Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

3 articles avec amerique

Discours de Trump le 19 janvier 2021

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

 

 

Le futur ex-président des États-Unis n’assistera pas à la cérémonie d’investiture de Joe Biden le 20 janvier prochain.

Je propose à Donald Trump ce discours à déclamer la veille :

 

 

 

« Demain, dès l’aube[1], à l’heure où finit la campagne,

 

Je partirai. Vois-tu, plus personne ne m’attend.

 

J’irai avec ma Melania par la montagne.

 

Je ne puis demeurer près de vous plus longtemps.

 

 

Je marcherai le regard vide dans mes pensées,

 

Sans rien voir du dehors, sans percevoir le bruit,

 

Seul, maintenant, le dos courbé, les mains croisées,

 

Triste, et la suite pour moi sera comme la nuit.

 

 

Je ne verrai plus les ors du pouvoir qui tombe,

 

Ni les partisans fanatiques toujours en pleur.

 

Des Républicains, je verrai une grande tombe.

 

À twitter, j’enverrai quelques épines en fleur. »

 

©Christian Dechartres – écrivain public – http://cd-lmdp.over-blog.fr - http://cd-lmdp.fr

 

Espérons un apaisement rapide. Que Donald Trump cesse d’exciter les foules. Les acquis sociaux ont été mis à mal, le président sortant a divisé les Américains, il s’est montré brutal à l’encontre de ceux qui ne partagent pas ses idées.

Souhaitons une pleine réussite à Joe Biden dans l’œuvre de rassemblement que les plus raisonnables appellent de leurs vœux.

 

[1] Poème publié par Victor Hugo - en 1856 - dans le recueil Les Contemplations.

Partager cet article

Repost0

Pourquoi la Corée fut-elle coupée en deux ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

À la conférence de Yalta, en février 1945, les Russes décident d’entrer en guerre contre le Japon. Les Américains et les Soviétiques décident de couper la Corée en deux. La frontière sera le 38e parallèle.

Au nord de cette ligne, les Japonais se rendent aux Russes, au sud, ils se rendent aux Américains.

Cet acte marque le début de la cruelle division du « Pays du Matin calme ».

 

Puis vint la guerre de Corée

À l’aube du 25 juin 1950, l’artillerie nord-coréenne ouvre le feu sur ses « frères » du sud. La guerre de Corée a débuté. Entre deux et trois millions d’enfants, de femmes et d’hommes y trouveront la mort.

L’ONU (Organisation des Nations Unies), déploie des forces internationales pour tenter de faire respecter le droit. Ce sont 16 nations qui interviendront dans le conflit. Le bataillon français de Monclar y participera. Il était constitué de volontaires ; les effectifs étaient au plus bas après l’hécatombe d’Indochine.

 

Les Coréens du Nord, aidés par les Chinois, envahissent d’abord le Sud. Les États-Unis ne peuvent se résoudre à voir les alliés sudistes défaits. Le contingent américain constitue l’essentiel des forces onusiennes. Le fameux général Mac Arthur prend le commandement US. À l’été 1951, les Coréens et Chinois sont repoussés sur le 38e parallèle.

 

La troisième guerre mondiale n’était pas loin

Mac Arthur, fort de ses victoires, voudrait poursuivre son offensive pour envahir la Corée du Nord. Le président Truman freine ses velléités et nomme le général Ridgway à sa place. Les forces terrestres américaines ne franchiront pas le 38e parallèle. L’attaque envisagée par Mac Arthur aurait pu déclencher des réactions très vives des Chinois et des Russes. Un nouvel embrasement mondial était probable.

 

Les armes chimiques

Alors que la guerre s’est enlisée – elle rappelle sur bien des points la Grande Guerre et ses tranchées -, le commandement US utilise une nouvelle fois les armes bactériologiques. Des villes nord-coréennes font l’objet de bombardements au napalm.

 

Un armistice sans paix

Le 27 juillet 1953, les belligérants signent un armistice, mais pas la paix. Les deux Corée resteront des frères ennemis. Le Nord verra s’installer une des pires dictatures au monde. Le Sud émergera comme l’une des plus grandes puissances économiques mondiales.

