Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

energie

« J’étais médecin à Diên-Biên-Phù » du médecin commandant Grauwin

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

 

Les bonnes lectures du confinement

 

Le 7 mai 1954, après cinquante-six jours de combats acharnés contre les forces du Viêt-minh, la garnison française du camp retranché de Diên-Biên-Phù cessait le feu.

Placé au centre de cette hécatombe, le médecin commandant Paul Grauwin, chirurgien du camp, a écrit de ce drame - qui constitue la dernière page de l’histoire de l’Indochine française - l’un des récits les plus hallucinants et les plus bouleversants que la guerre ait jamais inspirés.

Durant cinquante-six jours et cinquante-six nuits, s’enfonçant à la fin dans la boue jusqu’aux mollets, assisté par quelques infirmiers puis, à partir du 13 mars, par une convoyeuse de l’air au nom aujourd’hui

légendaire, Geneviève de Galard[1], mille cinq cents fois Paul Grauwin s’est penché sur un champ opératoire. Comme un chemin de croix, le processus chirurgical se déroulait. Les blessés, les opérés, bloqués de plus en plus nombreux dans un espace réduit, transformaient l’antenne chirurgicale en un étrange hôpital qui aurait mieux été à sa place sur une rive du Styx. Les cris, la boue, le sang, la pourriture, la puanteur, la chaleur terrible… et la défaite.

 

Quelques extraits :

 

Geneviève fournit un travail exceptionnel auprès du commandant chirurgien

Le soir, elle était allée chercher elle-même un brancard souillé et humide, l’avait ouvert et allongé à terre entre deux lits occupés par deux lieutenants blessés, Rollin et Deflinne et elle s’était endormie sereinement.

 

Opérer inlassablement sans moyens

Demain, encore une fois, je n’aurai plus de sérum. J’ai dû en donner à Hantz, à Vidal, à Patrice, à Rondy. Mes abdomens boiront alors que c’est interdit, il faut bien les réhydrater ; et ils vomiront, et ils gémiront. Phu m’appela : par l’incision réouverte d’une laparotomie, un ventre viendra encore d’expulser son contenu !

 

Sauver les estropiés avec l’énergie du désespoir

Sur la table d’opération, ligoté, gît le dernier opéré. Le sérum coule goutte à goutte. Il dort profondément, violemment éclairé par le scialytique, son artère fémorale a été touchée. Je sens le pied, il n’est pas froid. Il conservera sa jambe.

 

Comment supporter la mort avec une telle fréquence ?

Dans la couchette supérieure, geint le brûlé au phosphore. Il va mourir : l’intoxication a été trop forte ; les brûlures trop profondes. Par place, elles ressemblent à des morceaux d’anthracite incrustés dans la peau.

 

Donner de l’espoir…

Les blessés n’ont pas bougé. On dirait qu’ils nous attendent. Ils nous regardent ; la joie est dans leurs yeux.

 

Le médecin Grauwin[2] a écrit un récit remarquable sur l’enfer vécu juste avant la capitulation des Français.

En lisant cet ouvrage, on a une pensée pour le personnel soignant qui livre aujourd’hui un combat remarquable contre le COVID-19. Les conditions ne sont pas comparables à celles vécues par le commandant Grauwin, mais le manque de masques, de blouses, de matériel en temps de paix nous interpelle.

 

Christian Dechartres – écrivain public – « Le Mot de Passe » - http://cd-lmdp.over-blog.fr

Observateur de la comédie humaine.

 

« Il y a quelque chose de plus fort que l’intérêt, c’est le dévouement. »

François Gaston de Lévis ; Les maximes et pensées (1812)

 

[1] À sa demande, elle est affectée en Indochine à partir de mai 1953, au cœur de la guerre qui oppose les forces françaises à celles du Việt Minh.

Les troupes françaises de Ðiện Biên Phủ cessent le combat le 7 mai 1954 sur ordre du commandement militaire de Hanoï. Le Việt Minh autorise cependant Galard et le personnel médical à continuer les soins sur les blessés. Geneviève refusera toujours toute coopération, quand certains Việt Minh commencent à utiliser les médicaments pour leur propre usage, elle en cache dans sa civière.

 

[2] Prisonnier des Việt Minh à Diên-Biên-Phu, après les cinquante-sept jours d'enfer pendant lesquels son antenne médicale opéra nuit et jour, plus de quatre mille blessés, il sera encore un soutien inlassable pour ses camarades d'infortune en veillant à leur évacuation sur Hanoï.

