Création d’entreprise" />
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

sante

Le nucléaire en France, une menace bien réelle

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Une décision qui effraie

Pour EDF, la prolongation de la durée de vie du parc des centrales à 60 ans constituerait la solution la plus économique !

Si l’on prend en compte tous les coûts depuis le drame de Fukushima, la note pourrait atteindre 150 milliards d’euros.

 

Des centrales au bout du rouleau

Le vieillissement des centrales reste une menace préoccupante. En 2017, l’Autorité de sûreté Nucléaire a ordonné l’arrêt d’un tiers du parc.

 

Le prix du nucléaire s’envole

À l’heure où les prix de l’éolien et du photovoltaïque ne cessent de plonger, le prix du nouveau nucléaire devient faramineux : 110 € le mégawattheure. Le nouveau nucléaire devient trop complexe et trop onéreux.

 

Un démantèlement pas prévu

Combien coûte le démantèlement des centrales ? Le coût pour un seul réacteur donne le tournis. Il faut prendre conscience que notre pays n’a jamais réussi à démanteler un réacteur dans son intégralité. Quand la France s’est lancée à corps perdu dans la construction des centrales nucléaires, personne n’en a imaginé le démontage. Situation tragicomique. https://www.youtube.com/watch?v=KvrUcn8hzEQ

 

La centrale de Brennilis stoppée en 1985 ne sera pas démantelée avant 2035, peut-être…

 

Les déchets

On s’en est débarrassé en jetant les fûts à la mer. Les océans recyclent tout, c’est bien connu ; on peut tout y jeter. Sans conséquences pour l’homme, ni pour la nature, ça va de soi !

 

Le coût des énergies renouvelables

Il ne cesse de chuter alors que les projets nucléaires sont de plus en plus coûteux.

La pollution nucléaire est sournoise, elle est invisible. Pas de fumée noire, pas de manifestation apparente ; c’est bien pourquoi nombre de concitoyens se laissent embobiner par les lobbies.

 

L’amateurisme

Nous sommes encore des apprentis sorciers en matière de nucléaire. Combien de victimes directes depuis 50 ans ? Combien de malades à cause de l’uranium ? 

http://cd-lmdp.over-blog.fr/2017/06/la-contamination-radioactive-continue-en-france.html?utm_source=_ob_share&utm_medium=_ob_twitter&utm_campaign=_ob_sharebar

Combien de maladies professionnelles dans les mines d’extraction sur le sol français dont la dernière a fermé en 2001 : 300 millions de tonnes de déchets répartis dans la nature, sous les routes, sous les parcs de stationnement, à proximité parfois des habitations. Le secret est bien gardé.

 

Changer les habitudes

Quand je vois tout cet éclairage la nuit dans les magasins, dans les rues, dans des locaux inoccupés, je me dis « Est-ce pour consommer la production de nos chères centrales ».

L’énergie la moins coûteuse et la moins polluante, c’est celle que l’on ne consomme pas. Rappelons ce précepte dans les écoles, au sein des entreprises.

 

Cessons le gaspillage, évitons le pire.

 

Christian Dechartres – écrivain public – http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

« L’immobilité politique est impossible ; force est d’avancer avec l’intelligence humaine. »Chateaubriand

 

Nucléaire danger pollution radioactivité

Partager cet article
Repost0

La lecture : intéressante pour lutter contre Alzheimer

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

 

 

Au cours des jours qui suivent la lecture d’un roman, le cerveau subit des changements au niveau des connexions neuronales et voit augmenter l’activité de certaines de ses aires.

 

Une amélioration après la lecture

Dans les moments qui suivent les séances de lecture, le nombre de connexions neuronales dans la région du cortex temporal gauche augmente. (Aire associée à la réceptivité de la langue). Les chercheurs constatent également une connectivité accrue au niveau de la région du cerveau associée à des représentations sensorielles venant du corps. Ce qu’il faut retenir également, c’est que ces augmentations ne sont pas que ponctuelles.

