Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

On parle de nous: http://t.co/Bp5zQgTAMi Débordé...

Publié le par Dechartres

Partager cet article
Repost0

Ivres, 120 patrons sèment la pagaille dans un TGV...

Publié le par Dechartres

Partager cet article
Repost0

Après le 18 juin 1940, la mobilisation

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Après le 18 juin 1940, la mobilisation

Après l'appel du 18 juin 1940, le général de Gaulle poursuit ses allocutions.

19 JUIN 1940

Dans la journée du 19 juin, les premiers volontaires français se présentent à Seymour Place. Leur nombre est réduit. Mais rien n'empêche encore les forces de l’Empire de continuer la lutte. C’est à elles surtout que s’adresse le Général de Gaulle.

DISCOURS PRONONCÉ A LA RADIO DE LONDRES : "A l'heure où nous sommes, tous les Français comprennent que les formes ordinaires du pouvoir ont disparu. Devant la confusion des âmes françaises, devant la liquéfaction d'un gouvernement tombé sous la servitude ennemie, devant l'impossibilité de faire jouer nos institutions, moi, Général de Gaulle, soldat et chef français, j'ai conscience de parler au nom de la France.
Au nom de la France, je déclare formellement ce qui suit : Tout Français qui porte encore les armes a le devoir absolu de continuer la résistance. Déposer les armes, évacuer une position militaire, accepter de soumettre n’importe quel morceau de terre française au contrôle de l’ennemi, ce serait un crime pour la patrie.
A l’heure qu’il est, je parle avant tout pour l’Afrique du Nord française, pour l’Afrique du Nord intacte. L’armistice italien n’est qu’un piège grossier. Dans l’Afrique de Clauzel, de Bugeaud, de Lyautey, de Noguès, tout ce qui a de l’honneur a le strict devoir de refuser l’exécution des conditions ennemies. Il ne serait pas tolérable que la panique de Bordeaux ait pu traverser la mer. Soldats de France, où que vous soyez, debout !"

On se souvient moins des appels qui ont suivi le 18 juin 1940. Les allocutions sont tout aussi intéressantes pour comprendre la mobilisation déclenchée par le général de Gaulle.

Christian Dechartres - écrivain public - www.cd-lmdp.fr - 06.11.48.77.63.

Pour écrire les plus belles pages de votre vie, pour vous, avec vous.

Partager cet article
Repost0

De la responsabilité des notaires

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

De la responsabilité des notaires

Les notaires sont responsables de leurs actes. Ils doivent répondre du préjudice éventuel envers leurs clients. Ils ont un devoir de conseil.

Le notaire doit effectuer toutes les vérifications utiles sur le bien vendu. Il ne peut pas se prévaloir de la compétence d’un client pour se soustraire à sa mission d’information.

Les deux articles 1147 & 1382 régissent ce rapport entre les notaires et leurs clients, mais également entre tous les citoyens français.
*** Article 1147 du code civil : « Le débiteur est condamné, s'il y a lieu, au paiement de dommages et intérêts soit à raison de l'inexécution de l'obligation, soit à raison du retard dans l'exécution, toutes les fois qu'il ne justifie pas que l'inexécution provient d'une cause étrangère qui ne peut lui être imputée, encore qu'il n'y ait aucune mauvaise foi de sa part ». 
*** L'article 1382 du code civil, principe général de responsabilité : « Tout fait quelconque de l'homme, qui cause un dommage à autrui, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer ».

- Le notaire a envers vous une véritable responsabilité et un devoir d’informer sur la chose vendue.

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr – 06.11.48.77.63

Observateur de la comédie humaine.

Partager cet article
Repost0

18 juin 1940 - l'appel du général de Gaulle

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

18 juin 1940 - l'appel du général de Gaulle

~~18 JUIN 1940

DISCOURS PRONONCÉ A LA RADIO DE LONDRES

Le Général de Gaulle arrive à Londres le 17 juin.

"Le dernier Gouvernement de la IIIe République a disparu au cours de la nuit précédent e. Le Maréchal Pétain ayant demandé l’armistice et invité les Français à déposer les armes, le Général de Gaulle lance son premier appel. Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées .françaises, ont formé un gouvernement.

Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s'est mis en rapport avec l'ennemi pour cesser le combat. Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne, de l'ennemi. Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, tactique des Allemands qui nous font reculer. Ce sont les , les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd'hui. lais le dernier mot est-il dit? L'espérance doit-elle disparaître? .... La défaite est-elle définitive ? Non l

• Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et dis que rien n'est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire. Car la France n'est pas seule! Elle n'est pas seule! Elle n'est pas seule ! Elle a un vaste Empire derrière elle . Elle peut faire avec l'Empire britannique qui tient la mer et continue la Elle peut, comme l'Angleterre, utiliser sans limites l'immense industrie des États-Unis. Cette guerre n'est pas limitée au territoire malheureux de notre pays. Cette guerre n'est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances, n'empêchent pas qu'il y a, dans l'univers, tous les moyens nécessaires pour écraser un jour nos ennemis. Foudroyés aujourd'hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l'avenir par une force mécanique supérieure.

