Création d’entreprise" />
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

societe

Les horreurs sémantiques de la pandémie

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Sur les plateaux de télévision ou sur les ondes radiophoniques, de nombreux invités viennent commenter les mesures prises pour lutter contre la pandémie du COVID-19.

Nous assistons à l’emploi de mots dans une acception totalement décalée.

 

Il est bon, je crois, de rappeler la définition des mots « Quarantaine » et « Quatorzaine ».

Que nous dit l’Académie ?

 

La quarantaine :

Quarantaine d’observation ou, simplement, quarantaine, isolement imposé par les autorités sanitaires aux occupants et aux marchandises d’un navire arrivant d’une zone d’épidémie.

La mise en quarantaine, à bord du bateau ou dans un lazaret, durait à l’origine quarante jours. Lever la quarantaine. Pavillon de quarantaine, pavillon jaune, hissé autrefois pour signaler que le navire ne pouvait communiquer avec l’extérieur, et qui indique aujourd’hui que les conditions sanitaires à bord sont bonnes.

Par extension. Mise à l’écart temporaire d’une personne, d’un animal, d’une marchandise ou d’un véhicule présentant pour le pays qui les accueille un danger d’ordre sanitaire.

Dans le mot « quarantaine », il faut retenir qu’il n’y a plus cette notion de 40 jours ; c’est le sens de mise à l’écart qui est maintenant retenu.

 

La quatorzaine :

T. de Pratique ancienne. L’espace de quatorze jours qui s’observait de l’une à l’autre des quatre criées des biens saisis réellement. Les criées se faisaient par quatre dimanches, de quatorzaine en quatorzaine.

La quatorzaine n’a jamais été un terme médical.

 

Christian Dechartres – écrivain public – « Le Mot de Passe » - http://cd-lmdp.over-blog.fr

Observateur de la comédie humaine.

 

Le langage sert de support à la pensée. Mais la dégradation du français courant devient un handicap dans les échanges sociétaux. L’utilisation de mots dont l’auteur imagine la définition crée des situations ubuesques : des journalistes, des politiques - des médecins en ce moment -, lancent de nouveaux termes dont seul l’auteur connaît la signification. Comme ces vocables n’ont pas de définition – puisqu’ils n’existent pas – les « auditeurs » les interprètent chacun à leur façon. Il serait temps de se reprendre.

Partager cet article
Repost0

La noyade des écoliers

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Il faut redresser la barre, car le niveau baisse de manière vertigi­neuse. On estime à deux années sco­laires le retard pris en orthographe par les élèves en une vingtaine d’an­nées.
Fautes d'orthographe école retard formation chômage
Fautes / écoliers

 

Une étude alarmante

La Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (Depp) du ministère de l’Éducation a publié en 2016 une étude édifiante. Une dictée type d’une dizaine de lignes a été donnée à des écoliers de CM2 à trois reprises en 19872007et 2015 : sur un texte de 67 mots et 16 signes de ponctuation, les élèves faisaient en moyenne

17,8 erreurs en 2015,

> contre 14,3 en 2007

> et 10,6 en 1987.

 

La descente aux enfers

Plus que le lexique, c’est l’orthographe grammaticale (règles d’accord sujet verbe, groupe nominal…) qui noie les écoliers. Près d’un élève sur vingt commettait au moins 25 erreurs en 1987, contre un élève sur cinq trois décennies plus tard.

 

À chaque décennie, le nombre d’élèves en difficulté avec l’orthographe double. Il est donc urgent de trouver d’autres méthodes.

 

Leur faire comprendre l’utilité de la grammaire

Les élèves apprécient la grammaire si on leur donne des repères précis qui leur rendent service. Il faut les convaincre que la grammaire leur est indispensable. Pour écrire, certes ; mais surtout pour comprendre les textes courants dans les journaux, dans les consignes en entreprise, dans les rapports avec l’administration…

À lire aussi : http://cd-lmdp.over-blog.fr/2019/01/va-t-on-enfin-soigner-ce-handicap-en-progression-chez-les-jeunes.html

 

Christian Dechartres – écrivain public – http://cd-lmdp.over-blog.fr– Le Mot de Passe

 

« Un devoir criblé de fautes d’orthographe ou de syntaxe, c’est comme un visage abîmé par des verrues. » Bernard Pivot

 

  • Informations extraites – entre autres - du numéro spécial (excellent) du Point du 12 octobre 2018

Un retard toujours plus conséquent chaque année...

Partager cet article
Repost0

Ils ont droit à tout !

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

 

Intox sur les retraites des étrangers
Retraite des étrangers

« Ils arrivent de l’étranger et ils touchent une retraite comme les Français qui ont travaillé toute leur vie ! »

Combien de fois a-t-on entendu ou lu cette affirmation ! Des réseaux se plaisent à répéter ce qui serait une injustice. C’est une façon de racoler des électeurs pour les politiques qui surfent sur le mensonge.

 

Qu’en est-il exactement ? Où se situe la vérité ?

Dans le système de retraites français, pour bénéficier d’une pension, il faut avoir cotisé.

Le montant de la pension est alors fonction du montant et du nombre d’années de cotisation.

