ou en lecture révèle des écarts importants au sein de l'OCDE.

Qu'il s'agisse de comprendre et de réagir de façon appropriée face à un texte écrit ("littératie") ou de manier des chiffres ("numératie"), Japonais et Finlandais arrivent en tête du classement des 24 pays étudiés par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). A l'inverse, l'Espagne, l'Italie et, dans une moindre mesure, la France, sont dans le bas du tableau.

Italie et Espagne, cancres de l'Europe

"Cette étude lance un appel à se réveiller, pour voir ce que les autres font et en tirer des leçons", a souligné le secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurria, lors d'une conférence de presse à Bruxelles. "Des mesures immédiates sont nécessaires au niveau européen pour améliorer nos compétences", a relevé, à ses côtés, la Commissaire européenne à l'éducation, la Chypriote Androulla Vassiliou.

Selon l'étude, pour laquelle OCDE et Commission ont coopéré, la proportion d'adultes de 16 à 65 ans de faible niveau de compétences (qui peut au mieux déchiffrer un texte simple) s'échelonne de 4,9% au Japon à 27,7% en Italie et 27,5% en Espagne (et 21,6% en France), la moyenne étant de 15,5% dans l'OCDE.

"Dans trop de pays européens, l'avenir des enfants est prédéterminé par la situation des parents", s'est émue Mme Vassiliou, appelant l'UE à "repenser l'éducation".

10% des adultes de l'OCDE ne peuvent utiliser un ordinateur

Et alors qu'en Finlande et au Japon plus d'un adulte sur cinq est compétent ou très compétent (niveaux 4 ou 5 sur une échelle qui en compte 5), ils sont moins de 1 sur 20 en Espagne et en Italie. Au final, les Japonais de 25 à 34 ans qui n'ont achevé que l'enseignement secondaire sont nettement plus performants face à l'écrit que les diplômés universitaires du même âge en Espagne ou en Italie.

En matière de chiffres, la proportion de personnes peu compétentes (qui peuvent au mieux résoudre une opération basique), varie également de 8,2% (Japon) à 31,7% (Italie), la moyenne étant de 19%. Là encore, Japonais et Finlandais mènent, tandis qu'Espagne et Italie ferment la marche.

L'enquête s'est aussi penchée sur les compétences des adultes pour utiliser les nouvelles technologies de communication. Dans la quasi-totalité des pays, au moins 10% des adultes n'ont pas les compétences de base pour utiliser par exemple un ordinateur. Et peu atteignent le plus haut niveau de compétences, le maximum étant du côté des Suédois, avec 8,8% d'adultes très compétents, devant la Finlande et à nouveau le Japon.

Quand j’écris « il faut sauver le français et les français », c’est un véritable cri d’alarme que je lance. Ce retard et cette dégradation ont des conséquences dramatiques pour notre pays. Ces lacunes pénalisent la performance des entreprises.

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr – 06.11.48.77.63.

 

 

Partager cet article
Repost0

Frais professionnels et réalisation d'objectif : pas de lien

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Conférence

Jurisprudence

Le remboursement des frais professionnels ne peut pas dépendre de la réalisation d’objectifs

Direction de l'information légale et administrative

Un contrat de travail ne peut pas soumettre le remboursement de frais professionnels à la réalisation d’objectifs. La clause qui le prévoit est juridiquement nulle.

C’est ce que la Cour de cassation vient de rappeler à l’occasion d’une affaire où le contrat du salarié subordonnait à la réalisation d’objectifs le versement d’une « indemnité véhicule » en remboursement de l’utilisation de son véhicule personnel. Pour la Cour, une clause qui met à la charge du salarié des frais supplémentaires en cas de non atteinte de ses objectifs doit être annulée. En effet, elle constitue une sanction pécuniaire.

On rappelle que la prise en charge par l’employeur des frais professionnels n’est pas réglée par le code du travail.

La jurisprudence décide que les frais qu’un salarié a exposés pour les besoins de son activité professionnelle et dans l’intérêt de l’employeur doivent lui être remboursés sans pouvoir être imputés sur sa rémunération, à moins que le contrat ait prévu qu’il en conserverait la charge moyennant le versement d’une somme fixée à l’avance de manière forfaitaire.

