Ce député qui méprise le français et les femmes

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Ce député qui méprise le français et les femmes

Ce député Julien Aubert insiste ; on le soutient. Il méprise l’usage de la langue française. Il ne voit qu’une acception au mot « présidente », c’est femme de président.

Vue étroite de l’esprit de ce monsieur puisque la « présidente » c’est également une femme qui exerce la présidence.

Derrière ce refus d’employer le mot au féminin, se cache – j’en suis persuadé – un rejet de la fonction exercée par une femme. Qu’on le remette à sa place, qu’il fasse son travail d’élu de la République, qu’il reprenne des cours de français et que ses soutiens s’abstiennent de faire porter la responsabilité à d’autres.
Nous avons de nombreux exemples de femmes présidentes ; c’est heureux pour la diversité.

Que cet élu de la République se remette au travail ; les élus lui ont confié une tâche, qu’il l’accomplisse sans perturber les séances par des vétilles.

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr – 06.11.48.77.63.

Observateur de la comédie humaine, pour écrire les plus belles pages de votre vie.

Ce député qui méprise le français et les femmes
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article