Création d’entreprise" />
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

touraine

Le château de Chenonceau, les dames, les écrivains

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Le château de Chenonceaux (Il perd son x à la révolution alors que le village le conserve) fut bâti sous François Ier. Le « Château des Dames » sera offert par Henri II à sa célèbre favorite Diane de Poitiers. Henri II meurt lors d'un tournoi en 1559. Catherine de Médicis, devenue Régente, contraint Diane de Poitiers - sa rivale - à restituer Chenonceaux à la Couronne.

 

Jean-Jacques Rousseau évoque son séjour dans ses Confessions :

« En 1747, nous allâmes passer l’automne en Touraine, au château de Chenonceaux ; maison royale sur le Cher, bâtie par Henri second pour Diane de Poitiers… et maintenant possédé par Monsieur Dupin, fermier général. On s’amusa beaucoup dans ce lieu. On y faisait très bonne chère ; j’y devins gras comme un moine… »

 

Gustave Flaubert écrit dans Par les champs et par les grèves :

« Je ne sais quoi d’une suavité singulière et d’une aristocratique sérénité transpire au château de Chenonceaux.  Placé au fond d'une grande allée d'arbresà quelque distance du village, qui se tient respectueusement à l’écartbâti sur l’eauentouré de boisau milieu d’un vaste parc à belles pelouses, il lève en l’air ses tourelles, ses cheminées carrées. Le Cher passe en murmurant au bas, sous ses arches

dont les arêtes pointues brisent le courant. Son élégance est robuste et douce et son calme mélancolique sans ennui ni amertume… »

 

Le château pendant les guerres

Il servit d'hôpital pendant la Première Guerre mondiale.

Durant la Seconde Guerre mondiale, il occupe une position toute particulière ; sur la rive nord, c’est zone occupée ; au sud, la zone libre.

Il fera l’objet de toutes les convoitises pour des passages clandestins.

Le site est enchanteur ; sa position au-dessus de l’affluent de la Loire lui donne un cachet unique. J’ai pris ces clichés par ce dimanche après-midi de septembre sous le soleil généreux de Touraine.

 

Christian Dechartres – écrivain public – http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

 

Que la Touraine est riche en châteaux et en écrivains…

 

Partager cet article
Repost0

« Les écrivains chez Gonzague Saint Bris » après « La Forêt des livres »

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

 

Dimanche 26 août 2018, venez nombreux à Chanceaux-près-Loches.

Gonzague avait fait du lieu, chaque dernier dimanche d’août, le Woodstockde la littérature. Après son dramatique accident, Gonzague nous manque.

 

L’esprit du disparu plane toujours sur le chalet de Chanceaux qui a vu moult écrivains récompensés. 

Dans la Touraine de Balzac, Rabelais, Ronsard, Vigny, de jeunes auteurs se souviennent de leur passage sous les arbres centenaires de Chanceaux.

 

La remise des « lauriers verts » constituait l’avant-première de la rentrée littéraire en Touraine. Gonzague annonçait les gagnants avec sa gouaille exceptionnelle.

 

Cette année, place à la nouvelle formule « Les écrivains chez Gonzague ». 

Tous les bénévoles ont à cœur de pérenniser l’œuvre de Gonzague Saint Bris. Développer la lecture et lutter contre l’illettrisme demeurent les valeurs fortes du dernier dimanche d’août à Chanceaux-près-Loches.

 

  • Venez dialoguer nombreux avec les auteurs dans un cadre magnifique. Vous repartirez avec le souvenir de cet échange et avec la dédicace personnalisée.
  • Vous pourrez assister à la table ronde – animée par Christian Panvert - avec les auteurs.
  • Des spectacles sont donnés dans l’après-midi. La journée se terminera en chansons avec Cali.

 

Une journée inoubliable (de 9H00 à 19H00) en prévision. 

Pour échanger avec les auteurs et le public depuis plus de 10 ans, je vous assure que « Les écrivains chez Gonzague Saint Bris »marquera votre fin d’été 2018.

