Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

dechartres lmdp

Maltraitance des enfants, agir

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

 

Les messages clés au sujet de la maltraitance :

• La maltraitance chez l’enfant est plus fréquente qu’on ne le croit ;

• Elle existe dans toutes les classes sociales ;

• Il faut y penser en consultation même devant des signes non spécifiques.

- Ne pas rester seul face au doute et savoir se faire aider.

- Protéger l’enfant est un acte médical et une obligation légale :

• Le médecin ou un autre professionnel de santé n’a pas à être certain de la maltraitance, ni à en apporter la preuve, pour alerter l’autorité compétente.

 

* Un ouvrage pour comprendre le vécu d’une enfant maltraitée : Le fruit de l’indifférence.

Joëlle Soyer a subi l’abandon, la maltraitance, les placements. Elle exprime dans le livre tout ce qu’elle ne parvenait pas à extérioriser jusqu’à l’âge de 60 ans.

 

Quelques extraits de son livre témoignage :

 

L’enfant qu’elle était s’interroge sur les parents, les « vrais » et les autres

"Des mamans embrassent tendrement leurs enfants ; ça ne nous arrive jamais.

Est-ce que les mères abandonnent les enfants pas trop gentils ? Est-ce qu’elles rejettent les enfants qui ne leur plaisent pas ? Si jamais elle m’abandonne pour de bon, j’aurai d’autres parents ? Des parents de remplacement ?"

 

Un père adoptif tente d’abuser d’elle

"Il revient à la charge et me couche sur le lit. Il essaie d’abuser de moi, je me débats et réussis au bout de quelques minutes à m’enfuir de la chambre, apeurée et désorientée.

Puis, il me menace verbalement : « Je te préviens, si tu le dis à qui que ce soit, tu verras ce qu’il t’arrivera ! »"

 

Alors qu’elle a fondé une famille, les coups et les menaces reviennent hanter sa vie.

"Toute ma jeunesse, je fus contrainte d’obéir à des inconnus, à des étrangers, à des pseudo-parents, souvent sous la menace de sévices. Je revois ces moments vécus dans la peur du lendemain, dans la peur des coups. Les insultes, les brimades, les heurts, le harcèlement font leur retour dans ma vie. Par qui ? Par celui qui est censé donner de l’affection, protéger la famille, apporter son soutien à son épouse, à ses enfants. C’est là tout le paradoxe de la situation. Je suis contrainte de le quitter ; décision douloureuse malgré le mal qu’il m’inflige."

Les « acteurs » de la vie de Joëlle se succèdent au fil des pages. Chacun pourra en tirer les conclusions qui s’imposent et préparer un avenir plus serein pour les enfants.

 

Le livre est disponible :

 

Christian Dechartres - éditeur de l’ouvrage

 

« Un homme n’est jamais si grand que lorsqu’il est à genoux pour aider un enfant. » Pythagore

Partager cet article
Repost0

Yomeji le hérisson - Sa vie de famille

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

 

Une parenthèse pour les enfants ; mais pas interdite aux parents.

 

Après Yomeji - Le déménagement, Joëlle Soyer souhaitait poursuivre le récit de notre compagnon des jardins. C’est chose faite avec Yomeji - Sa vie de famille.

 

 

 

 

Dans ce deuxième volet, les jeunes - ou moins jeunes - découvriront un autre aspect de la vie des hérissons.

Autant vous avertir, ce petit ami des jardiniers n’est pas réputé pour sa fidélité !

 

 

 

 

Sous le mode ludique, vous découvrirez la vie de papa, maman et des petits choupissons.

À la fin du livre, le lecteur trouvera un questionnaire pour parfaire ses connaissances.

 

L’ouvrage : en alternance une page de texte, une page de dessin (illustrations de Nicolas Boisbouvier).

Format 19 x 21 - pages épaisses brillantes ; une parfaite tenue.

* 24 pages

* 8 €.

 

 

Partager cet article
Repost0

De l’hôpital au podium – Alain Rivière - La réalisation du livre : pourquoi, comment, les dessins.

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Alain, vendeur confirmé, remplace son collègue - gérant du second magasin - cinq semaines par an.

 

 

 

 

 

Juillet 1997, les vacances arrivent ; encore quelques photos à livrer. Le feu est vert, Alain passe le carrefour, mais une grosse limousine surgit – son chauffeur a grillé le feu rouge -, Alain écrase le frein, évite le bolide de justesse, il retombe sur son siège.

« J’ai évité le pire », se dit-il.

 

 

 

 

Mais quelques jours plus tard, il perd sa motricité, ne peut plus s’exprimer.

Direction l’hôpital, puis la maison de réadaptation fonctionnelle. Son corps est en partie paralysé, il perd l’usage de la parole.

Que s’est-il donc vraiment produit à ce terrible carrefour ?

 

 

 

Alain souffre d’aphasie, d’hémiplégie ; les séances de réadaptation, de rééducation en centre spécialisé s’enchaînent. Il espère retravailler un jour.

 Le couperet tombe, ce ne sera plus possible.

 

 

 

 

 

 

L’idée de tout abandonner lui passe par la tête. Mais un jour il prend une décision radicale.

