Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fascisme

Les habitants de Maillé blessés par l’édification d’une stèle nazie en Moselle ; la menace fasciste toujours à notre porte en 2018.

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

La Nouvelle République fait part de la découverte d’une stèle faisant l’apologie des SS de la (hélas) célèbre 17e SS Panzergrenadier ; ceux-là mêmes qui ont perpétré le massacre de Maillé, plus grande tuerie de civils après Oradour-sur-Glane. Ces SS ont décimé 124 civils à Maillé alors que le régime nazi battait en retraite.

https://www.lanouvellerepublique.fr/actu/stele-nazie-en-moselle-abominable-pour-maille

 

Le Républicain lorrain rapporte l’élévation d’une stèle en l’honneur des soldats nazis de la 17e SS Panzergrenadier Division.

http://www.republicain-lorrain.fr/edition-de-sarreguemines-bitche/2018/01/04/une-stele-nazie-erigee-au-pays-de-bitche 

 

Dans un récent article, je relatais la venue d’un membre du gouvernement à Maillé. Geneviève Darrieusseq avait rassuré les élus et le responsable de la Maison du Souvenir de Maillé. Ce lieu de mémoire doit vivre, commémorer les habitants massacrés, mais aussi faire comprendre comment de jeunes nazis en sont arrivés à tuer des bébés, des femmes, des vieillards avec une telle cruauté.

http://cd-lmdp.over-blog.fr/2017/12/le-retour-de-l-extreme-droite-plus-jamais-ca.reagissons.html

 

La Maison du Souvenir de Maillé a un rôle crucial auprès d’une jeunesse en perte de repères. La stèle érigée en Moselle nous apporte la preuve, s’il en était besoin, que les jeunes devraient tous venir à la Maison de Souvenir ; ils y comprendraient ce que respect signifie, que la fraternité est notre seul salut et que le fascisme a toujours mené les peuples à la mort.

 

Soyez tous des relais dans la lutte contre la fascisme sous toutes ses formes

Luttons tous ensemble pour les valeurs d’amitié et de respect.

Imaginez la stupeur des habitants du village de Maillé quand ils ont appris qu’une stèle faisait l’apologie des SS venus massacrer leurs parents, amis ou voisins. Cet acte inqualifiable sonne comme une seconde mort pour leurs familles.

 

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.fr - cd-lmdp.over-blog.fr/

 

« Le fascisme en tant que régime a certes été balayé, mais le fascisme psychologique quotidien n'est pas mort. » Ettore Scola.

Nous sommes menacés ; réagissons.
 

 

Pour comprendre que la lutte contre les négationnistes est indispensable.

Partager cet article
Repost0

Souvenirs d’une ambassade à Berlin : du danger des charmeurs

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

C’est par cette vieille légende du charmeur de rats que M. André François-Poncet, notre ambassadeur à Berlin de septembre 1931 à octobre 1938, termine son livre de souvenirs d’une ambassade à Berlin :

« Dans la petite ville de Hameln, les rats, jadis, pullulaient. Mais, un jour, un personnage bizarre se présenta à l’entrée de la ville. Il avait le teint blême, des yeux étranges, une mèche de cheveux sur le front. Il marchait vite, et les talons de ses bottes sonnaient sur le pavé ; et, tout en marchant, il jouait de la flûte, et il tirait de cette flûte une mélodie singulière ; et voici qu’en l’entendant, les rats commencèrent à sortir des maisons, des caves et des greniers, et à courir derrière lui.

Du danger de suivre

La mélodie les émouvait jusqu’au fond de l’âme ; elle répondait à leurs aspirations confuses, à leurs nostalgies, à leurs passions, à leurs espoirs ; elle les berçait, elle les excitait, elle les enchantait, elle exerçait sur eux une force d’attraction irrésistible. En une troupe noire, de plus en plus dense, les rats trottaient aux trousses du sorcier. Celui-ci les conduisit de la sorte jusqu’au fleuve. Sans s’arrêter, il y pénétra. Les rats y pénétrèrent avec lui, fascinés par sa musique ; et le sorcier et les rats disparurent dans les eaux… »

Le chasseur de rats, c’est Hitler.

Les rats, le peuple allemand.

Tous les hommes de bon sens se sont posés la question : « Comment l’Allemagne – pourtant terre d’humanisme et d’universalisme au XVIIIe siècle - a-t-elle pu se laisser entraîner dans l’idéologie nationale-socialiste?"

Comment a-t-elle pu accepter une nouvelle religion qui exalte la force et la ruse ?

François-Poncet explique la docilité du peuple allemand par le fait qu’elle avait trouvé en l’homme celui qui pouvait réaliser ses aspirations confuses de domination, ses nostalgies, ses passions de haine, ses espoirs de bonheur au détriment des autres humains.

Cette conclusion doit nous interpeller ; des joueurs de flûte qui jouent sur les aspirations les plus méprisables, nous en connaissons. Alors, tirons les leçons de l’histoire.

Christian Dechartres – écrivain public – « Le Mot de Passe » - http://www.cd-lmdp.fr - 06 11 48 77 63
Observateur de la comédie humaine
Pour tirer la sonnette d’alarme
Partager cet article
Repost0