 

Christian Dechartres – écrivain public – http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

 

« Il faut que les pages s’agitent dans un livre comme les feuilles dans une forêt ».Gustave Flaubert

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

VENTE AUX ENCHÈRES PUBLIQUES du mercredi 27 juin 2018 a 14h00 : prix très intéressant

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

 

 

 

Étude de Maître Tarte

 

Une maison d'habitation d'environ 248 m2 avec beau potentiel à Jaulnay 37120 (proche Richelieu)

comprenant :

• 0.    Au rez-de-chaussée : entrée, cuisine,

salon, salle à manger, WC, une pièce,

• 1. Au premier étage : deux chambres,

salle de bains,

WC,

• 2. Au second étage : une chambre

et un grenier

aménagé, débarras

• Cave et garage

• Jardin, verger (terrain constructible), abris de jardin

• Surface de terrain : 2836 m2

Beau souterrain dans le tuffeau.

 

Maître Tarte

Notaire à Châtellerault

Contact : Melle Colmagro Laura : 06 21 77 78 76

 

Visites sans RDV le 20 juin 2018 à 18 h 30.

 

Mise à prix : 50 000 €

Consignation : 2 000 €

 

Partager cet article
Repost0

Maillé, le petit Oradour oublié, pourquoi ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

 

Ce petit village, à 40 km au sud de Tours, a vécu l’enfer en ce 25 août 1944. Pourquoi ce massacre gravé dans la mémoire des rescapés est-il si méconnu ?

 

Le village fut reconstruit au même endroit

 

Contrairement à Oradour-sur-Glane, les villageois ont vécu dans le village détruit. Ils se sont mis à la tâche pour construire sur les ruines laissées par les assassins allemands. En conséquence, les gens de passage à Maillé ne voyaient pas les traces du massacre horrible perpétré par des soldats allemands qui n’ont pas hésité à tirer sur les bébés, les femmes et les hommes avec un sang-froid inimaginable.

 

Les villageois n’ont pas cherché à fuir

 

Les habitants n’ont même pas cherché à se cacher quand les soldats des Waffen SS sont entrés dans le village. Dans leur esprit : « les soldats ne tirent pas sur les civils. »

Ce 25 août 1944, alors que Paris se libérait, après quelques heures abominables, 124 victimes avaient succombé à la barbarie allemande. Les assassins avaient aussi bien exécuté des nourrissons de 3 mois que des vieillards de 89 ans. Et un grand nombre d’animaux.

 

50 ans après, la maison du souvenir

 

La maison du souvenir - créée après le 50e anniversaire du massacre – retrace les événements et fait comprendre aux visiteurs comment et pourquoi « l’homme » peut arriver à de telles extrémités.

Des adolescents des écoles viennent avec leurs professeurs en ce lieu chargé d’émotion. Ils ont la chance de dialoguer avec Serge Martin, rescapé du massacre. Les jeunes voient devant eux un homme qui a échappé aux atrocités des soldats des Waffen SS. Ils touchent du doigt l’histoire vécue. Rien de tel pour leur faire retenir les circonstances du massacre.

 

Faire comprendre, la mission du lieu de mémoire

 

Les jeunes visiteurs comprennent qu’Hitler prenait les enfants dès le plus jeune âge pour les enrôler dans les Hitlerjugend et leur laver le cerveau. Ces gamins de 14 à 18 ans - venus renforcer l’armée allemande à la fin de la guerre – étaient capables de tuer de sang-froid des bébés et des vieillards. Si nos jeunes lycéens assimilent ce processus, ils réfléchiront à deux fois avant de se lancer dans une « aventure » douteuse du même type.

 

Travail préventif auprès des élèves

 

L’œuvre pédagogique auprès des jeunes élèves est cruciale pour leur avenir. Nous pouvons éviter par cette éducation des enrôlements dans des organisations à vocation terroriste. Or, c’est le mal qui nous ronge actuellement.

 

Le travail à la maison du souvenir avec un rescapé en la personne de Serge Martin constitue un antidote aux dangers qui nous menacent. Après une visite en ce lieu, les professeurs peuvent mieux faire comprendre l’histoire de notre pays. On peut ainsi inculquer les valeurs de fraternité et de tolérance après un passage à Maillé. Travail indispensable en cette période troublée.

 

 

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr

- cd-lmdp.over-blog.fr/ - 0 611 487 763

 

Pour comprendre, faire comprendre

Pour éviter le pire à nos jeunes

Partager cet article
Repost0