 

Un effet préventif

Lire est bon pour notre cerveau, il faut le répéter. Pour les gens qui auraient des prédispositions à la maladie – et pas seulement eux d’ailleurs -, la lecture régulière développe ces connectivités qui nous prémunissent contre le développement de la maladie d’Alzheimer.

 

Un effet curatif

La lecture à haute voix pour les personnes déjà atteinte de la maladie déclenche des processus qui nous échappent. Mais elle modifie certains comportements du malade ; il est plus réactif après l’exercice. Preuve que l’action de lire améliore les connexions neuronales.

 

Christian Dechartres – écrivain public – http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

  • Unissons toutes nos forces pour combattre la maladie
  • Encourageons tous nos proches à s’adonner à la lecture.
Partager cet article
Repost0

Le glyphosate, ça tue ? Oui mais je suis obligé…

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Jamais je n’ai entendu paroles plus consternantes.

Des agriculteurs interrogés sur la nocivité du glyphosate se sont fendus de réponses stupéfiantes :

- Vous utilisez le glyphosate ?

- Oui.

- C’est dangereux pour les populations, pour les consommateurs.

- Peut-être.

- Vous savez qu’en continuant à répandre ce produit dans les champs vous empoisonnez des gens, vous les faites mourir ?

- Oui, mais si j’arrête c’est moi qui vais crever.

- Donc, vous allez continuer ?

- Oui, je ne peux pas faire autrement.

Sa survie vaut plus que celle de ses concitoyens ; c’est atroce.

J’ai entendu ces réponses à plusieurs reprises en France. J’ai enregistré des réactions similaires en Amérique du Sud : « Si on arrête, on va crever, ce n’est pas de notre faute. »

« Mais vous allez faire crever les autres ! »

« Peut-être, mais dans le système actuel, on ne peut pas faire autrement. »

Des agriculteurs savent qu’ils nous empoisonnent, mais ils persistent en arguant qu’ils n’ont pas de solutions alternatives. Ça vous glace le sang.

 

Prisonniers d’une organisation

Ils vivent dans un système financier qui les emprisonne ; sans un rendement maximum, ils ne peuvent pas faire face aux échéances de leurs créanciers. Des lobbies réalisent un travail titanesque pour placer les produits des multinationales, tant et si bien que les agriculteurs ne voient plus de solutions pour sortir de ce cercle infernal.

 

Des solutions « charitables » ?

La rotation des cultures, le paillage, les faux semis, des moyens mécaniques ont fait leurs preuves. Il faut changer le modèle de production. Il faut aider les agriculteurs à modifier leurs méthodes destructrices. Il faut empêcher les lobbies de les enfermer dans cette « culture » dévastatrice. Pour cela, il faut du courage politique. Nous devons faire obstacle aux méthodes mafieuses pratiquées par ces mastodontes soucieux de tirer des profits, et rien d’autre. https://www.sciencesetavenir.fr/sante/glyphosate-ce-qu-il-faut-retenir-des-revelations-liees-aux-monsanto-papers_117118

 

Cultiver la terre sans l'éroder, en l'aimant et en la respectant comme un être vivant, c’est possible.

Le gigantisme tue notre société, détruit la nature et l’homme. Soyons solidaires, les solutions existent.  https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/l-affaire-du-glyphosate-comme-revelateur-de-la-sante-democratique-europeenne-757706.html  Soutenons ensemble les solutions alternatives bonnes pour l’homme et la planète.

 

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr - http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

« J’aime les paysans, ils ne sont pas assez savants pour raisonner de travers. » Montesquieu, mes pensées.

 

La culture moderne va à l'encontre des processus naturels.

Partager cet article
Repost0

Contribuez au développement des fermes bio en France, devenez-en actionnaire

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Vous pouvez participer au capital de la Foncière Terre de Liens

Pourquoi ?

Grâce à votre don, des terres et des fermes sont données en location à des paysans s’engageant à pratiquer une agriculture respectueuse de l’environnement.

 

Comment ?

