Création d’entreprise" />
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

syrie

Le Liban a-t-il encore un avenir ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Pays minuscule : bande de 250 kilomètres de long, un peu plus de 10.000 km2. An nord, la Syrie. Au sud, Israël. Des voisins dangereux.

Naissance tourmentée

En 1918, la défaite de l’empire ottoman - allié de l’Allemagne -, provoque son démantèlement. La France, déjà intéressée au Moyen Âge et au temps des croisades, saisit l’opportunité de l’Histoire.

Le Liban sous protectorat français

Dès la fin de la Première Guerre mondiale, les troupes françaises occupent le Liban. Le 1er septembre 1920, le pays devient un protectorat sous mandat français.

Rivalité franco-britannique

Français et Britanniques se sont livrés une lutte féroce pour s’imposer dans la région. Dès 1840, nos voisins d’Outre-Manche voulaient contrôler la route des Indes.

De la constitution à l’indépendance

En 1926, une constitution d’inspiration française est mise en place. Le protectorat de la France s’exercera jusqu’au 22 novembre 1943, date de l’indépendance du Liban.

Des expatriés en nombre

Le pays a été envahi par de nombreux peuples méditerranéens ; on ne dénombre pas moins de 18 communautés dans le pays. Près de 3 Libanais sur 4 sont expatriés, le pays détient le record en la matière.
Les Syriens ont longtemps considéré le Liban comme une partie de leur territoire. On peut comprendre cet état de fait, les deux pays n’en faisaient qu’un sous la domination française.

Les conséquences du colonialisme

On comprend mieux les raisons du chaos quand on relit l’Histoire. Les pressions colonialistes des Français et des Britanniques dans la région ont laissé une empreinte aux conséquences fâcheuses. On voudrait faire preuve d’optimisme pour les peuples du Liban et de la Syrie. Mais force est de constater que les fractures communautaires perdurent.

Des frontières sources de rivalités

Quand on en vient à imposer des frontières arbitraires - qui ne répondent à aucune histoire commune des peuples que l’on veut y « enfermer »-, les conflits réapparaissent perpétuellement. Nourrissons des souhaits de prospérité pour les Libanais, ils le méritent.

 

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr - http://cd-lmdp.over-blog.fr/

Pour comprendre les cheminements de l’Histoire

 

 

Partager cet article
Repost0

La Syrie est née sous le joug français

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

 Naissance agitée
Ce jeune pays vit une grande frustration depuis un siècle. Privé d’une indépendance promise, le pays a subi le mandat français (décision de la Société des Nations du 24 juillet 1922). La SDN avait donné mission à la France de préparer l’indépendance de la Syrie. Mais la France colonialiste a vu dans cette mission ses propres intérêts ; les motivations économiques prédominaient. La France fut contrainte de partir sans avoir accompli son mandat.

 

La France n’a pas respecté la mission qui lui était impartie
La France craignait qu’une politique trop libérale ne donne des idées de rébellion aux Africains du Nord. Rappelons que le général Bugeaud avait capturé Abd el-Kader en 1847 { http://cd-lmdp.over-blog.fr/2014/07/l-emir-abd-el-kader-prisonnier-d-etat-au-chateau-d-amboise.html } ; la colonisation de l’Algérie avait débuté en 1830.
 
L’empire ottoman démembré
Après la Première Guerre mondiale, des tractations franco-anglaises ont amputé la Syrie d’une grande partie de ses territoires au bénéfice du Liban, de la Jordanie, de la Cisjordanie, d’Israël. La Grande-Bretagne et la France ont démembré l’empire ottoman. Souvenons-nous également qu’en 1920 un État de Damas et un état d’Alep avaient été créés. En 1925, le général Weygand – haut-commissaire en Syrie - regroupait ces deux états.

 

Une indépendance « malheureuse »
En 1946, la Syrie est indépendante sans y être préparée. En 70 ans, le pays – victime de l’appétit des grandes puissances – a vécu des drames successifs jusqu’au plus sanglant ces dernières années avec les bombardements d’Alep. Tueries cautionnées par Poutine et sans véritables réactions de l’ONU.

 

De la façon de trouver des motifs à tuer
À observer les soubresauts de la Syrie ces dernières années, on mesure combien les désirs des colonisateurs ont meurtri les pays du Moyen-Orient. Déjà, en 1920 et 1925, le sort d’Alep faisait l’objet de reculades ; la Syrie n’aura jamais trouvé son unité. Ce n’est pas Bachar El Assad qui y contribuera. Quand on trouve des justifications à massacrer son propre peuple, on ne mérite que le jugement du Tribunal International.

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr - http://cd-lmdp.over-blog.fr/

Être attentif à l’Histoire pour mieux appréhender l’avenir.

 

 

La Syrie est née sous le joug français
Partager cet article
Repost0