Le retour de l’extrême-droite, plus jamais ça. Réagissons

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Le 25 août 1944, le village de Maillé (Indre-et-Loire) est encerclé par des soldats allemands. Une unité SS pénètre dans le bourg ; 124 victimes âgées de 3 mois à 89 ans sont massacrés avec une brutalité inimaginable. Nombre d’animaux subissent le même sort et le village est ensuite pris sous le feu de l’artillerie.

Voici un extrait du livre écrit par l’abbé Payon ; un rescapé parle :

« M. CHARPENTIER qui habite à côté me dit : « Qu’est-ce que tu fais ? Tu ferais pas mal de venir, mon vieux Charles ; ta femme est tuée avec un de tes enfants dans ses bras, au bout du clos Guérin. » J'allai voir avec lui ; je vis en effet, dans un champ de topinambours, ma femme et ma petite fille Monique, 15 mois, étendues sur le sol et inertes. Ma femme une balle dans la tête et au sein et ma petite fille la cervelle broyée. Mon chien, à côté, était raide. Je trouvai dans le clos aussi, mon père et ma mère morts, ainsi que M. MARTIGUE. Plus bas, M. GUÉRIN, massacré, brûlait dans une écurie. Je remontai avec CHARPENTIER dans le champ de topinambours et nous trouvâmes encore d’abord le petit Pierre CHARPENTIER (10 ans) étendu et sans vie, puis Mme CHARPENTIER et son petit Lucien (2 ans) tous deux criblés de balles. CHARPENTIER me quitta. Je revins alors près de ma femme, je m’agenouillai et je pleurai ! Je ne sais ce qui se passa ensuite, mais des obus se mirent à tomber dans le bourg. Je me réfugiai dans une tranchée à proximité et n’en sortis que lorsque le tir d’artillerie eut cessé. »

Qui sont les auteurs du massacre de Maillé ?

Des jeunes issus de Hitlerjugend, les jeunesses hitlériennes. Ces gamins, élevés sous la coupe du führer, pouvaient dénoncer père et mère et tuer d’un sang-froid incroyable. Ils furent incorporés dans l’armée allemande à la fin de la guerre quand la Wehrmacht perdait pied.

 

Comment a-t-on pu formater des cerveaux de la sorte pour leur faire accomplir de tels actes barbares ?

Ces jeunes ont subi une formation de 1933 jusqu’à la fin de la guerre. Enrôlés dans les Hitlerjugend, ils ont vécu au son de la voix du maître. Les théories de Mein Kampf leur furent inculquées chaque jour jusqu’à perpétrer les atrocités comme celles vécues par les villageois de Maillé.

 

Le retour de l’extrême-droite en Europe

D’aucuns pensent que nous ne pouvons plus vivre de tels atrocités. Méfiance, partout en Europe, nous assistons au retour des groupes fascistes comme dans les années 30. En Autriche trois ministères clés sont occupés par l’extrême droite.

Soyons très vigilants. L’histoire peut se répéter.

 

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr - cd-lmdp.over-blog.fr/

 

  • « Le racisme est bien l’infirmité la plus répugnante parmi les diverses laideurs de l’humanité. » Claire Martin
  • « Du fanatisme à la barbarie, il n’y a qu’un pas. » Diderot
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article