Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

patrice duhamel

"Les jours d’après" : que deviennent ces élus de la République ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

 

À l’heure de la campagne pour la présidentielle, il faut lire ou relire Les jours d’après.

 

Toute vie consacrée à l’action publique se trouve bouleversée par un moment douloureux : celui où tout s’arrête.

Patrice Duhamel et Jacques Santamaria ont choisi de raconter les jours d’après de vingt-trois personnalités françaises de de Gaulle à Manuel Valls, de Giscard à Jacques Delors, de Simone Weil à Jospin, présentant chacune un cas singulier dans son rapport au pouvoir.

 

Patrice Duhamel s’est rendu des centaines de fois à l’Élysée, il a côtoyé les « grands » de ce monde politique. Il les a vus en action ; la plus grande faiblesse de ces fauves, c’est de ne pas vouloir se préparer au jour où le pouvoir les quittera.

 

Extraits :

Giscard après son face-à-face avec Mitterrand en 1974 :

« J’ai pu mesurer son incontestable talent, et j’ai vu qu’il avait l’envergure et les moyens d’être président de la République […]. Je n’ai pas réussi à marquer de point décisif. »

 

Mitterrand – d’Ormesson

Cette dernière séquence présidentielle commence par un étrange rendez-vous. Mitterrand a convié Jean d’Ormesson pour un petit-déjeuner personnel, politique et littéraire. C’est l’écrivain qui est là, beaucoup plus que l’éditorialiste du Figaro, peu suspect de complaisance avec celui qui le reçoit deux heures avant d’accueillir son successeur.

 

Chirac vs VGE

En 1981, Chirac a joué volontairement les apprentis sorciers. Nombre d’électeurs chiraquiens ont voté Mitterrand au second tour, encouragés par une violente campagne du RPR contre le Président sortant.

 

Les auteurs nous font vivre des épisodes croustillants.

D’ici peu, d’aucuns vivront à leur tour « les jours d’après. » Voilà un ouvrage à (re) lire pour se mettre dans l’ambiance.

 

J’ai eu le plaisir d’accompagner Patrice Duhamel en dédicaces à la Forêt des Livres en août 2018 ; ce fut un moment d’échanges que je suis prêt à renouveler.

 

Christian Dechartres - écrivain public - http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

« Qu’est-ce que le vide ? », première phrase du livre.

Partager cet article
Repost0

« Les jours d’après » de Patrice Duhamel et Jacques Santamaria, un titre ambivalent et prémonitoire

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Les bonnes lectures du confinement

 

À l’heure où nous évoquons quotidiennement les jours d’après, ce livre nous plonge dans la vie des femmes et hommes politiques après leur passage au sommet de l’État.

 

4e de couverture : « Toute vie consacrée à l’action publique se trouve bouleversée par un moment douloureux : celui où tout s’arrête. […] Le défaut des hommes et des femmes politiques, y compris chez les grands fauves, est peut-être de ne pas savoir, et souvent de ne pas vouloir se préparer à ce jour où le pouvoir les quittera. Mais, au fond, n’en est-il pas ainsi de toute histoire d’amour ? »

 

Quelques extraits :

 

Espérance

Charles de Gaulle veut se souvenir des paroles de Georges Bernanos : La plus haute forme de l’espérance, c’est le désespoir surmonté.

 

Rencontre improbable

Chirac, en 68, était allé retrouver Henri Krasucki (CGT) dans une petite chambre de Pigalle secrètement armé d’un revolver et accompagné à distance par deux officier de sécurité.

 

Pompidou de Chaban-Delmas

« Il m’embête avec sa nouvelle société, j’ai déjà suffisamment de mal avec l’ancienne. »

 

Giscard après son face-à-face avec Mitterrand en 1974 :

« J’ai pu mesurer son incontestable talent, et j’ai vu qu’il avait l’envergure et les moyens d’être président de la République […]. Je n’ai pas réussi à marquer de point décisif. »

 

Mitterrand – d’Ormesson

Cette dernière séquence présidentielle commence par un étrange rendez-vous. Mitterrand a convié Jean d’Ormesson pour un petit-déjeuner personnel, politique et littéraire. C’est l’écrivain qui est là, beaucoup plus que l’éditorialiste du Figaro, peu suspect de complaisance avec celui qui le reçoit deux heures avant d’accueillir son successeur.

 

Chirac vs VGE

En 1981, Chirac a joué volontairement les apprentis sorciers. Nombre d’électeurs chiraquiens ont voté Mitterrand au second tour, encouragés par une violente campagne du RPR contre le Président sortant.

 

Chirac et les Juifs

Le grand rabbin Korsia relatait une confidence de Chirac : « Quand les catholiques arrivent, ils construisent une église. Les juifs, pour leur part, arrivent et construisent une école […]. En effet, à leurs yeux, la transmission est essentielle. »

 

Simone Veil

Siège de l’ONU, 29 janvier 2007, elle témoigne : « Plus encore que les coups, les chiens qui nous harcelaient, l’épuisement, le froid et le sommeil, ce sont les humiliations destinées à nous priver de toute dignité humaine qui, aujourd’hui encore, demeurent le pire dans nos mémoires. »

 

Ce livre nous entraîne avec ces « fauves » qui, un jour, voient leur vie basculer. Peut-on redevenir un homme ou une femme ordinaire après un passage au sommet du pouvoir ?

  • J’ai eu la chance de partager une après-midi de dédicaces aux côtés de Patrice Duhamel. Nous avons échangé sur le journalisme et l’histoire contemporaine – (il s’est rendu à l’Élysée quelques centaines de fois) ; je tiens à souligner que l’homme est d’une simplicité et d’une bienveillance que je n’ai pas toujours ressenties aux côtés d’autres auteurs.

 

Christian Dechartres – écrivain public – « Le Mot de Passe » - http://cd-lmdp.over-blog.fr

Observateur de la comédie humaine.

 

« Être libre, ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres. » Nelson Mandela

Partager cet article
Repost0