Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

3 articles avec vocabulaire

« Distance » ou « distanciation » ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

« Garder ses distances », « prendre ses distances », tous les Français comprennent ces expressions.

En revanche, qui connaît le véritable sens de « Distanciation[1] » ? Moins de 5 % de la population.

 

Parlons juste

Vous dites aux Français « garder une distance de 2 mètres », ils comprennent. Si vous voulez mettre le doute, vous utilisez un mot que personne ne connaît.

Ce terme « distanciation » - jeté partout dans les échanges sur les mesures à prendre – n’a qu’un sens figuré qui nous vient du théâtre. Rien de concret.

 

Notre langue est si riche

Nous disposons de mots simples qui évoquent spontanément une situation, une réalité ; mais ce serait trop limpide de les utiliser ! Il faut épater la galerie, il faut se distinguer ! Et on s’embourbe dans des expressions que chacun comprend à sa façon ; on envoie des signaux confus.

  • Donnez des recommandations ambiguës, vous obtiendrez des résultats du même acabit.

 

Expérience édifiante

Quand des clients me remettent des textes à corriger, j’en incite certains à participer pour les faire progresser. Je leur dis « Simplifiez vos phrases, supprimer les mots inutiles à la compréhension, utilisez les mots simples qui évoquent spontanément une image ou une action. »

Juste avec cette recommandation, certains parviennent à rendre leurs textes plus compréhensibles en peu de temps.

 

  • Si seulement nos politiques et tous ceux qui relaient leurs propos pouvaient simplement utiliser les mots du dictionnaire pour communiquer, nous gagnerions en compréhension. Comment peut-on échanger, faire circuler de l’information si nous n’employons pas des mots de notoriété publique ?

 

Christian Dechartres – écrivain public – « Le Mot de Passe » - http://cd-lmdp.over-blog.fr

Écrivons ensemble votre histoire de vie.

 

« Ne faites jamais un bon mot qui puisse vous faire perdre un ami, à moins que le mot ne soit meilleur que l’ami. »

 

[1] Technique théâtrale, prônée par le dramaturge allemand Bertolt Brecht, où l’acteur s’efforce de jouer comme à distance de son personnage, afin que le spectateur donne priorité au message social ou politique que l’auteur a voulu délivrer.

 

Partager cet article

Repost0

Emmener ou apporter ? On fait le point

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Les fautes de français ne sont pas l’apanage des cancres. Les propos tenus sur les plateaux de radio ou de télé peuvent parfois heurter les oreilles sensibles aux dérives sémantiques.

 

Les mots Emmener et Apporter/Emporter font l’objet d’utilisations particulièrement fautives.

 

Comment doit-on employer ces deux mots aux sens différents ? Faisons le point :

 

Emmener :

C’est mener quelqu’un avec soi.

On emmène des personnes ou des animaux.

J’emmène mes parents à leur maison de campagne ; nous en profitons pour emmener le jeune labrador avec nous.

 

Apporter/Emporter :

C’est prendre et déplacer avec soi des objets, des choses.

J’apporte les tables à mes parents (je les déplace et je les remets au destinataire). J’en profite pour emporter des bagages avec moi (je les déplace avec moi).

 

En résumé :

J’emmène mon frère à la visite médicale ; nous prenons soin d’apporter son dossier radiologique au médecin.

Nous emmenons chaque matin les enfants à l’école, ils emportent leurs livres dans leur sac.

 

* Le bon usage des mots rend la discussion agréable, les idées s’expriment clairement avec les bons vocables.

 

La lecture et l’écriture contribuent largement à l’enrichissement du vocabulaire. Donnons envie aux jeunes de découvrir les richesses de notre langue.

 

  • Quand vous emmenez votre belle-mère en vacances, n’oubliez pas d’emporter un bon livre avec vous.

 

Christian Dechartres – écrivain public – http://cd-lmdp.over-blog.fr – www.cd-lmdp.fr

 

 

Pour contribuer à l’enrichissement des échanges.

Partager cet article

Repost0

Pourquoi des politiques réduisent leur vocabulaire

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Orwell discours politiques xénophobie nationalisme
Langage politique

L’homme utilise divers moyens pour communiquer. Il procède par gestes, il joue de la musique, il émet des signaux variés pour interpeller ses semblables. Mais le principal moyen est le langage.

 

Garder le contact

Le langage sert à l’expression de la pensée, il permet d’envoyer des messages. La fonction phatique, c’est celle qui permet de communiquer avec la personne en face de nous ou avec celle qui lit notre texte. Bien utilisée, cette fonction permet de garder le contact avec notre interlocuteur ou notre lecteur.

 

Interprétations du lecteur ou de l’auditeur

Un narrateur, à l’aise avec la langue française, exprime sa pensée facilement ; son vocabulaire lui permet d’enrichir le sens de ses propos. En maîtrisant la syntaxe, il formule des phrases cohérentes. On le comprend à condition de pouvoir saisir toutes les nuances des propos.

Un piètre lecteur ne verra pas le sens que l’auteur a voulu donner. Les subtilités lui échapperont.

 

Réduire le vocabulaire pour convaincre

Des politiques réduisent le champ lexical de leurs propos pour donner une sensation de proximité à ceux qui souffrent d’un réel déficit en expression écrite et orale. C’est aussi une manière de dénaturer la vérité ; tout est blanc ou noir ; plus aucune finesse dans les affirmations.

 

Prenons le président Trump : Il tient souvent des propos incohérents. Son champ lexical est extrêmement limité. Mais son comportement de saltimbanque lui permet de toucher une frange très large de la population. Pourquoi ? Il emploie des mots racoleurs, il joue sur l’ignorance de nombre d’Américains. Il surfe sur la vague xénophobe ambiante.

Ce comportement est désastreux pour l’avenir de l’humanité. En France, des politiques nationalistes jouent sur le même registre.

Contribuons à ouvrir les yeux de ceux qui avalent et relaient de fausses informations. Il y va de notre avenir.

Christian Dechartres – écrivain public – http://cd-lmdp.over-blog.fr

Après guerre, George Orwell disait : « Le chaos politique actuel n’est pas sans rapport avec le pourrissement de la langue. »

 

Partager cet article

Repost0