Création d’entreprise" />
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

soignants

Affaire des masques : démasquer les imposteurs

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Tout d’abord, comment le virus se transmet-il ?

La maladie se propage entre les individus par les postillons (éternuements, toux).

Un des autres vecteurs privilégiés de la transmission du virus est le contact de mains non lavées avec le visage.

Toute personne qui a éternué brusquement entre sa main et son bras peut transmettre le virus sur une surface accessible au public.

 

Imaginons que tous les Français

  • Aient eu la possibilité de porter un masque,
  • Qu’on les ait invités à ce geste salvateur,
  • et qu’on ait eu suffisamment de masques pour protéger toute la population,
  • N’aurions-nous pas sauvé des vies ?
  • N’aurait-on pas empêché la propagation du virus vers les personnels soignants ?

 

Qu’entend-on sur les plateaux de télévision et à la radio depuis des semaines ? :

« Il n’est pas utile de porter un masque ; si vous êtes malade, c’est conseillé. »

D’abord, comment savoir si on est malade ? Les symptômes du COVID-19 ne se révèlent pas de la même façon d’un individu à un autre. Et tester pour savoir si nous sommes porteurs du virus, ce n’est pas utile !!! Je m’étrangle quand j’entends de tels propos.

Ensuite, porter un masque empêche la projection des postillons

  • Sur les autres personnes,
  • Sur les surfaces au contact d’un large public.

N’y a-t-il pas là assez d’arguments sanitaires pour inviter tous les Français à porter un masque ?

 

De lourdes responsabilités

Tous ceux qui ont répété « — Ce n’est pas utile de porter un masque. » ont contribué à la progression du virus ; ils ont des morts sur la conscience. Pas besoin d’avoir fait 10 ans de médecine pour comprendre que le masque arrête les gouttes de salive.

 

Confection et détournement des masques

La fabrication et les commandes de masques resteront un épisode sombre de cette crise sanitaire. Combien d’infirmières et de médecins auraient pu être épargnés par le virus grâce à une bonne gestion des masques ?

Que des grands groupes aient détourné des stocks de masques au détriment des soignants, c’est purement scandaleux. Honte à eux.

Le grand public ne saura jamais toute la vérité sur le sujet, mais c’est une abomination.

 

* Les soignants - à tous les niveaux - s’épuisent avec des moyens comparables à la médecine de guerre. De notre canapé, nous ne prenons pas la réelle mesure de leurs conditions de travail. Gratitude.

 

Christian Dechartres – écrivain public – « Le Mot de Passe » - http://cd-lmdp.over-Blog.fr

Observateur de la comédie humaine.

 

« Sans le mensonge, la vérité périrait de désespoir et d’ennui. » Anatole France

Partager cet article
Repost0

Baguette et croissants du matin, combien de malades ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

« Chaque matin, je prends ma baguette et mes trois croissants chez mon boulanger. Comme c’est bon en cette période de confinement ! En plus, mes petits-enfants passent 15 jours à la maison, je les emmène avec moi ; ça leur fait une sortie. Ils en ont besoin. »

 

Comportement égoïste et coupable

Dans les 35 000 boulangeries de France, des clients bravent toutes les recommandations ; que dis-je ? les supplications des soignants – en allant se faire plaisir – au quotidien, égoïstement -, chez leur boulanger.

 

Combien de victimes ?

Petit calcul : imaginons une moyenne de 100 clients seulement dans chaque boulangerie : 35 000 X 100 = 3 500 000 risques supplémentaires de contracter le virus COVID-19. Sachant qu’un porteur du COVID-19 contamine en moyenne 5 personnes, on arrive à 3 500 000 X 5 = 17 500 000 de prises de risques - chaque jour - en se rendant chez son boulanger.

 

Bouder son boulanger ?

Non, pas question. Mais deux passages dans la semaine peuvent suffire ; en achetant pour 3 ou 4 jours, on diminue le risque de contamination de façon mathématique. Une fois par semaine à la boulangerie peut suffire en s’organisant bien.

 

Pensez aux soignants qui appellent à plus de civilité

Tout le personnel hospitalier lance des appels désespérés « Restez chez vous, c’est le seul moyen de freiner la propagation du virus. » Alors, cessez de vous rendre chaque matin chez votre boulanger ; vous ralentirez ainsi la progression de l’épidémie.

 

Le tsunami nous arrive ; soyons solidaires face à cette menace planétaire inédite. #RestezChezVous. Organisez vos courses pour en diminuer la fréquence. Groupez-les avec des voisins…

 

Christian Dechartres – écrivain public – « Le Mot de Passe » - http://cd-lmdp.over-blog.fr

Observateur de la comédie humaine.

 

  • Le bonheur est né de l’altruisme, le malheur de l’égoïsme.
  • La bonté est une qualité que l’égoïsme ne connaît guère.
  • Rien n’est plus opposé à la véritable amitié que l’égoïsme.
Partager cet article
Repost0

COV19 - Aimer sa grand-mère, ce n’est pas l’embrasser

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Des petits enfants sautent au cou de leur grand-mère. Quelle belle image ! En temps normal…

Aujourd’hui, c’est juste suicidaire. Comment faire comprendre que ces gestes sont tout, sauf affectueux ?

 

Quand on aime, on protège.

Or, prendre soin de sa famille, de ses proches, de ses voisins, c’est aujourd’hui s’en éloigner. Prendre ses distances, c’est le plus beau geste, là, maintenant.

 

Le virus COV19 se propage très rapidement

Faire comprendre, expliquer, faire respecter les consignes,

  • C’est contribuer à faire reculer le virus sournois, invisible mais virulent.
  • C’est éviter l’engorgement des hôpitaux.

 

Christian Dechartres – écrivain public – « Le Mot de Passe » - http://cd-lmdp.over-blog.fr

Observateur de la comédie humaine

 

« Tu trouveras, dans la joie ou la peine,

Ma triste main pour soutenir la tienne,

Mon triste cœur pour écouter le tien. »

Alfred de Musset.

Partager cet article
Repost0