Vous pouvez devenir actionnaire à partir d’une centaine d’euros. Vous pouvez aussi agir bénévolement sur le terrain. Vous pouvez confier une terre à « Terre de liens » ; elle protège votre terre et s’engage à respecter votre volonté.

 

Les donneurs ont un point commun :

La conscience aiguë de la valeur de la terre agricole, de son rôle nourricier et de la nécessité d’en prendre soin.

A l’heure des dérives économiques et financières catastrophiques pour l’environnement et la santé, participez – avec « Terre de liens » - à l’installation de paysans soucieux de pratiquer l’agriculture dans le respect de la nature et de la santé des consommateurs.

Grâce à ce lien, découvrez comment participer à l’opération :

https://www.terredeliens.org/?gclid=CjwKEAiAq8bEBRDuuOuyspf5oyMSJAAcsEyWNnqnjxJ2t94kGQ_agVWQmmGknXeIEwj8G7G58Ha9-hoC53fw_wcB

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr - http://cd-lmdp.over-blog.fr/

Pour progresser ensemble

 

Partager cet article
Repost0

CETA : un gros mot ? Que cache-t-il ? Pourquoi les Wallons s'y opposent ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

L’accord économique et commercial global (AECG) ou Comprehensive Economic and Trade Agreement (CETA), fait couler beaucoup d’encre. Il suscite de nombreuses controverses. Les Wallons s’opposent à sa mise en place ; ils attendent plus de garanties :
  1. Une multinationale pourrait porter plainte contre un état si jamais elle estimait que l’état mène une politique contraire à ses intérêts, c’est un premier point de désaccord.

  2. Une agriculture mal protégée par le traité dans sa forme actuelle, c’est la seconde pierre d’achoppement.

  3. Si jamais le CETA était approuvé, les firmes américaines pourraient se lancer à l’assaut des réglementations qui leur sont défavorables, et ce par le biais de leurs filiales canadiennes, c’est le troisième point de divergence avancé par les Wallons.

La Commission européenne est censée négocier le TTIP (ou Tafta), le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement, avec les États-Unis. Après le blocage sur le CETA, le TTIP a-t-il un avenir ?

 

Pourquoi le CETA fait-il peur ?

 

a) Sur le plan monétaire

Il doit encourager la concurrence et libéraliser les échanges financiers. Est-ce bien le moment dans un monde dominé par les empires financiers et touché par le scandale des Panama Papers ?

 

b) Sur notre environnement :

Avec le CETA,  les gouvernements auraient la faculté d’introduire des critères environnementaux et sociaux dans l’attribution des marchés publics, c’est très bien. Mais le texte les incite à choisir l’offre la plus « avantageuse ». La messe est dite.

 

c) Sur l’Audiovisuel :

L’exception culturelle serait de rigueur dans ce traité. Mais, contrairement au Canada, l’Union Européenne n’a pas protégé son secteur culturel (livres, presse, etc.). On peut imaginer les conséquences du CETA.

 

d) Sur la santé :

Les tribunaux pourraient remettre en question les décisions publiques en faveur de la santé et de l’environnement. Cela n’augure rien de bon.

 

e) Sur les hormones et les productions animales

Pour exporter du bœuf et du porc, les producteurs canadiens doivent développer des chaînes de production séparées sans hormone. Peut-on être assez naïfs pour croire en la transparence d’un tel dispositif ?

 

En conclusion

On peut comprendre pourquoi les Wallons sont inquiets de la mise en application du CETA en l’état actuel du texte. Pourquoi d’autres pays n’ont-ils pas mis leur veto ? C’est que les lobbies ont dû réaliser un travail de grande ampleur.

Maintenant, si vous souhaitez lire l’intégralité du texte proposé à l’UE, voici le lien :

http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=COM:2016:444:FIN

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.frhttp://cd-lmdp.over-blog.fr/

« Le jour où on laissera le loup garder les troupeaux, il ne restera plus un seul mouton sur la terre. » FOG

Partager cet article
Repost0