Le destin du monde est là. Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi.

- Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas. Demain, comme aujourd'hui, je parlerai à la Radio de Londres."

Il est bon de se remémorer les paroles du général avec le recul. Nous connaissons maintenant le contexte dans lequel il prononça son discours. Nous pourrions en tirer les conclusions à l'heure actuelle.

Christian Dechartres - écrivain public - www.cd-lmdp.fr - 06.11.48.77.63

Observateur de la comédie humaine.

Partager cet article
Repost0

Université Francois Rabelais - Emplois d'avenir professeur

Publié le par Christian Dechartres

Les héritiers de Renaudot vient d'être mis à jour - vous pouvez le lire http://paper.li/Dechartres1/1306183154

Partager cet article
Repost0

A. Rahmani, citoyen du monde, évoque ces biches...

Publié le par Dechartres

Partager cet article
Repost0

6 juin 1944 : un sacrifice inutile ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Ouistreham – 1961 – mes premières vacances. Voyage en train avec locomotive à vapeur ! Il ne fait pas bon ouvrir les fenêtres…

Mon grand-père maternel habite Ouistreham, dans cette Normandie qui a subi les traumatismes du débarquement et de l’affrontement contre les allemands dans le bocage. La guerre, il connait ! En août 1914, il est parti pour la première guerre mondiale. Sa fille – ma mère – est née début septembre 1914. Mon grand-père ne reviendra à la maison qu’en juillet 1919. Il découvre sa fille âgée de presque 5 ans. Quelle jeunesse !

* A Ouistreham, du haut de mes 7/8 ans, je découvre cette Normandie, théâtre du plus grand débarquement de tous les temps. Omaha Beach la sanglante, Arromanches et son port artificiel, les plages d’Utah, Juno, Sword, Gold me sont expliquées. Je prends conscience du drame qui s’est déroulé le 6 juin 1944. Quand je vois ces cimetières avec des milliers de croix, je suis saisi d’une émotion intense. L’âge des combattants me trouble, m’émeut : 18, 19, 20 ans… J’ai alors un frère de 13 ans et un autre de19 ans ; je mesure ce que pourrait être la perte d’un fils dans de telles conditions pour une mère.

* Une question – à mon âge – me taraude : mais pourquoi avoir envoyé à la boucherie toute cette jeune génération ? Au fil de mes découvertes et des explications que je reçois, je comprends qu’un fou voulait exterminer une race, qu’il n’avait qu’un but, celui de « purifier » le monde. Les femmes et les hommes de confession juive devaient être supprimés. Les homosexuels, les handicapés, les communistes… il fallait s’en débarrasser.

* Maintenant, en 2014, des gens – de plus en plus nombreux – adhèrent à de telles idées. Le sacrifice de cette génération – sur les plages normandes - a-t-il été inutile ? Veut-on à nouveau rejeter des compatriotes à cause de leurs confessions religieuses, à cause de leur couleur de peau, à cause de leurs origines ? Il faut que chacun mesure la portée de ses actes.

Ne nous laissons pas emporter par des idées nationalistes causes de grands malheurs par le passé.

Christian Dechartres – écrivain public, biographe – www.cd-lmdp.fr – 06.11.48.77.63

Observateur de la comédie humaine.

6 juin 1944 : un sacrifice inutile ?
Partager cet article
Repost0

Université Francois Rabelais - Recrutement d'étudiants relais santé (ERS) au Sumpps

Publié le par Dechartres

Les héritiers de Renaudot vient d'être mis à jour - vous pouvez le lire http://paper.li/Dechartres1/1306183154

Partager cet article
Repost0

Le vieil homme et les fours - J.M. Le Pen indésirable

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Le vieil homme et les fours - J.M. Le Pen indésirable

Le vieil homme – élu député européen - n'apprécie pas les accusations à l’égard du Front national. Il évoque notamment Yannick Noah et Patrick Bruel.

Le député d’extrême droite propose d'en faire "une fournée".

Depuis très longtemps, le fondateur du FN est un adepte des fours. Ses propos font froid dans le dos. A une période où nous avons le plus grand besoin de nous rassembler pour être plus forts, ce misérable se revoit peut-être en Algérie où il pouvait exprimer sa haine en pratiquant ce qui a toujours été nié lors du conflit.

La France ne sort pas grandie de ces déclarations. Que va-t-il faire au parlement européen ? Pourra-t-il s’y rendre jusqu’au terme de son mandat ? A-t-il la volonté d’y travailler ? N’a-t-il pas plutôt envie d’en découdre ?

Nous ne pouvons pas passer sous silence ces propos haineux.

Christian Dechartres

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 > >>