Alain remercie les soignants à sa manière

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Alain Rivière se sent redevable auprès de tous les soignants qui l’ont poussé à se surpasser après son accident vasculaire.

Sans les infirmiers, sans les kinésithérapeutes, sans le personnel de service, il n’aurait jamais surmonté l’épreuve.

Au fil des pages, nous le voyons progresser grâce aux stimulations qui lui permettront de devenir champion de France.

 

Extraits :

 

De l’aphasie

À chaque visite de ma famille, amis ou soignants, j’émerge de cette « félicité » peut-être une demi-heure, puis je replonge dans ma douce béatitude. Je communique peu. Mon état aphasique m’empêche de m’exprimer convenablement ; je vis des dialogues de sourd.

 

À la récupération

Les soignants du centre de « Bel Air » avaient mis en place un traitement rééducatif visant à diminuer les effets des pathologies citées précédemment. Par leur travail, ils faisaient tout pour me mettre dans des conditions favorables à une bonne récupération.

 

À la stimulation médicale

Jack prônait une rééducation basée sur la stimulation des fonctions cognitives, une reprogrammation sensori-motrice fondée sur la suggestion. Pour ce faire, il utilise l’électrothérapie, la Stimulation Électrique Fonctionnelle, une méthode d’avant-garde à cette époque.

 

À la peur de sombrer

Dans mon « coma conscient », à l’hôpital, j’imaginais mes dernières heures venues. Sans en avoir peur, je redoutais l’issue fatale…

 

Autour d’Alain, tous les soignants se sont relayés des années durant pour le soigner, l’encourager, le motiver. Il s’adresse au lecteur à la fin de l’ouvrage :

« Je ne peux qu’espérer que mon témoignage encouragera le plus grand nombre à se lancer un défi ; et qu’un jour, un à un, les blessés de la vie, vous, lecteurs de ce petit livre, trouverez la force de chercher. Pour cela, il faut essayer… essayer… et encore essayer ! »

 

* Jamais Alain ne serait monté sur la première marche du podium sans les infirmières et tout le personnel hospitalier qui travaille souvent dans des conditions difficiles. Soyons reconnaissants envers celles et ceux qui ne comptent pas leurs efforts pour nous soigner.

 

Christian Dechartres - écrivain public - http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

Alain dessine ; il avait offert cette illustration « L’œil du silence » à l’ergothérapeute et à l’orthophoniste qui l’ont soutenu pour franchir une étape importante de son retour à la vie. Bel hommage.

Les dessins d’Alain Rivière enrichissent l’ouvrage « De l’hôpital au podium ».

 

https://www.boitealivres.com/livre/9782954655840-de-l-hopital-au-podium-renaitre-grace-au-sport-alain-riviere/ 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article