Cette somme forfaitaire ne doit pas être manifestement disproportionnée au regard du montant réel des frais engagés et la rémunération proprement dite du travail doit rester au moins égale au Smic.

Les frais professionnels sont directement liés aux contraintes imposées par l'employeur pour l'exercice de la mission confiée. En aucun cas, leur remboursement ne peut dépendre de la réalisation d'un objectif.

Christian Dechartres - écrivain public - www.cd-lmdp.fr - 06.11.48.77.63

 

Partager cet article
Repost0

Administratif : faire face au décès

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Parc StCyr

 

Les comptes bancaires d'un défunt

Dès qu’elle a connaissance du décès d’un client, la banque bloque ses comptes jusqu’au règlement de la succession. Cependant, le conjoint ou les héritiers peuvent débloquer de manière anticipée certaines sommes des comptes bancaires ou d’épargne du défunt afin d’entretenir un logement ou de subvenir à leurs besoins. A contrario, le(s) compte(s) joint(s) continue(nt) de fonctionner. Il faut que le Co titulaire du compte soit vigilant afin de ne pas toucher à la part successorale des héritiers. Certains d'entre eux pourront par soucis de protéger leurs intérêts, demander à la banque de procéder au blocage de la moitié des sommes figurant sur le compte joint.

Information « Le Particulier » très utile. Mieux vaut connaître la législation, on évite ainsi des erreurs et des moments de panique.

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr - 06.11.48.77.63.

 

Partager cet article
Repost0

Frais de transport du salarié à domicile : conséquences de la prise en charge

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

2012-10-11 15.49.00

 

Les frais de transport du salarié à domicile sont retenus pour le crédit d'impôt

07/10/13 à 10:41

La prise en charge par l'employeur des frais de déplacement du salarié entre son domicile et son lieu de travail constitue un complément de rémunération. Cette dépense entre ainsi dans le calcul du crédit ou de la réduction d'impôt.

Un particulier peut prendre en charge les frais de transport de son salarié à domicile, pour qu'il se rendre sur son lieu de travail.

Selon Bercy, cette dépense constitue un complément de rémunération, qui rentre dans l'assiette du crédit ou de la réduction d'impôt des services à la personne, au même titre des salaires nets versés au salarié.

Pour en tenir compte dans le calcul de l'avantage fiscal, le contribuable doit conserver les justificatifs des remboursements des frais de transport faits à son employé, en supplément des salaires nets déclarés (copie du chèque  ou du justificatif de l'abonnement aux transports collectif,...).

 Stéphanie Alexandre "Le Particulier"

Cet article est important pour tous les salariés à domicile. Conserver tous les documents en lien avec les salaires et les frais est tout simplement indispensable.

Christian Dechartres -  écrivain public - www.cd-lmdp.fr - 06.11.48.77.63.

Partager cet article
Repost0

Ecrivain public : un contact utile et chaleureux

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

NarciFDL2010 (2)

Chaque écrivain public a des compétences particulières. Pour ma part, voici un aperçu des services que je vous propose :

 

Aborder les écrits auxquels vous êtes confronté dans la sphère privée, professionnelle, dans les relations avec l’administration.

Le travail d’écriture est mené conjointement avec vous. Je n’écris pas à votre place. A la suite d’un ou plusieurs échanges, j’écris pour vous. Cette notion est importante. Il faut que l’écrit vous ressemble. Quand vous avez déjà des ébauches d’écrits, je vous donne des indications sur la façon de formuler. Je peux vous aider à remanier un texte.

Comment se réalise le travail ? C’est par une écoute attentive, un vrai dialogue que je découvre vos véritables besoins. Bien souvent, vous avez mille choses en tête. Il faut trier, ordonner pour aller à l’objectif.

 

Mes clients attendent un travail de qualité. S’ils font appel à l’écrivain public, c’est qu’ils n’ont pas le matériel, pas la connaissance nécessaire, pas les moyens de s’exprimer assez clairement pour faire aboutir leur démarche. Aussi, je m’attache à décrypter les messages non-dits du demandeur pour restituer un écrit en phase avec sa pensée.