Entre le moment où tout s’écroule et celui où il reçoit sa médaille d’or, il lui aura fallu des années de lutte pour sortir la tête de l’eau.

 

 

 

Pour la jeunesse, pour les accidentés, sa réactivité face à l’adversité constitue un exemplequi donnera du courage à ceux qui auraient tendance à baisser les bras quand tout va mal.

Son récit éclaire d’un nouvel espoir ceux qui sombrent dans l’obscurité mentale. Atteindre un objectif, c’est un peu comme toucher le dix au tir.

Alain a réussi une double performance :

  • Sortir d’une situation qui attirerait nombre d’entre nous vers le fond
  • Et monter sur la plus haute marche après des années d’entraînement.

 

 

Le récit de son parcours et sa réaction face aux épreuves encourageront les lecteurs durement éprouvés par la vie.

Ce livre donne également l’occasion de découvrir le tir sportif sous un autre angle. Ce sport requiert une grande concentration, un travail sur la respiration et bien d’autres qualités qui sont pour beaucoup dans le nouvel élan qu’Alain a pris dans la vie.

 

À noter : Alain Rivière a réalisé tous les dessins insérés dans l’ouvrage.

Malgré le handicap qui le touche depuis son accident, il dessine avec sa main valide.

Une preuve de plus que la volonté qui l’habite le pousse à se dépasser à la fois dans le sport et dans les activités culturelles.

 

 

« Cela peut paraître incroyable, mais j’ai retrouvé le goût de la vie une arme à la main. », nous dit l’auteur.

Avec ce texte agrémenté de tous ses dessins, Alain Rivière invite le lecteur à réfléchir au sens de la vie.    Qu’est-ce que le bonheur ?

Une leçon de vie à méditer pour mieux avancer.

 

Livre (15 €) disponible chez l’éditeur : dechartresc@hotmail.com, à la Boîte à Livres de Tours, à la FNAC, chez Crépin-Leblond, à la Ligue de Tir du Centre.

Partager cet article
Repost0

Les jeux paralympiques

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

 

Alain Rivière, victime d’un accident vasculaire, est monté sur la première marche du podium de tir sportif handisport à l’été 2017. De longues années de travail avaient été nécessaires pour arriver à la première place. Il n’oublie pas et remercie tous les acteurs de sa résurrection.

 

Dans son livre De l’hôpital au podium, Alain Rivière évoque l’œuvre du Docteur Ludwig Guttmann à l’origine de la grande aventure paralympique :

 

« Je lève mon verre et porte un toast… « Aux joies de la vie… Au Père des parasports, le Docteur Ludwig Guttmann »

Cet éminent neurologue travaillait à l’Hôpital juif de Breslau lorsqu’il fut obligé de fuir en Angleterre à la fin des années trente. Dans son pays d’adoption, il exerça à l’hôpital de Stoke Mandeville. Inutile de préciser qu’à partir de l’an quarante, ce centre national des blessés de la moelle épinière accueillait de nombreux soldats. Pour ces militaires, cet établissement n’était autre qu’un mouroir. Le rôle des soignants consistait principalement à accompagner les blessés vers la mort. Révolté par cette situation, le docteur Guttmann tenta d’utiliser le sport à des fins thérapeutiques. Il organisa alors la pratique d’activités comme le tir à l’arc, le basket ou le polo. Un programme de réhabilitation chargé de redonner aux soldats blessés, autonomie, confiance et estime de soi. Des sentiments nécessaires pour recouvrer goût à la vie ! Les effets furent spectaculaires. Ces hommes retrouvèrent une place dans la société… Handisport était né.

Quelle qu’en soit la cause, l’événement violent broie l’infortuné. Le drame laisse des cicatrices, des séquelles. Et, dans la nuit abyssale d’un malstrom d’idées noires, le malheureux se débat avec son corps mutilé.

« Tout ce qui ne tue pas rend plus fort ! », prétendait Nietzsche. »

Après la guerre, le Docteur Ludwig GUTTMANN (1899/1980) poursuivit son œuvre… Ce pionnier organisa, en parallèle des J. O. de Londres en 1948, les Jeux de Stoke Mandeville… C’était le début de la grande aventure paralympique ! Cette compétition fut renouvelée en 1952 (plus 130 participants internationaux) et en 1956 avec la reconnaissance du C I O. En 1960 eurent lieu les premiers Jeux Paralympiques à Rome. À cette occasion le Pape Jean XXIII nomma le médecin « Le de Coubertin des Paralysés ». Ce qui lui valut d’être surnommé également… « Le Père des Para-Sports » !

 

Alain Rivière rend hommage au Docteur Guttmann sans qui il ne serait jamais monté sur la première marche du podium de tir sportif handisport en 2017.

 

Revivez la renaissance d’Alain en lisant son livre De l’hôpital au podium :

 

https://www.leslibraires.fr/recherche/?q=De+l%27hôpital+au+podium

 

https://www.crepin-leblond.fr/techniques-de-tir/6381-de-l-hopital-au-podium-renaitre-grace-au-sport-9782954655840.html

 

https://fr.shopping.rakuten.com/offer?action=desc&aid=8251417488&productid=6655341658

 

Christian Dechartres - écrivain public - éditeur -

http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

Partager cet article
Repost0