Création d’entreprise" />
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

resilience

De l’hôpital au podium – Alain Rivière

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Juillet 1997 : le feu est vert, Alain passe le carrefour, mais une grosse limousine surgit – son chauffeur a grillé le feu rouge -, Alain écrase le frein, évite le bolide de justesse, il retombe sur son siège.

« J’ai évité le pire », se dit-il.

Mais quelques jours plus tard, il perd sa motricité, ne peut plus s’exprimer.

Direction l’hôpital, puis la maison de réadaptation fonctionnelle. Son corps est en partie paralysé, il perd l’usage de la parole.

Que s’est-il donc vraiment produit à ce terrible carrefour ?

Alain souffre d’aphasie, d’hémiplégie ; les séances de réadaptation, de rééducation en centre spécialisé s’enchaînent. Il espère retravailler un jour. Le couperet tombe, ce ne sera plus possible.

> L’idée de tout abandonner lui passe par la tête. Mais un jour il prend une décision radicale.

Entre le moment où tout s’écroule et celui où il reçoit sa médaille d’or, il lui aura fallu des années de lutte pour sortir la tête de l’eau.

Pour la jeunesse, pour les accidentés, sa réactivité face à l’adversité constitue un exemplequi donnera du courage à ceux qui auraient tendance à baisser les bras quand tout va mal.

Son récit éclaire d’un nouvel espoir ceux qui sombrent dans l’obscurité mentale. Atteindre un objectif, c’est un peu comme toucher le dix au tir.

Alain a réussi une double performance

  • Sortir d’une situation qui attirerait nombre d’entre nous vers le fond
  • Et monter sur la plus haute marche après des années d’entraînement.

Le récit de son parcours et sa réaction face aux épreuves encourageront les lecteurs durement éprouvés par la vie.

Ce livre donne également l’occasion de découvrir le tir sportif sous un autre angle. Ce sport requiert une grande concentration, un travail sur la respiration et bien d’autres qualités qui sont pour beaucoup dans le nouvel élan qu’Alain a pris dans la vie.

À noter : Alain Rivière a réalisé tous les dessins insérés dans l’ouvrage.

Livre disponible à "La Boîte à Livres" à Tours : https://www.boitealivres.com

En direct chez l'éditeur : dechartresc@hotmail.com / 06 11 48 77 63

Christian Dechartres LMDP – éditeur du livre « De l’hôpital au podium » - http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

« Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage ;

Polissez-le sans cesse et le repolissez. »

Boileau

 

Partager cet article
Repost0

Rebondir après une épreuve douloureuse

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Il faut faire face aux catastrophes, aux douleurs immenses ressentis après la disparition d’un être cher. Cette reconstruction passe par le processus de la résilience.

Nous en sommes encore au balbutiement dans ce domaine. Il n’y a guère que 30 ans que nous travaillons réellement sur le sujet.

 

Le mécanisme de reconstruction

Nous devons beaucoup à Boris Cyrulnik, neuropsychiatre, il a largement contribué aux progrès des traitements dans le domaine de la résilience.

 

Beaucoup d’entre nous s’effondrent après des épreuves dramatiques. Mais nous sommes mieux organisés pour soutenir les victimes.

 

Nous ne sommes pas tous égaux face aux traumatismes subis.  Certains se relèvent rapidement, d’autres restent anéantis très longtemps.

 

Pour se reconstruire, un impératif : accepter le traumatisme.

Après le choc violent, vient le moment de la résilience ; c’est un long chemin de croix pour la plupart des victimes.

Une certitude, l’isolement les rend plus vulnérables. Les liens sociaux, les prises de paroles, l’écriture constituent des exutoires qui aident à surmonter nos blessures.

 

Vider son sac

Je le constate avec mes clients ; quand ils se libèrent à plusieurs reprises, lors d’entretiens successifs, ils se soulagent. C’est un peu comme si le sac écrasant qu’ils portent sur leur dos s’allégeait au fil des séances.
Après deux mois, six mois, un an, selon les cas, je les vois passer à autre chose. Ils prennent conscience de ce qu’ils ont encore à vivre pour eux et pour tous les autres.

Quand la personne se reconnecte à la réalité, la partie est gagnée. Elle peut donner un sens à sa vie, aider les autres à son tour.

 

L’actualité ne cesse de nous mettre face à la réalité

L’accident de Millas laissera des traces dans les familles pour longtemps, mais le travail de résilience aidera nombre de victimes à se reconstruire. Nous leur souhaitons un retour à la « vie » le plus vite possible.

Vivre, ce n’est pas oublier les disparus, c’est respecter leur volonté de nous voir vivant.

 

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr -  cd-lmdp.over-blog

 

« Le plus grand faible des hommes, c’est l’amour qu’ils ont de la vie. » Molière

 

 

Partager cet article
Repost0