Création d’entreprise" />
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

xenophobie

Du traité de Rome au Brexit

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

 

Le 25 mars 1957, le Traité de Rome acte la naissance de la Communauté économique européenne, future Union européenne. L’Allemagne de l’Ouest, la Belgique, le Luxembourg, les Pays Bas, la France, l’Italie signent l’accord. Jean Monnet et Robert Schuman sont des acteurs majeurs du traité.

 

S’unir sur les cendres des conflits

Les peuples européens avaient terriblement souffert des deux guerres mondiales. Les stigmates de la stupidité humaine, les millions de morts sur les champs de bataille et dans les camps restaient dans les esprits meurtris.

 

Réunir les pays européens dans une communauté, c’était aussi mettre un terme à des luttes sanglantes coûteuses en vie et destructrices au plan économique. Les fondateurs de l’union européenne voyaient là un moyen de réunir les peuples et d’unir leurs efforts dans le développement des relations commerciales.

 

Une Europe imparfaite mais utile

Cette Europe s’est ensuite agrandie. Elle n’est certainement pas parfaite. Mais essayons de réfléchir à ce que serait chacun des pays membres sans l’Union européenne.

 

À l’heure où les idées xénophobes gagnent du terrain, nous avons – plus que jamais – besoin de nous unir face au danger. Les replis identitaires menacent les démocraties alors que l’Europe a besoin de s’imposer au plan international.

 

Un mauvais signe

La sortie du Royaume Uni n’est-elle pas perçue comme un signe de faiblesse ? J’en ai peur.

Si jamais d’autres pays lui emboîtaient le pas, l’Europe donnerait un mauvais signal économique à l’échelle mondiale.

 

S'interroger 

Que ceux qui s’empressent de promouvoir la sortie de l’Europe réfléchissent bien aux conséquences économiques et humaines.

Le Royaume Uni – avec le Brexit – peut désormais décider de polluer plus, de répandre du glyphosate comme bon lui semble. Certaines normes européennes paraissent contraignantes, les députés doivent travailler sur les sujets les plus délicats, mais n’avons-nous pas progressé dans de nombreux secteurs grâce à l’union des forces européennes ?

 

Christian Dechartres – écrivain public – http://cd-lmdp.over-blog.fr – www.cd-lmdp.fr

 

« Ce qui fait croire à la force l’augmente. » cardinal de Retz

 

 

#Hitler, #JeanMonnet, #RobertSchuman, #HelmutKohl, #FrançoisMitterrand, #MurdeBerlin

 

Partager cet article
Repost0

Faire avaler des énormités, de plus en plus facile

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

 

Il faut relire ce passage de 1984 ; Orwell écrit une scène dans laquelle des gens peuvent avaler et cautionner des théories monstrueuses développées par un parti politique.

 

« En causant avec elle, Winston se rendit compte à quel point il était facile de présenter l’apparence de l’orthodoxie sans avoir la moindre notion de ce que signifiait l’orthodoxie.

Dans un sens, c’est sur les gens incapables de la comprendre que la vision du monde qu’avait le parti s’imposait avec le plus de succès.

On pouvait leur faire accepter les violations les plus flagrantes de la réalité parce qu’ils ne saisissaient jamais entièrement l’énormité de ce qui leur était demandé et n’étaient pas suffisamment intéressés par les événements publics pour remarquer ce qui se passait.

Par manque de compréhension, ils restaient sains. Ils avalaient simplement tout, et ce qu’ils avalaient ne leur faisait aucun mal, car cela ne laissait en eux aucun résidu, exactement comme un grain de blé, qui passe dans le corps d’un oiseau sans être digéré. »

 

Observons - en 2020 - autour de nous nos concitoyens qui font preuve de xénophobie, de rejet des gens différents. Étudions comment ils cautionnent des propos abjects.

C’est fou comme de nombreux passages de la dystopie de George Orwell résonnent dans notre société de 2020.

 

http://cd-lmdp.over-blog.fr/2020/01/orwell-prevoyait-deja-nos-comportements-dans-sa-dystopie-1984.html

 

Plus les Français sont incapables de comprendre le monde, plus ils croient en des théories extrêmes. L’appauvrissement de notre langue et la baisse de niveau en français contribuent à ce processus dangereux pour notre démocratie.

Il nous faut rester vigilants et faire preuve de pédagogie en toutes circonstances. Menons une chasse sans merci aux fake news (fausses informations) et aux deepfakes (truquages de vidéos).

 

Christian Dechartres – écrivain public – « Le Mot de Passe » - http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

« Sans le mensonge, la vérité périrait de désespoir et d’ennui. » Anatole France

 

 

Partager cet article
Repost0

Merci M. Trump, vous nous montrez pour qui ne pas voter

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp


Depuis votre arrivée à la Maison Blanche, combien de nouveaux ennemis avez-vous désignés ? 

