Création d’entreprise" />
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

pedagogie

Samuel Paty, trop pédagogue ?

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

 

Pourquoi est-il mort ?

Parce qu’il a consacré une heure de cours à la liberté d’expression à ses élèves de quatrième. Il cherchait à faire réfléchir les jeunes de sa classe sur le thème - parfois controversé - de la publication de dessins satiriques dans la presse.

 

Que s’est-il réellement passé durant le cours ? Les enquêteurs réunissent des informations, inutile d’échafauder des hypothèses, nous n’étions pas dans la classe.

 

La volonté d’éduquer

Sur le principe, Samuel Paty souhaitait ouvrir l’esprit des élèves au débat sur des sujets sensibles de notre société. Apprendre la contradiction, c’est s’ouvrir au monde, c’est être en capacité de tenir une conversation en défendant un point de vue.

 

Si chaque citoyen campe sur ses positions en n’admettant aucune idée divergente, la vie en communauté devient impossible. Chacun a le droit d’émettre ses idées, d’exprimer ses sentiments face à une information qui fait débat.

 

L’essentiel - pour avancer -, c’est de construire un argumentaire. Cela s’apprend au fil de la vie, tout jeune et encore bien longtemps après.

 

Mort pour avoir enseigné

L’objectif de Samuel Paty était louable lorsqu’il entreprit une telle tâche. Il savait qu’il s’attaquait à un sujet des plus sensibles. Cependant, il n’imaginait pas mettre sa vie en péril.

 

Liberté, éducation, débat

Que la liberté d’expression soit préservée.

Que les professeurs continuent d’éduquer les enfants en leur apprenant le respect de la différence.

Que le débat constructif anime les femmes et les hommes de ce monde.

 

Un professeur peut très bien expliquer « Mein Kampf » sans pour autant adhérer aux thèses nazies. Bien au contraire, c’est en analysant les idées développées dans le livre que l’on peut faire comprendre où les concepts extrémistes conduisent l’humanité.

 

À nous de saisir toutes les occasions pour faire preuve de pédagogie.

 

Christian Dechartres - écrivain public - http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

« Les beaux esprits se rencontrent. » Voltaire

Partager cet article
Repost0

Faire avaler des énormités, de plus en plus facile

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

 

Il faut relire ce passage de 1984 ; Orwell écrit une scène dans laquelle des gens peuvent avaler et cautionner des théories monstrueuses développées par un parti politique.

 

« En causant avec elle, Winston se rendit compte à quel point il était facile de présenter l’apparence de l’orthodoxie sans avoir la moindre notion de ce que signifiait l’orthodoxie.

Dans un sens, c’est sur les gens incapables de la comprendre que la vision du monde qu’avait le parti s’imposait avec le plus de succès.

On pouvait leur faire accepter les violations les plus flagrantes de la réalité parce qu’ils ne saisissaient jamais entièrement l’énormité de ce qui leur était demandé et n’étaient pas suffisamment intéressés par les événements publics pour remarquer ce qui se passait.

Par manque de compréhension, ils restaient sains. Ils avalaient simplement tout, et ce qu’ils avalaient ne leur faisait aucun mal, car cela ne laissait en eux aucun résidu, exactement comme un grain de blé, qui passe dans le corps d’un oiseau sans être digéré. »

 

Observons - en 2020 - autour de nous nos concitoyens qui font preuve de xénophobie, de rejet des gens différents. Étudions comment ils cautionnent des propos abjects.

C’est fou comme de nombreux passages de la dystopie de George Orwell résonnent dans notre société de 2020.

 

http://cd-lmdp.over-blog.fr/2020/01/orwell-prevoyait-deja-nos-comportements-dans-sa-dystopie-1984.html

 

Plus les Français sont incapables de comprendre le monde, plus ils croient en des théories extrêmes. L’appauvrissement de notre langue et la baisse de niveau en français contribuent à ce processus dangereux pour notre démocratie.

Il nous faut rester vigilants et faire preuve de pédagogie en toutes circonstances. Menons une chasse sans merci aux fake news (fausses informations) et aux deepfakes (truquages de vidéos).

 

Christian Dechartres – écrivain public – « Le Mot de Passe » - http://cd-lmdp.over-blog.fr

 

« Sans le mensonge, la vérité périrait de désespoir et d’ennui. » Anatole France

 

 

Partager cet article
Repost0

LE LABOUREUR ET SES ENFANTS.

Publié le par Christian Dechartres, cd-lmdp

Travaillez, prenez de la peine,

C’est le fonds qui manque le moins.

Un riche laboureur, sentant sa mort prochaine,

Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.

« Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l’héritage

Que nous ont laissé nos parents :

Un trésor est caché dedans.

Je ne sais pas l’endroit ; mais un peu de courage

Vous le fera trouver ; vous en viendrez à bout.

Remuez votre champ dès qu’on aura fait l’août ;

Creusez, fouillez, bêchez, ne laissez nulle place

Où la main ne passe et repasse. »

Le père mort, les fils vous retournent le champ,

Deçà, delà, partout ; si bien qu’au bout de l’an

Il en rapporta davantage.

D’argent, point de caché ! Mais le père fut sage

De leur montrer, avant sa mort,

Que le travail est un trésor.

LA FONTAINE.

*********************

MAXIME

L’oisiveté ressemble à la rouille, elle use beaucoup plus que le travail.

**********************

  • Cette fable, l’une des plus belles de La Fontaine, nous montre que le travail est un fonds, c’est-à-dire un capital, une richesse qui ne fait jamais défaut à celui qui veut l'exploiter ; que le travail, en un mot, est un véritable trésor.

Remarquons la finesse du père qui, pour engager les enfants à remuer tout le champ, leur dit qu’il ne sait pas l’endroit où est caché l’argent. Il sait bien que cet argent n’existe pas en réalité, mais que les enfants le trouveront dans une belle récolte si le champ est bien cultivé.

Christian Dechartres,

Pour progresser dans la réflexion

Comportez-vous en sage ; montrez à vos enfants que le travail constitue le plus grand des trésors. 

 

Partager cet article
Repost0