Création d’entreprise" />
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

racisme

Slogans 1968 vs « gilets jaunes »

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

En mai 1968, c’est d’abord la parole de la jeunesse qui a explosé. Les Gilets Jaunes – eux - ont occupé les routes, les ronds-points.
Mai 68 gilets jaunes cohésion sociale racisme
Mai 68 vs GJ

 

Les manifestants de mai 1968 s’exprimaient sur le fond par des slogans ; leur sens donnait à réfléchir sur l’évolution du mode de vie. Sartre parlait d’extension du champ des possibles à Cohn-Bendit.

 

Nous pouvions lire et entendre des formules telles que :

« Assez d’actes, des mots. »

« L’imagination prend le pouvoir. »

« L’action ne doit pas être une réaction, mais une création. »

« Nous sommes en marche ( !!!) : vaincus peut-être, domptés jamais. »

« Après les usines et les facultés, occupons l’opinion publique. »

« Pour mettre en question la société où l’on « vit », il faut d’abord être capable de se mettre en question soi-même. »

« Sois belle et thèse-toi. »

 

Après 3 mois de manifestations des Gilets Jaunes, des paroles de rejet fusent :

« Retourne dans ton pays, salope. »

« Sale Juif, repars en Israël. »

« Sale sioniste de merde. »

« La France, elle est à nous. »

« Je le reconnais, c’est un pd. »

 

Cinquante ans après 68, des groupuscules extrémistes s’infiltrent dans les manifestations pour lancer des slogans injurieux, racistes, homophobes. Et nombre de gilets jaunes refusent de condamner ces comportements pour lesquels nous ne trouvons plus de qualificatifs.

Très inquiétant pour l’avenir et la cohésion de notre pays.

 

Christian Dechartres – écrivain public – http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

« Notre espoir ne peut venir que des sans-espoir. » Sciences Po - 68

Partager cet article
Repost0

Le retour de l’extrême-droite, plus jamais ça. Réagissons

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Le 25 août 1944, le village de Maillé (Indre-et-Loire) est encerclé par des soldats allemands. Une unité SS pénètre dans le bourg ; 124 victimes âgées de 3 mois à 89 ans sont massacrés avec une brutalité inimaginable. Nombre d’animaux subissent le même sort et le village est ensuite pris sous le feu de l’artillerie.

Voici un extrait du livre écrit par l’abbé Payon ; un rescapé parle :

« M. CHARPENTIER qui habite à côté me dit : « Qu’est-ce que tu fais ? Tu ferais pas mal de venir, mon vieux Charles ; ta femme est tuée avec un de tes enfants dans ses bras, au bout du clos Guérin. » J'allai voir avec lui ; je vis en effet, dans un champ de topinambours, ma femme et ma petite fille Monique, 15 mois, étendues sur le sol et inertes. Ma femme une balle dans la tête et au sein et ma petite fille la cervelle broyée. Mon chien, à côté, était raide. Je trouvai dans le clos aussi, mon père et ma mère morts, ainsi que M. MARTIGUE. Plus bas, M. GUÉRIN, massacré, brûlait dans une écurie. Je remontai avec CHARPENTIER dans le champ de topinambours et nous trouvâmes encore d’abord le petit Pierre CHARPENTIER (10 ans) étendu et sans vie, puis Mme CHARPENTIER et son petit Lucien (2 ans) tous deux criblés de balles. CHARPENTIER me quitta. Je revins alors près de ma femme, je m’agenouillai et je pleurai ! Je ne sais ce qui se passa ensuite, mais des obus se mirent à tomber dans le bourg. Je me réfugiai dans une tranchée à proximité et n’en sortis que lorsque le tir d’artillerie eut cessé. »

Qui sont les auteurs du massacre de Maillé ?

Des jeunes issus de Hitlerjugend, les jeunesses hitlériennes. Ces gamins, élevés sous la coupe du führer, pouvaient dénoncer père et mère et tuer d’un sang-froid incroyable. Ils furent incorporés dans l’armée allemande à la fin de la guerre quand la Wehrmacht perdait pied.

 

Comment a-t-on pu formater des cerveaux de la sorte pour leur faire accomplir de tels actes barbares ?

Ces jeunes ont subi une formation de 1933 jusqu’à la fin de la guerre. Enrôlés dans les Hitlerjugend, ils ont vécu au son de la voix du maître. Les théories de Mein Kampf leur furent inculquées chaque jour jusqu’à perpétrer les atrocités comme celles vécues par les villageois de Maillé.

 

Le retour de l’extrême-droite en Europe

D’aucuns pensent que nous ne pouvons plus vivre de tels atrocités. Méfiance, partout en Europe, nous assistons au retour des groupes fascistes comme dans les années 30. En Autriche trois ministères clés sont occupés par l’extrême droite.