Vous attirez la détestation

Savez-vous combien de gens vous détestent aux USA et à travers le monde ? Savez-vous que vous donnez envie à des millions de gens de vous attaquer ?

Votre dangerosité

En faisant l’amalgame entre nationalité, religion et terrorisme, vous motivez des kamikazes en puissance. Vous donnez envie aux plus modérés de passer à l’acte.

Votre costume est trop grand

C’est le révélateur du pouvoir. Vous avez mené campagne pour rassembler autour de vous les plus xénophobes, les défenseurs d’une politique protectionniste. Vous montrez au monde les limites de ces options.

Merci, vous ouvrez les yeux aux extrémistes malgré eux

M. Trump, je vous remercie néanmoins ; vous ouvrez les yeux des électeurs français. Pour ceux qui en doutaient encore, vous êtes la preuve vivante qu’une politique xénophobe, d’exclusion, d’isolationnisme mène un pays dans le mur. Merci d’éclairer les Français sur ce point.

Un peu de lecture vous ferait du bien

M. Trump, lisez un peu plus ; remettez à l’ordre du jour les Droits de l’Homme, la fraternité, l’ouverture d’esprit – ça vient en lisant-, et vous nous éviterez des catastrophes.

Pensez à l’avenir des enfants du monde entier

N’oubliez pas – non plus – que la planète est en danger ; je parle d’abord sur le plan écologique. Mais elle l’est également en raison de vos intentions belliqueuses tous azimuts.

http://cd-lmdp.over-blog.fr/search/D%C3%A9clarer%20la%20guerre/

Faire la guerre pour se proclamer instaurateur de la paix, non

Ce n’est pas en déclarant la guerre à tout-va que l’on instaure des relations internationales propices à un apaisement. Mais vous avez montré que votre préoccupation première n’était pas de réunir les peuples.

 

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp.frhttp://cd-lmdp.over-blog.fr/

Pour éclairer le débat

Pour avancer vers un monde plus humain

Publié dans Trump, xénophobie, Europe, FN, planète

Partager cet article
Repost0

Souvenirs d’une ambassade à Berlin : du danger des charmeurs

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

C’est par cette vieille légende du charmeur de rats que M. André François-Poncet, notre ambassadeur à Berlin de septembre 1931 à octobre 1938, termine son livre de souvenirs d’une ambassade à Berlin :

« Dans la petite ville de Hameln, les rats, jadis, pullulaient. Mais, un jour, un personnage bizarre se présenta à l’entrée de la ville. Il avait le teint blême, des yeux étranges, une mèche de cheveux sur le front. Il marchait vite, et les talons de ses bottes sonnaient sur le pavé ; et, tout en marchant, il jouait de la flûte, et il tirait de cette flûte une mélodie singulière ; et voici qu’en l’entendant, les rats commencèrent à sortir des maisons, des caves et des greniers, et à courir derrière lui.

Du danger de suivre

La mélodie les émouvait jusqu’au fond de l’âme ; elle répondait à leurs aspirations confuses, à leurs nostalgies, à leurs passions, à leurs espoirs ; elle les berçait, elle les excitait, elle les enchantait, elle exerçait sur eux une force d’attraction irrésistible. En une troupe noire, de plus en plus dense, les rats trottaient aux trousses du sorcier. Celui-ci les conduisit de la sorte jusqu’au fleuve. Sans s’arrêter, il y pénétra. Les rats y pénétrèrent avec lui, fascinés par sa musique ; et le sorcier et les rats disparurent dans les eaux… »

Le chasseur de rats, c’est Hitler.

Les rats, le peuple allemand.

Tous les hommes de bon sens se sont posés la question : « Comment l’Allemagne – pourtant terre d’humanisme et d’universalisme au XVIIIe siècle - a-t-elle pu se laisser entraîner dans l’idéologie nationale-socialiste?"

Comment a-t-elle pu accepter une nouvelle religion qui exalte la force et la ruse ?

François-Poncet explique la docilité du peuple allemand par le fait qu’elle avait trouvé en l’homme celui qui pouvait réaliser ses aspirations confuses de domination, ses nostalgies, ses passions de haine, ses espoirs de bonheur au détriment des autres humains.

Cette conclusion doit nous interpeller ; des joueurs de flûte qui jouent sur les aspirations les plus méprisables, nous en connaissons. Alors, tirons les leçons de l’histoire.

Christian Dechartres – écrivain public – « Le Mot de Passe » - http://www.cd-lmdp.fr - 06 11 48 77 63
Observateur de la comédie humaine
Pour tirer la sonnette d’alarme
Partager cet article
Repost0