 

Partager cet article
Repost0

Le nucléaire en France, une menace bien réelle

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Une décision qui effraie

Pour EDF, la prolongation de la durée de vie du parc des centrales à 60 ans constituerait la solution la plus économique !

Si l’on prend en compte tous les coûts depuis le drame de Fukushima, la note pourrait atteindre 150 milliards d’euros.

 

Des centrales au bout du rouleau

Le vieillissement des centrales reste une menace préoccupante. En 2017, l’Autorité de sûreté Nucléaire a ordonné l’arrêt d’un tiers du parc.

 

Le prix du nucléaire s’envole

À l’heure où les prix de l’éolien et du photovoltaïque ne cessent de plonger, le prix du nouveau nucléaire devient faramineux : 110 € le mégawattheure. Le nouveau nucléaire devient trop complexe et trop onéreux.

 

Un démantèlement pas prévu

Combien coûte le démantèlement des centrales ? Le coût pour un seul réacteur donne le tournis. Il faut prendre conscience que notre pays n’a jamais réussi à démanteler un réacteur dans son intégralité. Quand la France s’est lancée à corps perdu dans la construction des centrales nucléaires, personne n’en a imaginé le démontage. Situation tragicomique. https://www.youtube.com/watch?v=KvrUcn8hzEQ

 

La centrale de Brennilis stoppée en 1985 ne sera pas démantelée avant 2035, peut-être…

 

Les déchets

On s’en est débarrassé en jetant les fûts à la mer. Les océans recyclent tout, c’est bien connu ; on peut tout y jeter. Sans conséquences pour l’homme, ni pour la nature, ça va de soi !

 

Le coût des énergies renouvelables

Il ne cesse de chuter alors que les projets nucléaires sont de plus en plus coûteux.

La pollution nucléaire est sournoise, elle est invisible. Pas de fumée noire, pas de manifestation apparente ; c’est bien pourquoi nombre de concitoyens se laissent embobiner par les lobbies.

 

L’amateurisme

Nous sommes encore des apprentis sorciers en matière de nucléaire. Combien de victimes directes depuis 50 ans ? Combien de malades à cause de l’uranium ? 

http://cd-lmdp.over-blog.fr/2017/06/la-contamination-radioactive-continue-en-france.html?utm_source=_ob_share&utm_medium=_ob_twitter&utm_campaign=_ob_sharebar

Combien de maladies professionnelles dans les mines d’extraction sur le sol français dont la dernière a fermé en 2001 : 300 millions de tonnes de déchets répartis dans la nature, sous les routes, sous les parcs de stationnement, à proximité parfois des habitations. Le secret est bien gardé.

 

Changer les habitudes

Quand je vois tout cet éclairage la nuit dans les magasins, dans les rues, dans des locaux inoccupés, je me dis « Est-ce pour consommer la production de nos chères centrales ».

L’énergie la moins coûteuse et la moins polluante, c’est celle que l’on ne consomme pas. Rappelons ce précepte dans les écoles, au sein des entreprises.

 

Cessons le gaspillage, évitons le pire.

 

Christian Dechartres – écrivain public – http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

« L’immobilité politique est impossible ; force est d’avancer avec l’intelligence humaine. »Chateaubriand

 

Nucléaire danger pollution radioactivité

Partager cet article
Repost0

Un extra-terrestre serait surpris !

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

"Un extra-terrestre atterrissant sur notre planète et la voyant inondée de soleil serait stupéfait d'apprendre que nous avons des problèmes d'énergie, que nous avons pu choisir de nous empoisonner en brûlant des combustibles fossiles ou en créant le plutonium." (extrait du livre "Solaire" de Ian McEwan)

Un comportement irresponsable

Au-dela du ton narquois de Ian McEwan dans "Solaire", il faut admettre qu'un martien ne comprendrait pas notre façon de détruire la planète et d'épuiser toutes les ressources sans nous préoccuper de la vie de nos descendants. 

La croissance épuise les ressources

Il faut de la croissance, il faut toujours consommer plus pour que le monde aille mieux. C'est hélas le discours tenu par des égoïstes qui n'envisagent pas un instant que l'énergie la moins polluante, c'est celle que nous ne consommons pas.

Christian Dechartres - écrivain public - www.cd-lmdp.fr - http://cd-lmdp.over-blog.fr

L'égoïsme, la recherche perpétuelle du profit ruinent notre société et l'avenir de nos enfants.