Soyons très vigilants. L’histoire peut se répéter.

 

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr - cd-lmdp.over-blog.fr/

 

  • « Le racisme est bien l’infirmité la plus répugnante parmi les diverses laideurs de l’humanité. » Claire Martin
  • « Du fanatisme à la barbarie, il n’y a qu’un pas. » Diderot
Partager cet article
Repost0

Nuremberg, les criminels de guerre surmenés... 

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Début 1946, les procès des criminels de guerre commencent. Le psychiatre américain Léon Goldensohn visite les accusés. Il recueille des témoignages à la hauteur de la barbarie de ces nazis.
Un cas évocateur : Rudolph Höss.

Il fut le commandant du camp de concentration d’Auschwitz de 1940 à 1943. Sur son « travail » d’aménagement du camp, il s’exprime : « J’avais deux vieilles fermes un peu éloignées du camp que j’avais transformées en chambre à gaz. J’avais fait abattre les cloisons et cimenter les murs extérieurs pour empêcher les fuites. Les convois arrivaient ; ils étaient gazés au Zyklon B. Dans chaque ferme, on pouvait gazer en même temps dix-huit cents à deux mille personnes. »

Il poursuit : « Les crématoires ne suffisaient pas à brûler les corps au fur et à mesure. Il fallait trouver une solution. On s’est mis à brûler les corps dans des fosses. Une couche de bois, puis une couche de cadavres, une autre couche de cadavres, etc… Un ballot de paille imbibé d’essence permettait d’enflammer le tout très rapidement. Quand le feu s’embrasait, on pouvait balancer les cadavres frais ; ils brûlaient tout seuls. »

Tel le cadre en entreprise, Höss explique sa méthode, son commandement, ses innovations. Il lui fallait trouver de nouvelles techniques pour augmenter la productivité. Dans les fours, il parvenait à brûler péniblement dix-sept cents personnes par vingt-quatre heures. Il fallait donc trouver une alternative !

Quand on dit à Höss que 2,5 millions de gens ont été exterminés dans son camp d’Auschwitz, il répond que les ordres venaient d’Hitler et de Himmler. Il s’explique également par le fait qu’il fallait exterminer ces gens, sinon ce sont eux qui auraient exterminé les allemands… Certains de ses compatriotes avaient fini par se convaincre de cela, tellement on leur avait martelé cette contre-vérité.

Höss poursuit son argumentation : « Je croyais bien faire. J’obéissais aux ordres. Je vois maintenant que c’était inutile et mal. » Quand le médecin lui évoque le malaise, le bouleversement face à ces exterminations, il répond : « Vous parlez d’être bouleversé. Non, personnellement, je n’ai tué personne. J’étais juste le responsable du programme d’extermination»

A la question : Avez-vous jamais fait des cauchemars ? », il répond : « Jamais ».

« Vous arrive-t-il de penser à ces exécutions, aux gens gazés, aux corps brûlés ? ». Réponse de Höss : « Non, je n’ai pas de visions de ce genre. »

Il évoquera même la fatigue au travail, les cadences infernales, le surmenage.

Commentaire :le document « Les entretiens de Nuremberg » du psychiatre Léon Goldensohn constitue un témoignage extraordinaire sur la psychologie des nazis.
J’invite les sceptiques à le lire et à le faire lire. A l’heure actuelle, des extrémistes d’obédiences diverses, parfois proches de nous, seraient prêts à renouveler des exterminations au nom d’une idéologie savamment inculquée. Ce danger nous menace. Soyons tous ensemble contre cette idéologie.
Christian Dechartres - écrivain public - www.cd-lmdp.frhttp://cd-lmdp.over-blog.fr/

Pour prendre conscience du danger qui plane.

Partager cet article
Repost0

Discrimination, racisme : mes clients en pleurent

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Comme j’aimerais avoir près de moi ces politiques de l'extrême quand je partage des moments émouvants chez mes clients.

Un passé douloureux

Leur moyenne d’âge dépasse les 80 ans pour ceux qui me confient la rédaction de leur biographie. Ces gens ont vécu la deuxième guerre mondiale ; pour certains la guerre d’Algérie ; pour d’autres les guerres de Corée ou d’Indochine.
Leurs parents ont vécu la Première Guerre mondiale, la « Grande Guerre ».

Une doctrine destructrice

À travers leurs récits et les documents des Archives nationales, je mesure l’ampleur des souffrances infligées par des chefs de guerre. Sur le sol français, comme ailleurs en Europe, Hitler a mis en œuvre sa politique énoncée – et annoncée - dans « Mein Kampf ».