 

Un étranger vivant depuis au moins 10 ans - en situation régulière - sur le sol français peut toutefois demander le minimum vieillesse (qui est une aide sociale) s’il a au moins 65 ans et si ses revenus sont en dessous des plafonds définis.

 

Le minimum vieillesse est actuellement de 833 € par mois pour une personne seule. Il sera augmenté en 2019 et 2020.

Cela ne signifie pas que l’État verse 833 € par mois à chaque bénéficiaire ; l’État verse un complément pour que le revenu total de la personne atteigne 833 € chaque mois.

 

Par exemple, si la personne a déjà 500 € par mois de pension, son minimum vieillesse sera de 333 €.

 

Le nombre de bénéficiaires étrangers est en baisse, les conditions se durcissent.

 

Stop aux fausses nouvelles

Trop de messages circulent en détournant la vérité ; on veut faire croire qu’un étranger pourrait gagner plus qu’un Français qui a travaillé quarante-cinq ans.

 

Des aménagements sont encore à apporter ; mais - de grâce – dialoguons sur des bases saines, sur des faits avérés. Les allégations sans fondements, les fake news provoquent des réactions populistes qui menacent notre société.

 

Sollicitez vos élus

Chaque citoyen peut interpeller son député sur un sujet qui lui tient à cœur. Envoyez-lui un argumentaire en décrivant ce qui vous semble injuste et qui mériterait un examen au parlement. C’est ainsi – également - que nous pouvons avancer dans le dialogue démocratique.

écrivain public corrections relecture biographies Christian Dechartres
Christian Dechartres

 

Christian Dechartres – écrivain public – http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

 

 

« L’homme est de glace aux vérités, il est de feu pour les mensonges. »  Jean de la Fontaine

Partager cet article
Repost0

Karine Le Marchand, non à votre émission «...

Publié le par Dechartres

Partager cet article
Repost0

Karine Le Marchand, non à votre émission « Bisounours »

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Non, vos invités ne sont pas des victimes
  • Marine le Pen est exclue des médias, on ne l’invite pas, on la taquine pour ses idées… Voyez comme son enfance fut difficile…
Vous voulez nous faire larmoyer sur l’extrême humanité de Marine. Vous mettez en avant son abnégation, son altruisme. A voir votre émission, jamais un mot de travers, jamais une idée xénophobe de la part de la présidente du FN. Ambition intime nous dresse un portrait idyllique de cette femme.
  • N. Sarkozy ? Un homme d’une gentillesse ! Il ne sait pas faire du mal aux autres, c’est hors de ses moyens. Les témoignages abondent pour décrire un homme exceptionnel d’humanité.
Quid des séquences « Casse toi pauvre c… », « Le karcher », et les répliques assassines envers certains collaborateurs ou journalistes hors du champ des caméras ?
Pas de sensationnel, s’il vous plait
Cette émission travestit complètement la personnalité des candidats à la fonction suprême. Et elle donne une image idyllique des invités, ça en devient inconvenant. Vous rendez-vous compte ? Bruno le Maire est amoureux de sa femme ! Il aime ses enfants ! C'est un scoop journalistique, çà ?
Le bon journalisme réveille les nantis installés dans leur confort et réconforte les affligés
Avant l’élection présidentielle, nous avons besoin de réalisme, pas de savoir si Sarkozy collectionne les femmes. Le métier du journaliste n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie. Quoi de neuf et d’intéressant pour nous faire comprendre ce qui nous attend si untel prend le pouvoir ?
Que le journal favori de Nicolas Sarkozy soit l’Équipe ne me rassure pas. - Karine Le Marchand, vous êtes face à des candidats à la présidence de la République, vous ne passez une soirée avec des copains. La gravité de la situation actuelle mérite des développements d’un autre niveau.
Par le roman, nous pouvons restituer la vie, la vraie, à condition qu’il soit réaliste
« Le réaliste, cherchera, non pas à nous montrer une photographie banale de la vie, mais à nous en donner la vision plus complète, plus saisissante, plus probante que la réalité même. » Ainsi s’exprimait Maupassant dans la préface de Pierre et Jean, roman réaliste puissant sur les relations familiales.
Avec votre émission, Karine Le Marchand, nous voguons dans le registre des romans « Harlequin », catégorie réservée à ceux qui n’attendent rien de la lecture sinon se faire bercer dans un monde de Bisounours.
A la veille de l’échéance présidentielle, les Français - fort démunis face aux médias - ont besoin d’un éclairage autrement plus instructif que votre émission « Ambition intime ». Ce dont nous avons besoin, c’est de véritables informations sur les intentions réelles des candidats. Nous attendons qu’ils soient dotés d’une forte ambition pour la France et les Français. Leur ambition personnelle ne nous intéresse pas.
Informez, restituez la vérité
La mission du journaliste : identifier des faits, les vérifier - et seulement après - restituer l’information utile au public. Vous n’avez transmis aucune information utile, seulement des émotions comme dans les mauvais films, avec des ficelles énormes.
Vous serez gentille de nous épargner ce type d’émission inutile et contre-productive.

Christian Dechartres – écrivain public – http://www.cd-lmdp.fr

Pour une véritable information

Partager cet article
Repost0

Hélène Carrère d'Encausse : L'orthographe n'a...

Publié le par Dechartres

Publié dans Société

Partager cet article
Repost0