Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

grammaire

Orthographe, la chute libre. Réagir

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

 

Le niveau des écoliers en orthographe baisse de façon vertigineuse. Ils auraient pris deux années scolaires de retard en vingt ans. Le nombre de fautes ne cesse d’augmenter sur une dictée type. À chaque décennie, le nombre d’élèves en difficulté avec l’orthographe double.

 

Les correcteurs professionnels - pour l’édition - vivent mal de leur métier. Des magazines mettent fin à des contrats avec les relecteurs-correcteurs ; ils sont pourtant les remparts contre les fautes et les coquilles dans les pages publiées.

C’est bien la preuve que la bonne orthographe n’est plus de mise.

 

Les fautes de français sur les plateaux télé ou dans les studios des radios sont légion. Si elles n’avaient pas de conséquences, il n’y aurait pas lieu de s’alarmer. Mais les lapsus, les solécismes, les barbarismes créent des confusions, des incompréhensions qui abaissent le niveau des débats au fil du temps. Or, nous avons bien besoin de l’élever.

Quelques exemples parmi les coquilles les plus fréquentes :

 

* Malgré - Bien que :

Malgré les intempéries, il prend la route.

Bien que le temps soit menaçant, il part.

 

* Après que : suivi de l’indicatif ; le subjonctif est le temps du doute. Or, l’action est connue après que… Plus de place pour l’incertitude.

 

* S’avérer : c’est être reconnu comme vrai. Les faits se sont avérés. S’avérer faux est un non-sens !

 

* Soi-disant : l’emploi fautif de soit-disant est fréquent.

 

* « Quoi que » versus « quoique » :

- Quoique tu maîtrises bien le sujet, tu dois réviser.

Quoique peut être remplacé par bien que.

- Quoi qu’il décide, il se trompe.

Quoi que peut être remplacé par quelle que soit la chose qu’il.

 

* Emmener - Emporter

 

J’emmène mes parents en vacances ; j’emmène mon chien dans la forêt.

Mais, j’emporte mes valises.

Emmener, c’est mener avec soi une personne ou un animal, mais on emporte un objet.

 

Cette faute est récurrente !

 

* Je me rappelle mon premier jour à l’école ; mais je me souviens de mon accident.

 

* Ces petits sont fatigants. Ils crient beaucoup, fatiguant leurs parents.

 

* Les accords : ils sont indispensables à la compréhension d’une phrase.

Exemple :

1. Le salarié trie les enveloppes et les timbre.

2. Le salarié trie les enveloppes et les timbres.

D’un point de vue orthographique, les deux phrases sont correctes ; grâce à l’accord, nous comprenons l’action réalisée dans les deux cas.

 

Maîtriser l’orthographe - à l’écrit comme à l’oral -, c’est d’abord respecter l’autre, mais c’est surtout contribuer à une meilleure communication. Pour se comprendre, il faut parler la même langue et la maîtriser.

 

Christian Dechartres - écrivain public - http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

« L’orthographe est de respect ; c’est une sorte de politesse. » Alain

Partager cet article
Repost0

La noyade des écoliers

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Il faut redresser la barre, car le niveau baisse de manière vertigi­neuse. On estime à deux années sco­laires le retard pris en orthographe par les élèves en une vingtaine d’an­nées.
Fautes d'orthographe école retard formation chômage
Fautes / écoliers

 

Une étude alarmante

La Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (Depp) du ministère de l’Éducation a publié en 2016 une étude édifiante. Une dictée type d’une dizaine de lignes a été donnée à des écoliers de CM2 à trois reprises en 19872007et 2015 : sur un texte de 67 mots et 16 signes de ponctuation, les élèves faisaient en moyenne

17,8 erreurs en 2015,

> contre 14,3 en 2007

> et 10,6 en 1987.

 

La descente aux enfers

Plus que le lexique, c’est l’orthographe grammaticale (règles d’accord sujet verbe, groupe nominal…) qui noie les écoliers. Près d’un élève sur vingt commettait au moins 25 erreurs en 1987, contre un élève sur cinq trois décennies plus tard.

 

À chaque décennie, le nombre d’élèves en difficulté avec l’orthographe double. Il est donc urgent de trouver d’autres méthodes.

 

Leur faire comprendre l’utilité de la grammaire

Les élèves apprécient la grammaire si on leur donne des repères précis qui leur rendent service. Il faut les convaincre que la grammaire leur est indispensable. Pour écrire, certes ; mais surtout pour comprendre les textes courants dans les journaux, dans les consignes en entreprise, dans les rapports avec l’administration…

À lire aussi : http://cd-lmdp.over-blog.fr/2019/01/va-t-on-enfin-soigner-ce-handicap-en-progression-chez-les-jeunes.html

 

Christian Dechartres – écrivain public – http://cd-lmdp.over-blog.fr– Le Mot de Passe

 

« Un devoir criblé de fautes d’orthographe ou de syntaxe, c’est comme un visage abîmé par des verrues. » Bernard Pivot

 

  • Informations extraites – entre autres - du numéro spécial (excellent) du Point du 12 octobre 2018

Un retard toujours plus conséquent chaque année...

Partager cet article
Repost0

Pour la fête de la lecture : « Propos sur l’éducation » Alain

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

En cette journée de la fête de la lecture, je n’ai pas résisté à l’envie de vous faire partager un passage du « Propos sur l’éducation d’Alain. Sur la méthode de lecture, il est remarquable.

Savoir lire, ce n'est pas seulement connaître les lettres et faire sonner les assemblages de lettres. C'est aller vite, c'est explorer d'un coup d’œil la phrase entière ; c'est reconnaître les mots à leur gréement, comme le matelot reconnaît les navires. C'est négliger ce qui va de soi, et sauter à la difficulté principale, comme font si bien ceux qui savent lire la musique.

Or, cette allure vive, qui n'est pas sans risques, mais où l'on trouve le plaisir de deviner, n'est pas celle de l'écolier qui a le nez sur son livre, et qui suit du doigt une syllabe après l’autre. A ce pénible travail d'épeler, l'attention s'endort. Il faudrait lire vite ; mais on tomberait dans le bredouillement. Il existe des méthodes ingénieuses qui ont pour fin de faire reconnaître les lettres ; mais la difficulté n’est point à reconnaître les lettres. Je ne crois pas qu'on ait cherché quelque méthode qui éveille l'esprit d'ensemble et qui délivre d’épeler.

 

Les mieux doués y viennent tout seuls ; il y faudrait amener les autres, qui souvent, je le parie, sont retardés par un scrupule, par une défiance à l'égard d'eux-mêmes ; ils lisent comme on bêche ; une motte de terre après l'autre, et tout l’esprit est au tranchant de la pelle. Or, je suis assuré que le courageux garçon qui arrache ainsi une syllabe après l'autre peut défricher toute la Bible sans faire aucun progrès. Le pas du métier est toujours lent ; il ne vaut rien ici.

Pas à pas on va loin ; mais quand on lit, !'important n'est pas d'arriver au bout de la ligne ; il faut y courir d'abord et revenir. La vertu qui travaille n’est pas la même que celle qui lit.

 

Christian Dechartres – écrivain public – www.cd-lmdp

 

Allez nombreux dans les bibliothèques lire et faire lire.

Partager cet article
Repost0