Lire : http://cd-lmdp.over-blog.fr/2016/03/souvenirs-d-une-ambassade-a-berlin-du-danger-des-charmeurs.html

De l’exploitation de la misère

Ce fasciste a profité de la crise de 1929 et de la défaite de 1918 pour faire passer un programme censé résoudre tous les maux du peuple allemand. Il est parvenu à ses fins. Par un discours xénophobe à outrance, il a réussi le tour de force de faire porter la responsabilité de tous les malheurs à une catégorie d’individus. Ses tirades sur le nationalisme, sur le rejet ont fait fureur.

Quand une idéologie peut détruire des millions de familles

Quand, face à moi, l’un de mes narrateurs évoque la barbarie infligée dans les camps de concentration, les larmes coulent. Je dois interrompre la séance un moment.
Quand un autre évoque la perte de parents ou d’amis tués par les nazis, l’émotion est telle que la voix s’étouffe. Il faut faire une pause.
Les moments d’émotion sont multiples à l’évocation de ces souvenirs douloureux. Ces personnes âgées ont lutté contre un adversaire fasciste, des millions de gens sont morts pour défendre leur pays, pour assurer à leurs enfants un avenir en démocratie.

Du danger des charmeurs politiques

Quand on voit des politiques développer des thèses proches – sur de nombreux sujets - du programme d’Hitler, des théories visant à désigner des coupables qu’il faut à tout prix expulser, voire exterminer, c’est affligeant, désolant.

Ne vous laissez pas entraîner dans cette funeste spirale

J’invite ces jeunes qui s’enrôlent dans de tels partis à venir consulter des archives avec moi afin qu’ils comprennent l’histoire de notre pays au sein de l’Europe et du monde. Je leur expliquerai comment des doctrines nauséabondes ont mené les peuples à la catastrophe, comment des millions de vies ont été détruites au nom de cette idéologie absurde et destructrice.

Lire : http://cd-lmdp.over-blog.fr/2015/04/ouvrons-notre-coeur-aux-autres.html

Construisons des ponts entre les hommes. Trop de murs sont édifiés pour diviser les peuples.

« Tendre la main, vivre ensemble » : cette devise devrait accompagner celle qui figure au frontispice de nos mairies.

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr - http://cd-lmdp.over-blog.fr/
Pour rapprocher les hommes et les femmes
Pour tisser des liens
 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Trump, l’homme qui a trompé les électeurs et les sondeurs

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Un homme haineux, misogyne, raciste prend le pouvoir de la première puissance mondiale.

Campagne d’une rare médiocrité
La campagne électorale fut d’une rare violence, jamais atteinte en pareil contexte. Les Américains furent privés d’un débat de fond sur les sujets essentiels. Les insultes de Trump ont émaillé les meetings. On retiendra du personnage une personnalité peu fréquentable. On pouvait espérer qu’un tel candidat fût écarté de la course à la présidence. Il arriva à ses fins.
Un système pour les extrêmes ?
Des figures immondes accèdent à la tête de pays « évolués ». Faut-il y voir un défaut des systèmes électifs ? De grandes puissances ont à leur tête des gouvernants malades de leur ego et de leurs idées funestes.
Les programmes extrémistes recueillent l’assentiment d’un nombre croissant d’électeurs. C’est un signe des temps. Dans les discussions de « bistrots », les propos de rejet sont légion alors que le monde a besoin de fraternité, d’amour, d’altruisme.
Menace sur la terre
Et notre planète ? Nous savons tous qu’elle ne peut pas nourrir 8 milliards d’individus vivant comme les Américains. Il faudrait 5 planètes avec une consommation et un gaspillage dont nos voisins d’Outre-Atlantique sont coutumiers. Trump, sur ce point crucial pour l’avenir, n’est pas le président rêvé pour réduire la consommation d’eau et d’énergie sur notre planète en grande souffrance.
Nos enfants et petits-enfants auront à supporter l’inconscience des maîtres du monde indifférents au sort des futures générations. Armons-nous de patience ; nous avons le devoir de lutter contre les idées folles des politiques égoïstes.
Indispensable cohésion dans l’effort
Unissons nos efforts dans la perspective d’un monde plus humain. Mettons tout en œuvre pour atteindre des objectifs louables et salvateurs en faveur de nos progénitures.
L’immigration zéro, l’isolationnisme, les politiques ultralibérales, les systèmes de santé réservés aux seuls riches, tout cela doit être banni. Nous aurons besoin d’une grande énergie pour lutter contre ces idées néfastes. Rassemblons dès maintenant les forces vives pour un avenir meilleur.
Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.frhttp://cd-lmdp.over-blog.fr/
Pour lutter ensemble

 

 

Partager cet article
Repost0