Création d’entreprise" />
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

feminin

Avec les mots épicènes, pas d’écriture inclusive

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Ce sont des mots qui ne varient pas, qu’ils désignent des hommes ou des femmes. Leur forme ne change pas dans leur orthographe au masculin comme au féminin.

En conséquence, ils ne sont pas touchés par le bidouillage, le tripatouillage de cette écriture inclusive qui nous hérisse les poils.

 

Citons quelques épicènes :
- Ministre
- Fonctionnaire
- Diplomate
- Guide
- Cadre
- Dactylo
- Adulte
- Artiste
- Camarade
- Concierge
- Élève
- Émule
- Enfant
- Journaliste
- Secrétaire…

 

Certains mots sont considérés comme épicènes en raison de leur féminisation à effet cocasse. Essayez d’efféminer : « matelot », « médecin », « marin » ; l’effet serait pour le moins étrange, voire risible.

 

Halte à l’écriture inclusive

 

Avec les mots épicènes, pas besoin d’ajouter ces horribles points suivis de « trices » et compagnie : (sénateur.trice.s).
Le recours aux parenthèses, points ou autres traits d'union gêne la lisibilité. A bien y regarder, le masculin figure toujours en première place avec cette écriture que l’on veut nous imposer sous prétexte de défendre la féminité. Vous imaginez la lecture d’un roman en écriture inclusive ? Rien de tel pour éloigner encore un peu plus les jeunes de la lecture.

 

Pas besoin de cette écriture pour respecter les femmes

 

Il n’est pas besoin d’utiliser une graphie inclusive pour respecter le sexe féminin. Tout comme faire le bien autour de soi n’est pas réservé aux gens qui prient un dieu quelconque.
 
Une féminité épanouie et respectée ne passe ni par une méthode d’écriture ni par une religion.
 

Christian Dechartres – écrivain public

www.cd-lmdp.fr - http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

« La raison est ce qui effraie le plus chez un fou. » Anatole France

 

 

Partager cet article
Repost0