 

La planète a frôlé la catastrophe

Durant ces trois années de guerre, les deux blocs de l’Est et de l’Ouest voulaient affirmer leur supériorité. La retenue de Truman et la mort de Staline le 5 mars 1953 ont peut-être évité un bain de sang à l’échelle mondiale.

 

Puisse le bon sens sauver les deux Corée d’un éternel affrontement ravageur.

 

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr - http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

« La guerre ! C’est une chose trop grave pour la confier à des militaires » Clémenceau

 

Partager cet article

Repost0

Donald, sais-tu le mal que tu nous fais ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

J’ai beaucoup de respect pour les institutions, pour les femmes et les hommes d’État ; et je vouvoie les personnalités.

Avec toi, je ne peux pas.

Donald, quand je te vois, quand je t’écoute, j’ai l’impression d’être face à un ado attardé dans la cour de récréation.

Comment la plus grande nation a-t-elle pu accoucher d’un président comme toi ?

 

Faire la paix, ça te parle ?

 

Tu allumes des feux partout où tu passes.

Tu détruis ce qui a été réalisé avant toi.

Tu menaces des gens partout sur la planète.

Tu te prends pour le gendarme du monde, mais avec ta propre justice, celle d’un exalté.

As-tu déjà vu un homme faire la paix en déclarant la guerre à tout bout de champ ?

Dans nos rues, dans nos villages, dans nos pays, dans le monde, la paix se trouve dans la discussion. As-tu conscience que des gens intelligents parviennent à faire se rencontrer des ennemis de toujours ?

 

Tire les enseignements du passé

 

Prends du recul, observe les actions de tes prédécesseurs.

Qu’est devenu l’Irak après l’intervention américaine et l’assassinat de Sadam Hussein ?

Loin de moi l’idée de prendre parti pour des dictateurs. Nous devons tous lutter contre leurs actions, mais dans le cadre d’actions ingénieuses. Tuer un dictateur ne suffit pas à rendre un peuple uni et heureux.

 

Les Libyens sont-ils plus heureux maintenant que Kadhafi a été exécuté ? Bien évidemment qu’il fallait faire pression sur lui pour infléchir sa gouvernance. Mais le peuple vivait assez bien avant la mort du despote.

 

Tu n’es pas le maître du monde

 

Tu prends ton pays pour un exemple. Tu veux imposer tes décisions au mépris des institutions mondiales.

Tu ignores les accords visant à protéger la planète bien mal en point. Heureusement que des Américains œuvrent intelligemment pour l’avenir de nos enfants.

Tu décides un matin que Jérusalem serait la capitale d’Israël. Mesures-tu les conséquences de tes déclarations ? Veux-tu déclencher un conflit mondial ? On peut parfois se poser la question.

 

Un peu d’histoire sur l’Amérique :

  • Quel est le seul pays au monde à avoir utilisé la bombe atomique sur des civils ? Les USA.
  • Quel pays a déversé des milliers de tonnes de bombes au napalm en Corée ? Les USA. Après 53, les deux Corée n’étaient que des paysages lunaires.
  • Quel pays a massacré - au Vietnam -, des populations civiles encore au napalm, au lance-flammes dans des conditions apocalyptiques ? Les USA.

« Par les armes, on peut vaincre, mais pas convaincre. »

 

Tu laisses ton peuple s’autodétruire

 

Les armes, justement, sévissent quotidiennement sur le sol américain. 1 000 personnes meurent chaque jour par balle aux USA ! Un véritable cauchemar qui ne semble pas t’alarmer puisque tu détricotes la loi sur le contrôle des armes à feu, loi pourtant déjà bien insuffisante.

 

Donald, le monde est devenu fou, mais avec toi, le risque humain s’accroît chaque jour un peu plus.

 

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr - cd-lmdp.over-blog.fr/

 

« Il est plus facile de faire la guerre que la paix. » Clémenceau

La paix est l’intervalle entre deux guerres ; faites qu’il soit long.

 

Partager cet article

Repost0