 

Les domaines traités :

 

La consommation : faire jouer la concurrence, demander une compensation…

Les litiges (constituer un dossier clair et argumenté pour la défense du client), négocier avec un assureur…

Les relations familiales (en terminer avec un mal entendu ou laisser une trace pour les jeunes générations)

Ecrire un discours pour le père de la mariée, pour un événement familial…

Relire le mémoire d’un étudiant : structurer, corriger, insérer des références…

 

Récits de vie, témoignages, biographies : les jeunes désespèrent souvent de connaître l’histoire de leurs parents, grands-parents. Si chacun d’entre nous laissait derrière lui un récit de vie, les familles se poseraient beaucoup moins de questions.

 

Derrière un récit de vie, se cache souvent un objectif inavoué. Au fur et à mesure de la découverte du but recherché par le demandeur, je m’adapte.

Le témoignage : vous laissez une trace d’un événement particulier important à vos yeux. Un salarié peut conter sa carrière. Un chef d’entreprise peut narrer son parcours de créateur.

 

La biographie : des personnalités au parcours très riche (humanitaire, politique, médical, militaire) éprouvent le besoin de transmettre des messages à valeur pédagogique aux jeunes. J’ai travaillé huit mois sur un ouvrage avec un ancien officier qui a fait plusieurs fois le tour du monde comme médiateur, initiateur de la francophonie, du rapprochement israélo palestinien…

C’est un travail passionnant, l’écrit revêt là une vraie valeur pédagogique.

Ce sont pour cela des heures et des heures d’entretien de recherche d’archives historiques.

C’est un travail d’écoute, d’ordonnancement, de relecture de grande ampleur.

Je procède par interviews avec le narrateur. J’insère ces échanges au fil de l’ouvrage pour donner de l’information et du rythme au livre.

Le lecteur devra retrouver des sensations ; les lieux, les personnages, l’atmosphère du récit doivent éveiller les sens du lecteur.

 

Les + :

je prends en charge le dépôt de l’ouvrage à la « Société des gens de lettres » pour protéger la production intellectuelle.

Je gère l’attribution d’un N° d’ISBN pour l’ouvrage.

 

 

Pour me contacter :

06.11.48.77.63.

dechartresc@sfr.fr

www.cd-lmdp.fr (fiche de contact)

 

Christian Dechartres – écrivain public

Partager cet article
Repost0

Liberté, égalité & fraternité : des valeurs actuelles ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Château

Les valeurs « Liberté – égalité – fraternité » apparaissent au frontispice des bâtiments publics.

Est-ce pour autant que nos concitoyens les respectent ? Apprend-on aux jeunes le respect de ces valeurs ?

 

Liberté

D’expression : chacun a le droit d’exprimer ses opinions. Il est impératif de promouvoir, de défendre, de respecter cette liberté

Chaque citoyen jouit de la liberté intellectuelle, politique, religieuse, syndicale. Cette liberté est précieuse, luttons chaque jour pour que personne ne nous la confisque.

 

Egalité

Elle est citoyenne, raciale, civique, ethnique, politique, professionnelle, salariale, sociale.

Il faut la revendiquer, la défendre et renforcer cette égalité dans tous ces domaines. Il est nécessaire de la restaurer quand les circonstances l’imposent.

 

Fraternité

En ces périodes troublées, cette valeur devrait se traduire par la solidarité, l’amitié, l’affection, l’œcuménisme. Hélas, l’actualité nous démontre le contraire.

Alors, gardons à l’esprit cette valeur de fraternité dans nos actes. Et incitons les autres à la partager.

Pour être complet, peut-être faudrait-il aussi rappeler les droits fondamentaux de l’homme :

Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.

Le but de toute association politique doit être « la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme ».

Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

 

Contribuons tous ensemble à faire respecter ces droits. Notre vie n’en sera que meilleure.

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr – 06.11.48.77.63.

Partager cet article
Repost0

Assurance de prêt : nouvelle liberté de choix

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Fleurs paysage

 

Assurance de prêt, de nouvelles règles en faveur du libre choix de l'assureur

 

Octobre 2013
Le Particulier n° 1089,

À compter du 26 janvier 2014, les banques devront remettre aux emprunteurs, dès la première simulation financière, une fiche d’information standardisée avec les caractéristiques de l’offre d’assurance pour garantir leur prêt. Cette fiche devra aussi leur rappeler leur liberté de choisir leur assureur (délégation d’assurance). Si l’emprunteur use de cette faculté, la banque aura 10 jours ouvrés pour refuser ou accepter, mais sans pouvoir augmenter le taux du crédit ni facturer de frais supplémentaires.

