« Les os des filles » de Line Papin

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Line Papin a vécu à Hanoï – où elle est née – jusqu’à l’âge de dix ans.

Les os des filles est son troisième roman.

Elle est revenue à plusieurs reprises dans sa ville natale retrouver ses racines.

 

Voici l’incipit de son ouvrage :

Paix

« On enterre les gens dans une tombe à leur taille pendant trois ans, au Vietnam. Puis, ce délai passé, la chair évaporée, on transvase dans un coffret plus chétif ce qu’il reste du corps : les os. Les cimetières sont donc faits de petits coffrets d’os. Ce sont eux qui demeurent, singuliers. Le premier cercueil est temporaire, public, il ne sert qu’à désosser et reçoit, tous les trois ans, différents morts. C’est un lieu de repos passager. Ensuite, dans l’unique boîte, il n’y aura plus que les os propres, comme si la chair importait peu, modifiable telle qu’elle est le long d’une vie, tantôt fraîche, tendre, lisse, tantôt ridée, malade, tavelée, tantôt douce, serrée, tantôt rêche, distendue, tantôt cisaillée tantôt… À la fin, il n’y a plus que les os qui s’entrechoquent. »

 

À vous de découvrir la suite…

 

 

J’ai eu le plaisir d’accompagner Line une après-midi de dédicace à La Forêt des Livres ; moment riche en échanges. Je lui souhaite le meilleur pour la suite.

 

Christian Dechartres – écrivain public – http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article