Partager cet article
Repost0

Remplacer le pétrole au plus vite

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Agissons pour les générations futures.

Pourquoi ? 

  1. Le pétrole va se tarir. Dans combien de décennies ? Les avis des experts divergent, mais les réserves déclineront. Et la population mondiale – de plus en plus exigeante – augmente trop vite.
  2. Les régions productrices de pétrole sont – pour beaucoup – politiquement instables. Nous ne pouvons plus dépendre d’elles. C’est trop risqué.
  3. En utilisant les énergies fossiles, nous rejetons du dioxyde de carbone et d’autres gaz nocifs dans l’atmosphère. On réchauffe la planète. Les effets s’amplifient ces dernières années. Des populations sont directement menacées, des espèces animales disparaissent. L’équilibre de la vie sur notre planète est clairement mis en danger.

 

Que fait-on ?

  1. Soit on continue comme des sourds et des aveugles, nos petits-enfants affronteront alors des catastrophes humaines et économiques à grande échelle.
  2. Soit chacun participe à la réduction des émissions polluantes, les générations futures auront des chances de vivre encore sur cette planète. Avec l’espoir d’un monde encore attractif. 

 

Imaginez un « martien » arrivant sur notre terre inondée de soleil et qui apprendrait que nous avons des problèmes d’énergie !

Comprendrait-il que nous brûlions des combustibles fossiles ou que nous créions du plutonium que nous dispersons dans des poubelles géantes sources de dangers mortels pour des centaines de générations ?

 

Ne cherchez plus la solution chez les « autres ».

Elle est entre nos mains. Prenons conscience que chacun de nous doit agir à son échelle.

C’est par une action individuelle, quotidienne, par une prise de conscience que le monde changera pour que nos petits-enfants vivent dignement sans maudire leurs grands-parents.

 

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr – http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

 

Le bonheur est né de l'altruisme, le malheur de l'égoïsme.

 

Partager cet article
Repost0

La région Centre, nouvelle poubelle nucléaire ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Le dépotoir de La Hague arrive à saturation, il déborde. Comment entreposer ces déchets nucléaires si dangereux ? Durée de vie : 100 ans, 500 ans, 1 000 ans, plusieurs milliers d’années selon la nature de ces déchets.
Nous ne maîtrisons pas la chaîne nucléaire dans son ensemble. Sinon, nous n’aurions pas autant de morts.

 

Des victimes oubliées

Combien de gens meurent encore des suites de Tchernobyl, de Fukushima ?

Combien de victimes des sites d’extraction d’uranium en France ? Curieusement, peu de nos compatriotes ont pris conscience des conséquences dramatiques de l’extraction d’uranium dans nos belles régions françaises. L’omerta est de rigueur. Relisez cet article : http://cd-lmdp.over-blog.fr/2017/06/la-contamination-radioactive-continue-en-france.html

 

L’industrie nucléaire n’a pas de solutions pour la gestion de ses déchets. Alors, stop.

Le plus triste dans cette affaire de déchets, c’est qu’on veut les « refiler » à des centaines de générations futures : http://cd-lmdp.over-blog.fr/2016/08/village-paisible-on-prepare-le-site.html

De belles régions de France ont déjà été polluées par des déchets nucléaires provenant de l’extraction d’uranium sur notre territoire. Des maisons ont été érigées sur des terrains bourrés de déchets ; les propriétaires ignoraient l’historique de leurs terrains. Impensable.

(Voir la carte) http://cd-lmdp.over-blog.fr/2017/03/dechets-des-mines-d-uranium-en-france.html

 

Cessons de compromettre l’avenir de nos enfants

Ha ! Le nucléaire ! L’énergie propre ! Combien a-t-elle fait des victimes en France et dans Le Monde ?

Les centrales vieillissantes présentent des risques bien dissimulés ; les dysfonctionnements se succèdent dans la plus grande « discrétion ». La moindre défaillance technique, la moindre erreur et c’est la catastrophe humaine. https://www.franceinter.fr/emissions/l-interview/l-interview-02-decembre-2017

 

Non, la région Centre ne veut pas devenir la poubelle nucléaire de la France. Il faut arrêter avec cette énergie que l’on ne maîtrise pas de bout en bout.

 

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.frhttp://cd-lmdp.over-blog.fr

 

« La science peut mener à la découverte de l’énergie atomique, mais elle ne peut pas nous préserver d’une catastrophe nucléaire. » Vaclav Havel.

 

Partager cet article
Repost0