Commentaire : ce nouveau droit est important, il faut en user pour économiser sur le long terme.

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr – 06.11.48.77.63.

 

 

Partager cet article
Repost0

Journaliste : peut-il dire toute la vérité ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

YASHICA ELECTRO 35

Le métier de journaliste aujourd’hui : informer ou gagner sa vie ?

Chaque jour, le journaliste doit répondre à cette question pour ses lecteurs : « Quoi de neuf aujourd’hui qui va faire comprendre le monde ? »

Pour cela, il doit enquêter, restituer les faits tels qu’ils se sont déroulés.

  • Or, les principaux groupes de presse sont détenus par de grands patrons. Ces derniers utilisent leurs médias pour faire passer de la publicité pour leurs produits. Peut-on imaginer qu’un journaliste du groupe rédige un papier sur les effets indésirables des produits fabriqués par son patron, actionnaire principal du journal ?
  • Les journaux « La Provence », « Nice-Matin » ont fait l’objet d’un rachat par Bernard Tapie. Les journalistes peuvent-ils informer objectivement les lecteurs sur les affaires judiciaires de leur patron ? Ça semble difficile. Alors, comment couvrir l’événement ?  L’autocensure reste la règle. Si vous ajoutez à cela la précarité du métier, vous comprendrez pourquoi vous ne trouvez pas une information objective et complète comme le voudrait le métier de journaliste.

Chaque jour, un choix s’impose au journaliste : respecter la ligne éditoriale du patron.

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr – 06.11.48.77.63.

 

Les commentaires seraient les bienvenus

Partager cet article
Repost0

Pourquoi travailler le dimanche ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

GareSNCF

 

Travailler le dimanche : Les règles

En règle générale, le dimanche est une journée de repos (article L 3132-3 du code du travail) même s’il existe des dérogations à cette règle. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter la fiche pratique concernant le repos dominical des salariés du secteur privé sur www.service-public.fr.

Il existe trois types de dérogations :

permanentes (pas de contrepartie prévue en terme de majoration de salaire ou de repos supplémentaire, sauf dispositions conventionnelles plus favorables),

ou temporaires (contreparties obligatoires pour les salariés des établissements situés dans certaines zones - par exemple, centres commerciaux installés dans des unités urbaines de plus d’1 million d’habitants - et ceux d’établissements pour lesquels le repos simultané de tous les salariés est préjudiciable au public ou compromet leur fonctionnement normal),

ou limitées à 5 dimanches par an (chaque salarié percevant alors une rémunération au moins égale au double de la rémunération normalement due pour une durée équivalente, ainsi qu’un repos compensateur équivalent en temps).

À noter : les salariés de moins de 18 ans peuvent travailler le dimanche si l’entreprise bénéficie d’une dérogation au repos dominical. Par contre, les apprentis de moins de 18 ans n’ont pas le droit de travailler le dimanche, sauf dans certains secteurs (hôtellerie, restauration, tabacs, boulangeries...).

Travailler le dimanche, une nécessité ?

Chaque individu a besoin d’une vie rythmée, de repos réguliers. Tous les spécialistes le confirment. Certaines professions ne peuvent échapper au travail dominical : santé, transport, sécurité… Les conséquences d’un travail en décalé sur la santé sont connues. Pour préserver l’hygiène de vie des salariés, des structures ont été mises en place. Depuis un siècle, des gens luttent pour protéger la santé des travailleurs.

Il faut préserver la cellule familiale, faire en sorte que parents et enfants puissent partager des moments de détente le dimanche. Le repos dominical permet à chacun de pratiquer un sport, d’aller au cinéma, au théâtre. Cela contribue à l’épanouissement de la famille. C’est essentiel dans le contexte actuel.

Ce n’est pas en réclamant du travail le dimanche que le niveau des salaires va s’améliorer. Un patron qui paie mal ses salariés sait qu’il aura des candidats pour le travail dominical. Il ne faut pas tomber dans ce piège. Il faut réclamer de justes rémunérations sans avoir recours à des heures supplémentaires ou à du travail le dimanche.

Cessons de détruire ce qui a été durement acquis.

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr – 06.11.48.77.63.

 

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2